L'Union Paysanne 11 mai 2012 à 10h01 | Par SF

CALAMITES AGRICOLES - Gel de printemps : petits fruits et pomiculture en ligne de mire

Après un hiver relativement doux et sec qui faisait craindre aux pires conditions du spectre d’une nouvelle sècheresse, c’est finalement pluie et gel dignes d’un plein hiver qui sont venues perturber et anéantir les productions pomicole, maraîchère et fraisicole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'épisode de froid intense a conduit au gel des plants de fraisiers, pour la plupart détruits. Les autres présentent des nécroses du coeur.
L'épisode de froid intense a conduit au gel des plants de fraisiers, pour la plupart détruits. Les autres présentent des nécroses du coeur. - © Union Paysanne

Face aux dégâts constatés, les responsables de la FDSEA (Jean-Jacques Bouisse, section fruits et Tony Cornelissen, président) ont demandé à l’administration (DDT) d’enclencher une mission d’enquête pour évaluer les pertes dans le cadre d’une demande de reconnaissance au titre des calamités agricoles.

 

Petits fruits pertes de fonds

Le comité départemental d’expertise s’est réuni le 2 mai, a entériné les conclusions et évalué les dégâts subis par (notamment gel sur fleurs) les producteurs sur les secteurs de Beaulieu et Meyssac.

L’épisode de froid intense a conduit au gel des plants de fraisiers détruits, pour la plupart, en totalité. Les autres présentant des nécroses du cœur. Il est acquis qu’une forte proportion de ces plants ne supportera pas la phase de fructification et de grossissement des fruits et sera détruite à cette période.

Au regard des dommages constatés les pertes, selon les secteurs et variétés, sont évaluées entre 30 et 50 %, voire 100 %, pour les plants détruits.

Près de 110 000 plants sont estimés perdus, soit plus de 17 % de la production fraisicole corrézienne. Le montant des dommages est évalué à 110 000 €, auquel s’ajoutent les évaluations sur la production légumière.

La production maraîchère est entachée par la règle des 13 % de pertes par rapport au produit brut théorique des exploitations, qui exclut de fait la majorité d’entre elles d’une potentielle indemnisation.

Si la reconnaissance au titre des calamités pour pertes de fonds ne pose aucun problème particulier, la FDSEA a demandé qu’une extension soit faite pour les pertes de récoltes qui en découlent. Cette situation fera l’objet d’un examen complémentaire au cours de la saison au regard des récoltes successives.

 

Gel sur pommiers pertes de récolte

Le fort épisode de gel survenu la nuit du 17 avril a entraîné de lourdes pertes dans les secteurs pomicoles de Lubersac, Troche, Saint Pardoux Corbier.

Bien que non inscrit à l’ordre du jour, les responsables et producteurs de pommes, en ont profité pour aborder une situation pour le moins inquiétante.

Après plusieurs années de crises successives ce secteur d’activité n’avait, en effet, pas besoin de ce nouvel épisode climatique.

Outre les notions de trésorerie, qui reste essentielles pour la pérennité des exploitations, la capitulation, le travail perdu, l’abandon de production, semblent pour partie prendre le pas sur le moral des acteurs de la filière.

Face à cette situation exceptionnelle, nos représentants syndicaux souhaitent qu’une réunion entre les acteurs de la filière pommes et les partenaires soit programmée au plus tôt. Ceci, afin d’aboutir, outre le processus d’indemnisation, à un accompagnement adapté aux difficultés rencontrées par les arboriculteurs touchés.

Le caractère d’urgence de ce dossier mobilise toute notre attention des responsables de la FDSEA car il en va certes de la santé des exploitations mais aussi des outils économiques et emplois qui en découlent. Outre la pomme et la poire, atteintes par cet épisode de gel, il a été demandé à l’administration d’examiner les dégâts sur les vignes et la production nucicole, qui sont à cette période de l’année, toutes aussi sensibles, selon l’exposition, la tenue des sols ou les variétés.

La fraise en Corrèze

 

10 ha, 50 producteurs,

610 000 plants, 360 tonnes,

2 millions d’euros de CA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui