L'Union Paysanne 29 novembre 2013 à 08h00 | Par VS-FDSEA

CA décentralisé - Renouvellement syndical en perspective

Avant d’entamer les réunions syndicales sur l’ensemble du département, les administrateurs de la FDSEA se sont réunis pour un conseil décentralisé à Saint-Aulaire sur le site de la coopérative Perlim.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
C’est dans la salle du conseil de la coopérative PERLIM, que les administrateurs FDSEA se sont réunis.
C’est dans la salle du conseil de la coopérative PERLIM, que les administrateurs FDSEA se sont réunis. - © VS

La volonté du «nouveau» président de la FDSEA, Daniel Couderc, est de remettre de la proximité et du «terrain» au sein du syndicat. Le traditionnel tour des cantons, introduisant les travaux du conseil, est un exercice de proximité qui permet de faire remonter les problématiques locales. Parmi tous les sujets abordés, ce sont la météo et le retard des moissons (de maïs) qu’elle entraîne, qui ressortent de ce tour de table. L’humidité du maïs allant jusqu’à plus de 40 % entrainera des coûts de séchage importants qui devraient se répercuter dans le prix de l’alimentation. D’ailleurs, certains délégués cantonaux dénoncent encore une fois le fait que le prix de l’aliment ne se cale pas sur les cours des céréales plutôt favorables (côté éleveurs) en ce moment.

L’étalement urbain en périphérie des villes et villages a été l’autre sujet essentiel dont a fait part une partie des administrateurs. Ce fut l’occasion pour le président Couderc de rappeler que le département de la Corrèze faisait partie des plus mauvais élèves sur le plan national en matière de maîtrise du foncier et que, justement, ce domaine pouvait être l’une des raisons de renforcer le rôle des délégués structures et globalement du réseau syndical. L’urbanisation non maîtrisée n’est pas la seule menace envers les terres agricoles, l’emprise des surfaces boisées sur le nord du département soulève aussi de nombreuses inquiétudes.

 

A la suite du conseil, les administrateurs ont visité le site de la coopérative fruitière.
A la suite du conseil, les administrateurs ont visité le site de la coopérative fruitière. - © VS

PAC et PMTVA

Enseignement, formation, chas-se, lait et l’organisation mutuelle d’une journée de promotion de la filière laitière à Saint-Privat le 4 décembre ont aussi été abordés, pour rapidement glisser vers le sujet numéro un de cette fin d’année, la future Pac 2015-2020 et notamment les aides couplées. Gilles Lavergne, pour la section bovine, a précisé que l’annonce du seuil d’accès à trente vaches n’était pas raisonnable pour la ferme Corrèze et qu’il l’avait fait savoir à la FNB et à ses responsables lors de la rencontre régionale à Clermont-Ferrand. Pour autant, le conseil d’administration reconnaît que pour maintenir une PMTVA conséquente, il faudra «écrêter» par le haut mais aussi par le bas et de fait déterminer un plafond et un plancher mais certainement pas à trente vaches allaitantes.

L’écotaxe et le FMSE, deux dossiers suivis par le secrétaire général Michel Queille, ont clos les sujets syndicaux.

Les réunions syndicales sous le signe du renouvellement

Les présidents des syndicats communaux, cantonaux, les présidents des sections et commissions passeront «devant les urnes» durant l’hiver afin de renouveler les équipes syndicales. Aussi, trois nouvelles désignations devront être faites durant ces réunions car une section avicole et une section équine vont voir le jour à la FDSEA en plus de la nomination d’un référent chasse par canton. A la suite de ce conseil, l’après-midi, les administrateurs de la FDSEA ont visité l’outil de la coopérative Perlim en suivant

l’itinéraire des pommes et aussi des noix de leur arrivée sur site jusqu’à leur expédition.

Section bovine

Pour Maintenir le Troupeau de Vaches Allaitantes en Corrèze

La section bovine de la FDSEA de la Corrèze a organisé mercredi 13 novembre une réunion de travail pour appréhender la Prime au Maintien du Troupeau de Vaches Allaitantes (PMTVA) dans le cadre de la future Pac, à laquelle ont participé les organismes économiques agricoles départementaux et l’Etablissement Départemental de l’Elevage (EDE). Il en ressort que, sur le département, 50 % des veaux sont produits sur des exploitations possédant un troupeau de moins de trente vaches. La PMTVA est aussi «demandée» par les exploitations diversifiées qui conduisent des petits troupeaux. Aussi, la section bovine de la FDSEA de la Corrèze juge que la proposition d’un seuil d’accès à la PMTVA, pour la Pac 2015-2020, à trente vaches, n’est pas adaptée au modèle agricole corrézien.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui