L'Union Paysanne 22 novembre 2013 à 08h00 | Par P. Dumont

Ceser - Le CESER Limousin fait peau neuve pour les six ans à venir

La fin 2013 marque le début d’une nouvelle mandature pour le Conseil Economique, Social et Environnemental du Limousin (CESER). Après avoir fait le bilan de la période écoulée fin octobre, une nouvelle assemblée a pris ses fonctions le 13 novembre pour six ans. Elle a réélu à sa tête Jean-Pierre Limousin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tony Cornelissen représente la FRSEA au Ceser. Il revient sur les raisons de la présence du monde agricole à ce Conseil.
Tony Cornelissen représente la FRSEA au Ceser. Il revient sur les raisons de la présence du monde agricole à ce Conseil. - © UP 19

«Les enjeux de l’eau potable en Limousin», «La gestion prévisionnelle des emplois», «La mise en œuvre d’indicateurs territoriaux de développement durable», quelques exemples d’études menées par le CESER entre 2007 et 2013. Ces travaux, commandés pour certains par la Région, ont eu pour vocation, six ans durant, d’éclairer les choix régionaux. Aujourd’hui, la VIIe mandature arrive à son terme. Préfet de région comme président du Conseil régional ont salué les travaux conduits, lors de la dernière séance le 25 octobre dernier. Un livre, retraçant l’action du CESER sur la période 2007-2013 a aussi été édité. Les candidatures pour faire partie de la future assemblée ont été nombreuses. Le 13 novembre, les 69 membres du Conseil ont été officiellement nommés. Parmi eux, un tiers de femmes. Une proportion en progression, même si elle reste inférieure aux objectifs affichés.

 

La profession agricole s’investit

Les organisations professionnelles agricoles des trois départements sont elles aussi représentées au CESER à raison de deux représentants pour La Chambre Régionale d’agriculture (Bernard Goupy et Pascal Coste), un pour la Frsea (Tony Cornelissen), un pour Ja Limousin (Rémi Benoiton), un pour le Modef (Jean Mouzat) et un pour la Confédération paysanne (Jean Jacopé). Les structures de protection de l’environnement bénéficient également d’un nouveau poste, attribué à la Fredon.

Tony Cornelissen explique les raisons de la présence du monde agricole au CESER.

 

Pour quelles raisons la profession agricole doit-elle être représentée dans cette instance ?

TC. «Le CESER a deux rôles majeurs. Le premier est de donner des avis sur des sujets qui touchent de près le monde agricole : économie, emploi, gestion du territoire. Il doit également valider les budgets et financements de la Région et parmi eux le Feader qui a une importance capitale pour la profession agricole. C’est pour cette raison qu’il est essentiel que la profession agricole soit présente dans cette instance. C’est stratégique. Nous devons être force de propositions, être porteurs de réflexions, d’idées nouvelles auprès des élus régionaux, particulièrement sur la répartition des crédits.

 

Quelle va être votre ligne de conduite durant cette nouvelle mandature ?

TC. Le monde agricole défendra constamment les projets capables de relancer la production et la création de richesses. En ce qui concerne les infrastructures, nous mettrons sur la table la problématique des transports, de Tony Cornelissen représente la FRSEA au Ceser. Il revient sur les raisons de la présence dul’isolement de certains territoires, de l’accès au haut débit. Nous aborderons l’environnement sous l’angle qui intéresse le monde agricole : le sanitaire et la défense des cultures. Nous parlerons aussi d’emploi. Il faut faire en sorte que la création d’emploi soit la résultante du développement économique et de la création de valeur ajoutée».

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,