L'Union Paysanne 14 septembre 2012 à 09h21 | Par Guillaume Demichel

Autonomie - Des protéines végétales à cultiver chez soi

Sébastien Soulié est un jeune agriculteur qui vise la plus grande autonomie alimentaire possible. Pour cela, depuis un an, il sème du méteil sur 15 hectares de ses terres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dès son installation, Sébastien Soulié a fait en sorte d’assurer l’autonomie de son exploitation en fourrage.
Dès son installation, Sébastien Soulié a fait en sorte d’assurer l’autonomie de son exploitation en fourrage. - © Guillaume Demichel

Sur la commune d’Altillac, Sébastien Soulié est un jeune agriculteur qui vit avec son temps et s’intéresse de près aux évolutions constantes du monde agricole. Que ce soit en termes de techniques ou de coûts. Installé en GAEC avec ses parents depuis 2007, il est à la tête de 70 mères limousines et cultive 120 hectares, dont 25 ha de noyers. L’an dernier, après des recherches sur Internet et avoir consulté de nom-breux avis sur des forums agricoles, Sébastien Soulié décide de semer du méteil sur ses terres. «Face aux coûts des matières premières, la préoccupation essentielle d’un agriculteur aujourd’hui est de tendre au maximum vers la plus grande autonomie possible. Être indépendant pour ne plus être dépendant des variations des cours du marché».

Dès son installation, Sébastien Soulié a fait en sorte d’assurer l’autonomie de son exploitation en fourrage. «Avant je faisais du triticale pur, du maïs grain et j’ajoutais les protéines. Mais je voulais aussi faire rentrer moins d’aliments et moins de protéines. Grâce aux protéagineux du méteil (pois fourrager et vesce), j’ai gagné en autonomie et cela me permet de valoriser mes céréales en engraissant mes animaux».

 

Peu d’interventions et peu d’intrants

Littéralement, le méteil est un mélange d’une ou plusieurs espèces de céréales à paille avec une ou plusieurs espèces de protéagineux qui présente un potentiel et une diversification de la ressource fourragère. C’est une culture d’hiver qui demande peu d’interventions, peu d’intrants, avec des effets bénéfiques sur le plan agronomique et qui se récolte immature au printemps (ou en céréales l’été), libérant ainsi la parcelle pour d’autres cultures. Le plus souvent ensilé ou enrubanné, parfois associé avec du maïs, il constitue un fourrage de base équilibré, source de protéines et de fibres, pour les bovins allaitants. Les proportions couramment utilisées (doses semis/ ha) sont de 90 à 120 kg de céréales et 30 à 50 kg de protéagineux. Les rendements varient de 5 à 10 TMS/ha.

Les associations peuvent être multiples et plus ou moins complexes. Le choix des espèces et des variétés doit répondre à trois enjeux : la même vitesse de croissance, un bon tuteur céréalier et la meilleure valeur azotée possible. «Le reliquat azoté me permet de produire de belles cultures sur les parcelles par la suite. Par exemple du sorgho fourrager». Les protéagineux les plus courants sont le pois fourrager, la vesce et la féverole. Les céréales les plus rencontrées sont le triticale, l’avoine, l’orge, le blé et le seigle. À son mélange, le jeune agriculteur ajoute de l’avoine afin de limiter au maximum la pousse des mauvaises herbes et de l’épeautre, qui permet de produire des rations moins acidogènes pour les animaux.

Dans un avenir proche, Sébastien Soulié entend bien conserver une surface de 15 ha consacrée à la culture du méteil. «C’est une culture qui ne demande pas beaucoup d’efforts et qui apporte une économie importante en matière d’aliments. Pour l’instant une partie est ensilée, l’autre est récoltée. D’ici l’an prochain, je prévois d’en ensiler un peu plus et de baisser l’ensilage maïs».

 

Info Plus

La FDSEA 19, en collaboration avec la Chambre d’agriculture de la Corrèze, organise, le lundi 24 septembre, une journée d’information sur l’autonomie fourragère (méteil, engraissement, etc.) à Altillac, chez Sébastien Soulié, au lieu-dit Malserre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui