L'Union Paysanne 16 juin 2010 à 09h57 | Par P. Dumont

Abattoirs - L’avenir des abattoirs publics

La situation des abattoirs de notre région est jugée inquiétante. La FRSEA Limousin a d’ailleurs évoqué la question lors de son conseil d’administration de mai. Quelques éléments de réflexion et l’exemple d’un projet réussi : la reprise de l’abattoir de Bellac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Michel Doumaix, maire de Bellac accompagne Mme le Préfet dans sa visite.
Jean-Michel Doumaix, maire de Bellac accompagne Mme le Préfet dans sa visite. - © DR

La situation des abattoirs limousins préoccupe grandement la profession agricole. Le sujet a été d'ailleurs été abordé lors du dernier conseil d'administration de la FRSEA le 26 mai dernier. Nombre d'abattoirs en Limousin sont aujourd'hui en réelle difficulté : travail en sous capacité qui ne permet pas de couvrir les charges de fonctionnement, baisse de 20 % du tonnage d'abattage depuis 2003, nécessité de mise aux normes. Depuis 2007, trois abattoirs ont fermé leurs portes (Brive - remplacé par Saint-Viance -, Eymoutiers et Guéret) et sans mise aux normes, trois autres établissements de classe 3 devront faire de même. A cela s'ajoute une baisse de la consommation de viande dont on ne sait si elle va se poursuivre ou non. Face à ce constat, des questions se posent. Nos outils d'abattage nous ont permis jusqu'à présent de valoriser notre production sous signe officiel de qualité, que va-t-il se passer si ces outils n'existent plus ? Ne faut-il pas réfléchir à la mise en place d'un abattoir régional unique ? «Il est nécessaire de fiabiliser nos signes officiels de qualité» indique Jean-Philippe Viollet. La réflexion sur le sujet est engagée.

Zoom sur un projet réussi

Tous les partenaires du projet s'étaient donné rendez-vous le 4 juin pour visiter l'ancien abattoir public de Bellac devenu propriété de Limovin. Evelyne Ratte, Préfet de région, le président du Conseil régional représenté par Andréa Soyer, conseillère régionale, Marie-Françoise Perol-Dumont, présidente du Conseil général de la Haute-Vienne, Jean-Michel Doumeix, maire de Bellac, ont tous souligné l'importance de l'élevage pour le département et l'enjeu stratégique que représente pour les filières le maintien des outils d'abattage. Lors de sa reprise en 2005, l'abattoir de Bellac, public, est sur le point d'être confronté à des problèmes financiers en lien avec sa nécessaire mise aux normes. En outre, aucun abattoir à proximité ne peut recevoir le tonnage de la coopérative d'abattage et de commercialisation d'ovins Limovin, tonnage représentant les 2/3 du volume total abattu à Bellac. Dans le but de maîtriser la filière et d'assurer qualité, hygiène et traçabilité maximum aux clients de la coopérative qui commercialise 90 % de ses agneaux sous IGP Agneau baronnet du Limousin, Limovin rachète l'outil. S'en suivent d'importants travaux : le hall et la chaîne d'abattage sont rénovés, des salles de congélation ou réfrigérée ainsi qu'une triperie sont créées, l'atelier de découpe et d'expédition est agrandi. Au total, 3 millions d'euros d'investissements pour acquérir et moderniser l'abattoir financés par la Région, le département, FranceAgriMer, et le FEADER entre autres.

 

 

L'abattage en Limousin (chiffres 2009)
281 545 têtes abattues, dont 42,5% de veaux et 20% de jeunes bovins.
Sur la totalité des abattages : 52,1% de race limousine
46,6% de la production limousine abattue dans la région.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui