L'Union Paysanne 20 décembre 2013 à 08h00 | Par VS

AG-CGA - Faire table rase du passé pour construire l’avenir

Tony Cornelissen succède à Pierre Chevalier à la présidence de la Confédération Générale de l’Agriculture (CGA). Sur fond de réconciliation entre l’ancien et le nouveau président, chacun des organismes membres de cette association ont présenté leur bilan d’activité 2013.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tony Cornelissen succède à Pierre Chevalier à la présidence de la Confédération Générale de l’Agriculture.
Tony Cornelissen succède à Pierre Chevalier à la présidence de la Confédération Générale de l’Agriculture. - © UP 19

Crédit Agricole, un soutien fidèle à la profession

Albert Chassaing, président de la caisse départementale du Crédit Agricole Centre France a retracé les grands axes d’activité du Crédit Agricole Centre France sur la Corrèze en 2013 et plus particulièrement sur le marché des agriculteurs. Le président a articulé ses propos autour de trois idées.

L’installation : En finançant près de 90 % des installations du département, l’objectif d’accompagner neuf agriculteurs sur dix est quasiment atteint. Outre le financement stricto sensu des installations, le Crédit Agricole a notamment été partenaire en 2013 du concours départemental de labour, du Festival de l’élevage de Brive de la Fête de l’agriculture d’Objat et du con-cours de jugement de bétail.

Au niveau de la politique de crédit à l’agriculture, les réalisations ont augmenté de 20% par rapport à 2012 avec une progression notable sur les prêts de matériels.

La responsabilité : Toujours présent quand il faut accompagner les agriculteurs dans les moments difficiles, le Crédit Agricole l’est aussi dans les moments plus favorables par la proposition de formules de placements pour les excédents de trésorerie.

L’engagement : Que ce soit au moment de l’installation mais aussi de la transmission de l’exploitation, pour maintenir mais aussi pour encourager le développement du monde rural «où la présence des agriculteurs est primordiale» le Crédit Agricole s’engage à prendre des mesures fortes sur le terrain afin d’assurer une meilleur prise en charge des besoins de chacun.

 

MSA, réorganisation et plan d’action

Représentée par Pierre Couloumy, la MSA du Limousin poursuit son plan d’action stratégique 2011-2015. La spécialisation des sites est en cours, «scénario le plus acceptable par les élus et le personnel, tant sur le plan du maintien de l’emploi dans chaque département que sur celui du service offert à l’adhérent sur les territoires», annonce M. Couloumy.

Désormais, le site de Tulle a en charge les cotisations, le recouvrement, le contentieux technique et le secteur famille, précarité. Le site de Guéret, la retraite et les accidents de travail et le site de Limoges, l’ensemble du secteur santé. «Chacun des trois sites conserve les services en relation avec les adhérents, accueil, conseil, action sanitaire et sociale, santé et sécurité au travail notamment» précise le représentant MSA. Dès 2014, des travaux de rénovation sur site seront réalisés et un centre de contacts en Creuse assurera la réponse téléphonique pour l’ensemble des adhérents Limousins. De plus, les caisses MSA devront mettre en œuvre dès janvier 2014 la réforme globale du financement, qui correspond à une mutualisation nationale des réserves financières des caisses départementales. «Il est de la responsabilité de la MSA d’avoir un point de vigilance face aux situations de crises» précise Pierre Couloumy. Ce dernier rappelle la mise en place du SESA, instance de détection et d’accompagnement des agriculteurs en difficulté. Au-delà de ce partenariat, la MSA du Limousin a activé depuis quatre ans une cellule de crise et un numéro d’appel pour établir un lien avec les agriculteurs rencontrant des difficultés.

 

Groupama, inquiétude sur les incendies

M. Guérin est intervenu pour Groupama d’Oc, «le groupe atteint ses objectifs et les équipes s’adaptent aux évolutions à venir. En 2013 si la fin de l’année est clémente, nos résultats techniques seront en amélioration par rapport à 2012 et ce malgré plusieurs vagues d’événements atmosphériques durant tout l’été et une recrudescence des sinistres incendie en Corrèze. Nos projets 2014 s’inscrivent dans le prolongement de ceux de 2013, pour la plupart ancrés sur nos objectifs d’amélioration de service, pour garantir une écoute et une prise en charge efficace de nos sociétaires».

Safer, les tendances de 2012 se confirment

Sylvain Uyttewaal, président du comité départemental Safer, confirme l’augmentation sur le plan national des prix des terres dans les zones céréalières et un maintien en zone d’élevage sur un marché qui se tient en volume, constat applicable au département de la Corrèze. Toutefois, deux tendances semblent se dessiner sur le département, une augmentation des ventes entre propriétaires bailleurs et fermiers en place et l’arrivée sur le marché d’un nombre de plus en plus important d’exploitations de taille conséquente.

Le soutien aux projets d’installation reste l’axe prioritaire de travail pour la Safer Marche Limousin. D’après le président Uyttewaal, la spécificité régionale d’installer en majorité des hors cadres familiaux traduit la difficulté de trouver localement des porteurs de projet. La préservation du foncier agricole est aussi une priorité pour la Safer, « Nous essayons régulièrement de faire prendre conscience aux élus, de la consommation importante de surfaces agricoles. Le déploiement de l’outil Vigifoncier est en cours et nous souhaitons au travers de la mise en place du centre de ressources diffuser des éléments aux communautés de communes sur les différentes utilisations du foncier sur leur territoire» conclu Sylvain Uyttewaal.

 

FDCuma, rationaliser les investissements

Francis Coste, président de la fédération départementale des Cuma, a dressé un bilan des investissements 2013. Pour 138 matériels, les Cuma corréziennes ont investi plus de 2,8 millions d’euros, sept cent mille euros de moins qu’en 2013 qui représentent 20 % de baisse. Quarante Cuma ont bénéficié de subvention dont onze à hauteur de 40 % et 29 à hauteur de 30 %. Au-delà des aspects financiers, Francis Coste a rappelé la nécessité de rationaliser les investissements sur le matériel, «il n’y a pas d’obligation d’adhérer à une Cuma, mais la rationalisation des investissements sur le matériel à un réel impact sur le revenu».

 

CERFrance Corrèze, le concept associatif plaît

Le président Jean-Marc Brut n’a pas caché la volonté de CERFrance Corrèze de «retravailler» étroitement avec la Chambre d’agriculture et a annoncé la sortie de l’outil Fermoscopie corrézienne, observatoire économique des exploitations corréziennes, qui permettra aux éleveurs de confronter leurs résultats avec ceux d’une analyse de groupe, analyse réalisée sur un panel de 1800 exploitants. Le président Brut annonce que le concept associatif de CERFrance Corrèze plaît aux artisans, commerçants et prestataires de services au vu de l’augmentation des adhésions dans ce secteur.

 

GDS, en plein dans les cantonales

L’intervention du président du Groupement de Défense Sanitaire de la Corrèze a relancé le débat sur les blaireaux. Porteurs de la tuberculose en Dordogne et indemnes sur le département de la Corrèze, le président Maurice Demichel a prévenu, malgré une situation sanitaire nationale et départementale «saine», du risque de voir la France passer le cap des deux cents foyers qui de facto relancerait la tuberculination obligatoire.

 

FD-COOP, appel à la solidarité

Président de la Fédération départementale des coopératives, Alain Berger en appelle à la solidarité entre coopérative et demande que toutes les coopératives s’entendent sur le département, qu’elles adoptent la même ligne de con-duite pour le bénéfice de l’agriculture Corrézienne.

 

FDSEA, la proximité sera la priorité 2014

Daniel Couderc est revenu sur Les élections professionnelles à la Chambre d’agriculture, qui sont d’une importance particulière pour le syndicalisme, car elles permettent de mesurer le poids des syndicats sur un département et sur le plan national. Aussi la FDSEA a passé du temps et une partie du premier trimestre 2013 a élaboré un plan ambitieux mais réaliste pour cette mandature, un projet qui doit redresser l’économie agricole de la ferme Corrèze.

Pour le syndicat, les contours de plus en plus précis de la prochaine Pac laissent croire que la persévérance et que les travaux conjointement menés avec l’ensemble des départements du Massif central, concrétisés par l’appel de Tulle, seront récompensés. Le président est revenu sur les actions syndicales 2013 aux répercussions locales et départementales. En précisant que l’animation locale et la proximité sera la priorité 2014 afin d’être au plus près des agricultrices et agriculteurs et des problématiques locales.

 

JA, Installation, événementiel et «terre de Jim»

En 2014 la finale mondiale de labour aura lieu en Aquitaine sous le nom de «terre de Jim». Guillaume Joie et son équipe apporteront toujours autant d’importance à l’évènementiel agricole sur le département et contribueront à l’organisation de la finale mondiale. Le président des JA se satisfait aussi de voir la concrétisation de projets comme la récente mise en place du pack installation en collaboration avec notamment la chambre d’agriculture.

 

Enfin, Tony Cornelissen est intervenu pour la Chambre d’agriculture. Le président a rappelé la nécessité de travailler «tous ensemble» pour l’intérêt de la ferme Corrèze et afin d’établir un projet commun où autonomie alimentaire, engraissement, protection du foncier, échange de foncier, installation et transmission trouveraient leur place.

Pierre Chevalier a annoncé qu’il ne reconduirait pas la destinée de la CGA et a proposé la candidature de Tony Cornelissen à sa succession, lequel a obtenu la présidence à l’unanimité. Aussi, Tony Cornelissen a profité de cet instant pour féliciter et rendre hommage à Pierre Chevalier et Henri Demontjean qui «ont su rester neutre et préserver la CGA».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui