L'Union Paysanne 22 décembre 2021 a 10h00 | Par La rédaction

ALLAITANT.Un bâtiment pensé pour réduire l’astreinte

Confort et productivité du travail ont été au coeur de la conception de ce bâtiment réalisé par un jeune éleveur engraisseur limousin près d’Uzerche en Corrèze.

Abonnez-vous Imprimer
Très lumineux, le bâtiment est complètement ouvert au Sud Est.
Très lumineux, le bâtiment est complètement ouvert au Sud Est. - © UP

En matière de bâtiment, six années passées en tant que conseiller bovins-viande en Aveyron ont permis à Pierre Cazes de savoir ce qu’il voulait et ce qu’il ne voulait pas. Lorsqu’il s’installe hors cadre familial en 2018 à Espartignac, le jeune agriculteur a son cahier des charges en tête et lance aussitôt son projet. « Mes objectifs étaient de pouvoir mécaniser au maximum, de travailler en sécurité et d’être facilement remplaçable. Je voulais regrouper toutes les mères au sein d’un bâtiment lumineux et agréable, tant pour les animaux que pour l’éleveur. La conception devait limiter les déplacements humains tout en permettant une bonne observation des animaux ».

La stabulation a été bâtie autour d’une fabrique d’aliment construite par l’ancien propriétaire. Réalisée en 2 temps, elle entre en fonction en 2020. L’astreinte quotidienne est depuis passée de 11 heures de travail pour 80 vaches, à 4 heures pour 100 vaches. « Le tout avec moins d’efforts » précise le jeune agriculteur. Le bâtiment est organisé « en croix », c’est-à-dire qu’il contient en son centre un couloir transversal, le long duquel sont installés les parcs à veaux. Cette conception permet à l’éleveur de ne pas avoir à faire le tour pour accéder aux veaux, aux abreuvoirs ou encore aux nourrisseurs. « Il n’y a pas plus de place perdue qu’avec un couloir de surveillance traditionnel en fond de bâtiment » confie-t-il. Le long des cornadis, une aire bétonnée paillée est raclée une fois par semaine. Alimentation, paillage, raclage, tout est ainsi mécanisable. Le recours à l’autoconstruction pour les travaux de maçonnerie, d’électricité, d’eau et les aménagements intérieurs a permis de contenir l’investissement à 210 000 € (hors contention). L’éleveur s’est en outre gardé la possibilité d’agrandir un jour son bâtiment grâce à l’utilisation de blocs béton préfabriqués, facilement déplaçables.

Les box à veaux sont situés le long du couloir central.
Les box à veaux sont situés le long du couloir central. - © UP

Un espace contention dédié
Côté cour, un appentis est entièrement dédié à la contention. Celui-ci comprend un couloir réglable en largeur avec marche pied ainsi qu’une balance. « Cet espace est situé au milieu de l’exploitation, ce qui permet d’y acheminer facilement les génisses ou les babys depuis les autres bâtiments ». L’éleveur utilise alors de simples barrières de prairies montées sur de vielles roues de récupération. L’aménagement de l’espace contention se chiffre à 26 000 € mais les conditions de travail sont considérablement améliorées et le stress des animaux limité. Ainsi l’éleveur ne se montre pas avare en matière de manipulations. « Les animaux à l’engrais sont pesés tous les mois. Je ne conçois pas l’engraissement sans pouvoir facilement peser. Car ce n’est pas moi qui décide si les animaux sont prêts, c’est la balance ». Le couloir de contention est aussi pourvu d’une sortie latérale. A cet endroit, la dalle, surélevée par rapport au terrain naturel, constitue un quai de chargement parfaitement adapté pour un fourgon.

L’éleveur a fait le choix d’une bascule qui minimise le bruit.
L’éleveur a fait le choix d’une bascule qui minimise le bruit. - © UP
- © UP

PAYSAN FÛTÉ !
Une seule personne suffit pour déplacer ces barrières installées sur de vieilles roues de récup.

Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,