L'Union Paysanne 13 juillet 2012 à 10h29 | Par Guillaume Demichel

Capel - Une stratégie pour répondre aux attentes de l’agriculture de demain

L’assemblée générale du groupe agro-alimentaire Capel a permis de redéfinir les orientations et les perspectives de la coopérative pour les années à venir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
«La Quercynoise», a tenu son assemblée générale à Labastide-Murat dans le Lot.
«La Quercynoise», a tenu son assemblée générale à Labastide-Murat dans le Lot. - © Guillaume Demichel

La Coopérative agricole des productions et élevage «La Quercynoise», plus con-nue sous le nom de groupe Capel, a tenu son assemblée générale à Labastide-Murat dans le Lot. Le groupe agro-alimentaire, fort de 671 salariés et de plus de 267.000.000 d’euros de chiffre d’affaires l’an passé, est présent aujourd’hui, au travers de ses filiales, sur l’ensemble des départements de la Corrèze et du Lot, mais également sur toute la partie nord du Tarn-et-Garonne.

Outre les protocolaires comptes-rendus d’exercice de l’année écoulée, ce rendez-vous entre tous les adhérents a surtout été l’occasion de redéfinir les orientations stratégiques du groupe pour les années à venir. «Avec un chiffre d’affaires multiplié par trois en 15 ans et en tenant compte de l’évolution des attentes, des marchés et des concurrents, il nous fallait faire ce travail pour définir une feuille de route cohérente avec la réalité économique», lance le président du Conseil d’administration, Christian Delrieu, en préambule.

 

«Le groupe Capel donne la possibilité de devenir les ambassadeurs de notre territoire et éviter ainsi le désert vert», commente le secrétaire général de la FDSEA et administrateur du groupe Capel, Michel Queuille.
«Le groupe Capel donne la possibilité de devenir les ambassadeurs de notre territoire et éviter ainsi le désert vert», commente le secrétaire général de la FDSEA et administrateur du groupe Capel, Michel Queuille. - © Guillaume Demichel

Un plan d’action selon trois volets

Redéfinir les objectifs et lancer des plans d’actions opérationnels afin d’avoir une plus grande visibilité aux yeux de tous. Tel est le point de départ du questionnement posé par les cadres dirigeants du groupe Capel. Un questionnement qui s’articule autour de quatre enjeux principaux : la pérennité des productions, la vitalité des démarches dans les différentes filières, la vie coopérative et les capacités futures d’investissement et d’autofinancement. Afin de répondre à ces exigences, le groupe Capel a décidé d’orienter son plan d’action selon trois volets. D’abord, l’amélioration des performances de production et des volumes, notamment au travers de la charte Jeunes. Ensuite, promouvoir les relations entre les adhérents autour d’un programme d’animation et de communication. Enfin, dégager des capacités d’autofinancement pour les investissements futurs afin des sécuriser les filières. «Les organisations professionnelles ont amené le groupe Capel en 2003 en Corrèze afin de valoriser nos productions. Les agriculteurs doivent comprendre que l’engagement économique du groupe et le bénéfice d’un développement des productions nous permettront de relever les défis alimentaires, de productivité et de revenus de demain. Nous devons produire des produits de qualité en abondance pour améliorer nos revenus. Avec le groupe Capel, nous avons la possibilité de devenir les ambassadeurs de notre territoire et éviter ainsi le désert vert», commente le secrétaire général de la FDSEA et administrateur du groupe Capel, Michel Queuille.

En Corrèze, le groupe Capel est présent au travers de plusieurs structures affiliées. Bovidoc, une organisation de producteurs née du regroupement entre Capel et la coopérative briviste Bévicor en 2010, apparaît aujourd’hui comme le leader au niveau des volumes de viande de veaux labellisés grâce à son implication dans les deux labels (Blason Prestige et Veau élevé sous la mère Label Rouge). La filiale commerciale de Bovidoc, Viandes de Corrèze, est le premier opérateur national de viande de veaux labellisés, et ce malgré une baisse constatée de la production par rapport à 2010 (10.793 veaux contre 11.607).

Créée en 1990, La Vie En Vert résulte de la fusion des activités distribution agricole et grand-public de deux coopératives corréziennes, la Sica Corra de Brive et la Scaro d’Objat. La société devient alors filiale de Bevicor. Après la fusion entre cette dernière et le groupe Capel au 1er janvier 2010, La Vie En Vert est confortée dans son rôle d’assurer la distribution agricole et grand public sur le département avec douze magasins répartis sur l’ensemble du territoire corrézien. Aujourd’hui, la filiale enregistre, sur la Corrèze, un chiffre d’affaires de près de 7,5 millions d’euros en ce qui concerne l’activité de distribution d’agrofournitures dont plus de 4,6 millions d’euros pour les huit magasins affichant l’enseigne Point Vert.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui