L'Union Paysanne 05 octobre 2012 à 09h20 | Par Guillaume Demichel

Autonomie fourragère - «Notre avenir est dans nos mains, sortons les de nos poches»

L’exploitation de Michel Veyssière est ferme pilote dans le cadre du programme structurel Herbe et Fourrages en Limousin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La ferme de Michel Veyssière fait partie des cinq fermes pilotes corréziennes du programme Herbe et Fourrages.
La ferme de Michel Veyssière fait partie des cinq fermes pilotes corréziennes du programme Herbe et Fourrages. - © Guillaume Demichel

Tout autour, de l’herbe et des pâturages à perte de vue. Mais aussi différentes cultures de céréales. A quelques kilomètres de la commune de Saint-Julien-aux-Bois, l’exploitation de Michel Veyssière a été le cadre, il y a quelques semaines, de la journée technique régionale, organisée dans le cadre du programme structurel Herbe et Fourrages en Limousin. La ferme de Michel Veyssière fait en effet partie des cinq fermes pilotes corréziennes du programme. «Ces journées sont une exposition des techniques qui fonctionnent. Cela crée une dynamique exceptionnelle auprès des agriculteurs».

«L’autonomie est la clé de l’agriculture de demain. Un éleveur doit impérativement savoir gérer son pâturage, c’est la base de tout», explique la chargée de mission de la Chambre régionale d’agriculture, Pascaline Rapp. C’est à n’en pas douter ce qu’à compris Michel Veyssière en développant son élevage et son exploitation. «Il y a trois ans, mon troupeau avait augmenté et l’hiver qui a suivi, je me suis retrouvé à cours de foin alors que j’ai toujours fait en sorte d’être en situation d’autonomie fourragère». Un conseiller technique va alors lui venir en aide afin de refaire les stocks nécessaires dans un délai de temps acceptable, soit environ 10 mois. «J’ai accepté à la seule condition de rester maître sur mon exploitation» a répondu Michel Veyssière à l’époque.

 

Une économie de 15.000 euros en deux ans

Pari gagné en quelques mois grâce à la mise en place d’un pâturage tournant. Un investissement financier quasi nul, une importante baisse des charges et un bilan plus que positif ont permis à Michel Veyssière de reprendre confiance, de retrouver son autonomie fourragère et même de racheter son exploitation. L’an dernier, il a réalisé une économie de près de 15.000 euros par rapport à la conduite d’exploitation de 2009. Face à ces constats, c’est tout naturellement qu’il s’est inscrit dans le programme des fermes pilotes «herbe et fourrages» en Limousin. «Cela m’a permis d’élargir mon champ de vision et d’échanger avec de nombreuses personnes, ce qui primordial dans notre métier».

Deux ans plus tard, les mauvais souvenirs de cet hiver 2009 sont loin derrière Michel Veyssière qui préfère aujourd’hui se concentrer sur l’avenir en continuant de développer et d’accroître la ri-chesse de ses pâturages. «Notre avenir est dans nos mains, sortons les de nos poches», confie le technicien de la Chambre d’agriculture de la Corrèze, Stéphane Martignac. «Entre 2009 et 2012, en effectuant les bonnes rotations sur les pâturages, les fermes pilotes sont passées de 3,2 à 5 tonnes. L’herbe est une vraie culture qui est simple à produire pour peu que l’on applique les bases de l’agronomie. En Limousin, près de 600 personnes ont déjà suivi des formations dans ce sens».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui