L'Union Paysanne 19 janvier 2011 à 10h38 | Par HD

CGA - … le pouls de l’agriculture corrézienne

Structure regroupant l’ensemble des organisations agricoles corréziennes, la CGA tenait récemment son assemblée générale. Une occasion de prendre...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les organisations professionnelles agricoles corréziennes au service des agriculteurs.
Les organisations professionnelles agricoles corréziennes au service des agriculteurs. - © DR

Annuellement l’ensemble des organisations professionnelles agricoles membres de la CGA, se réunissent en assemblée générale. Une façon de dresser le bilan de l’année écoulée et d’envisager les perspectives d’avenir.

 

Crédit agricole

Le Crédit Agricole Centre France est une banque coopérative attaché à ses valeurs que sont la proximité, la solidarité et la responsabilité. Banque engagée aux côtés du monde agricole, c’est un organisme responsable et solidaire sur le territoire. Elle accompagne les agriculteurs dans les moments difficiles par des crédits de consolidations ou des financements type Agilor. Notons la prudence des agriculteurs puisqu’il n’y a pas augmentation des risques.

Banque partenaire des agriculteurs au niveau de leurs projets notamment des jeunes mais également engagée sur le territoire. C’est ainsi qu’elle accompagne les projets d’énergies nouvelles, sans oublier ses fonda-

mentaux que sont l’installation, la transmission, l’épargne ou l’assurance. Enfin un partenariat particulier avec les Marchés de producteurs de pays.

 

Mutualité Sociale Agricole

2010 a été marqué par un renouvellement des délégués au niveau local, départemental et national garant d’une démocratie participative. Outre ses missions habituelles, la MSA s’est mobilisée pour aider ses ressortissants à traverser la crise par des échéanciers de paiements des cotisations voire des prises en charge partielles, ou en mobilisant le service sanitaire et social. Une cellule de crise existe.

A noter que la future convention d’objectif est en préparation pour la période 2011-2015 ainsi que la révision du plan d’action sanitaire et sociale sans oublier le nouveau plan santé sécurité au travail.

 

Groupama

Groupama d’Oc compte 14 départements du Grand Sud Ouest et 2010 pourrait se résumer ainsi «cap maintenu malgré la tempête». Ainsi Groupama d’Oc poursuit sa cure de rajeunissement de sa gamme de produits, de croissance en matière d’assurance santé et d’assurance dépendance. Elle conduit son évolution structurelle pour se doter d’une organisation forte sans oublier son partenariat signé avec la banque postale et le soutien des agriculteurs touchés par la crise.

En Corrèze, l’activité a été très riche avec des résultats impactés par les effets de la crise. A noter une animation du réseau dans le domaine de la vie mutualiste, de l’information et de la prévention, et ce avec la participation d’intervenants extérieurs de qualité, chercheurs, médecins, économistes.

A noter l’installation de 265 défibrillateurs en 2010 dans les communes rurales complétée par l’organisation d’un week-end citoyen destiné à la formation des utilisateurs avec l’appui des sapeurs pompiers de la Corrèze.

Enfin l’identité de Groupama peur se décliner ainsi «Entreprise Mutualiste Citoyenne».

 

 

Unité et solidarité en période difficile.
Unité et solidarité en période difficile. - © DR

Coop de Corrèze

- Au niveau de la production de pommes, la situation est «plombée» par une distorsion de concurrence entre pays européens en matière de main-d’œuvre. A noter également une conjoncture difficile ainsi que des relations de voisinage quelquefois conflictuelles.

- Dans le domaine laitier, la coopération est inexistante en Limousin et une coopérative collectant sur le Lot et la Corrèze aurait cessé son activité. Par ailleurs, notons la reprise d’Entremont par Sodiaal, mais d’une façon générale le manque de réactivité de la filière laitière Française au niveau Européen.

- Au niveau viande bovine les instances de décisions coopératives sont désormais hors département. D’une façon générale la conjoncture est difficile au niveau des broutards, des vaches de réforme et des taurillons. Seuls les veaux de lait semblent en reprise. Dans l’ensemble pas de problèmes pour les produits de qualité.

Côté marché indépendant Adeco et marché au cadran d’Ussel, les volumes sont stables mais les apports en animaux de qualité sont en recul, alors que la conjoncture est stable pour ce type de produit.

A noter une activité forestière en forte augmentation et des cours du bois en hausse ainsi qu’une conjoncture porcine dé-sespérante.

- Au niveau filière tabacole, là aussi grandes difficultés car dé-sengagement au niveau du premier pilier de la Pac. Si rien n’est fait rapidement, l’issue de la centaine de planteurs Corréziens semble compromise.

- Côté approvisionnement, la situation est fonction de l’ambiance générale à savoir morose et donc des dettes fournisseurs en hausse.

 

Cuma

L’investissement Matériel en commun s’est poursuivi durant l’année 2010 au bénéfice des agriculteurs corréziens. C’est ainsi que l’investissement total s’est élevé à 3 092 990 €. Pour y faire face la FDCuma a bénéficié, outre la participation des agriculteurs, de diverses aides :

- Départementales : 348 184 €

- Régionales : 144 947 €

- Européennes : 498 131 €

- FAC Cuma : 53 176 €

 

Chambre d’agriculture

L’activité 2010 de la Chambre d’agriculture a été de tous les instants. C’est ainsi que deux projets de pôles d’excellence rurale ont été préparés (Truffe et circuits courts), l’enquête 3 E auprès des agriculteurs se poursuit. Quelle conduite à tenir en cas de difficultés, comment juguler les dégâts de gibiers ?, mise en place du processus de qualité formation et conseil, 1000 agriculteurs aidés en déclarations Pac, appui aux porteurs de projets de méthanisation d’Ussel, progression des conseils vente directe, reconversion Agri-bio, modernisation de la production de veaux sous la mère, production fourragère pour plus d’autonomie.

Egalement la Chambre d’agriculture regrette la baisse des crédits du ministère de l’Agriculture pour l’installation, la baisse des crédits du Conseil général et l’absence de conférence agricole.

Enfin parmi les projets citons l’amélioration de la communication avec la création d’un nouveau logo et la création d’un nouveau magazine « Agri-Cultures», l’information des cédants, le développement de l’agriculture biologique, la structuration des ventes de proximité.

Jeunes agriculteurs

L'année 2010 fut une année riche tant en actualités syndicales qu'en techniques communication.

Les jeunes ont été présents sur le terrain chaque fois que l'action le nécessitait ainsi que pour venir en appui au réseau (observatoire des marges et des prix, TéléPac, hausse des charges, FCO,...).

Un gros travail a été effectué sur le dossier viande avec l'organisation de la session nationale viande bovine les 27, 28, 29 octobre à Naves, les actions syndicales menées en partenariat avec la FDSEA et les JA (stickages, blocage de l'abattoir Charal d'Egletons,...).

De plus un travail de communication a été fait sur le dossier installation qui est le dossier phare des jeunes agriculteurs comme la semaine du renouvellement des générations en agriculture et divers stands.

Les jeunes agriculteurs sont à l'initiative des sessions de formation des futurs responsables, l'obtention du versement de la DJA en une fois, la baisse de 1 point des prêts bonifiés.

Enfin, les jeunes ont de nouveau montré leur capacité d'animation du monde rural, de promotion du métier tant au niveau local, départemental que national et de communication sur les produits de qualité.

 

Anciens exploitants

La section «Anciens Exploitants» est partie prenante de la FDSEA. Son activité 2010 a été soutenue. C’est ainsi que le conseil d’administration et le bureau se sont réunis régulièrement. Par ailleurs cinq réunions d’informations décentralisées ont été organisées sur des thèmes divers, un bulletin d’information des anciens a vu le jour, un partenariat avec la MSA du Limousin est en cours et un voyage au Futuroscope a été organisé.

 

Groupement Corrézien de Défense Sanitaire

Le GCDS continue sa mission de veille, de conseil et de prévention au niveau de la santé du cheptel corrézien, toutes productions confondues. Les services sont à la disposition des éleveurs et régulièrement des réunions d’information sont organisées au niveau du terrain.

Diverses analyses de sang sont prises en charge au niveau des différentes espèces des élevages corréziens. De plus, la fièvre catarrhale et ses conséquences a entrainé un suivi de tous les instants. A noter une recrudescence de BVD en Corrèze.

 

Denis Delcour, DDT

Il revenait à Denis Delcour, directeur départemental des territoires, le soin de conclure cette réunion. Il saluait les sujets traités de façon très approfondie, ceci sans doute lié à la crise. «Certes l’élevage a des soucis actuels mais pour autant pourquoi pas un avenir un peu moins noir ??»

Il s’inquiétait du sort de la coopérative laitière des «3 Vallées» et faisait part du projet de révision du schéma départemental des structures.

En terminant, il proposait un projet de diaporama faisant état d’une photographie de l’agriculture Corrézienne.

En somme une réunion certes un peu fastidieuse mais riche d’enseignements pour la conduite de l’activité agricole en Corrèze.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui