L'Union Paysanne 01 septembre 2022 a 10h00 | Par La rédaction

ABREUVEMENT. L'eau de boisson des animaux de rente

L'eau est le premier des aliments. Chaque éleveur doit « assurer un abreuvement correct de ses animaux » selon les Guides de Bonnes Pratiques d'Elevage, en permettant « un accès permanent des animaux à l'étable et un accès régulier des animaux au pâturage à un point d'eau de qualité adéquate ». La sècheresse en cours impose la vigilance !

Abonnez-vous Imprimer
Sécuriser la qualité de l'eau d'abreuvement
Sécuriser la qualité de l'eau d'abreuvement - © @DR

L'eau est le premier des aliments. Chaque éleveur doit « assurer un abreuvement correct de ses animaux » selon les Guides de Bonnes Pratiques d'Elevage, en permettant « un accès permanent des animaux à l'étable et un accès régulier des animaux au pâturage à un point d'eau de qualité adéquate ». La sècheresse en cours impose la vigilance !

> Distance à parcourir pour avoir accès à l'eau (l'ingestion diminue chez les bovins au-delà de 135 mètres de distance à parcourir pour atteindre le point d'eau...)
> Débit d'eau (un abreuvoir à débit limité fatigue la vache avant qu'elle n'ait bu à satiété...ce qui peut freiner la production laitière mais aussi les performances d'une allaitante)
> Situation des abreuvoirs (idéalement à l'ombre l'été, à l'abri du vent l'hiver)
> Température extérieure
> Accès régulier ou ponctuel à des pierres à sel
> Efforts, parcours...


Les consommations moyennes sont néanmoins assez bien définies et permettent de calculer rapidement le débit moyen nécessaire lorsqu'on installe un point d'eau dans une pâture ou dans une stabulation (voir graphique).

Faire analyser son eau
On sait que l'eau de boisson peut être à l'origine de la transmission d'un certain nombre de microbes soit par le biais de son ingestion, soit par contact direct avec la peau ou les muqueuses, saines ou lésées.
Toute pathologie persistante en élevage qui ne trouve aucune origine dans les troubles sanitaires classiquement répertoriés devrait amener l'éleveur à faire une analyse de l'eau d'abreuvement de ses bêtes ; cependant, ce type d'analyse est assez coûteux. Il faut donc respecter un certain nombre de recommandations pour que ces frais ne soient pas vains :

> Prélèvement en flacon stérile,
> Flamber le robinet où l'on prélève,
> Prélever en plusieurs endroits (entrée du circuit d'eau et différents points d'abreuvements)
> Laisser couler l'eau avant de remplir les flacons et les refermer immédiatement sans toucher le robinet,
> Acheminer au laboratoire en maintenant au frais.
Le Laboratoire Qualyse est accrédité pour ce type d'analyse et fournit sur demande les contenants nécessaires à ces prélèvements et des prises en charge partielles des coûts analytiques existent pour les adhérents du GCDS.

Christelle ROY
GCDS, Docteur Vétérinaire

 

Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,