L'Union Paysanne 24 janvier 2012 à 10h06 | Par HD

CGA - Solidarité dans la difficulté

L’union départementale de la CGA a dressé récemment son bilan annuel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La réunion annuelle de la CGA, une occasion pour le directeur départemental des Territoires de prendre le pouls de l'agriculture corrézienne.
La réunion annuelle de la CGA, une occasion pour le directeur départemental des Territoires de prendre le pouls de l'agriculture corrézienne. - © CGA

Voici peu selon un rite régulier, l’union départementale de la CGA (Confédération Générale de l’Agriculture) tenait sa réunion annuelle. L’occasion en une matinée, de faire un point sur l’activité de chaque organisation professionnelle départementale au service de l’agriculture.

 

Crédit agricole

C’est Jean-Pierre Certe, administrateur du Crédit agricole site Corrèze, qui s’exprimait. «Le crédit agricole est depuis toujours la banque partenaire, responsable et engagée».

- Banque partenaire des agriculteurs dans l’accompagnement de leurs projets et en particulier les jeunes

- Banque responsable sur le territoire en aidant les agriculteurs dans les moments difficiles

- Banque engagée sur le territoire dans les différents moments de la vie : installation, transmission, financement, épargne, assurance

 

MSA

«Face aux difficultés du moment, la MSA a répondu présent aux côtés de ses mandants» précisait Pierre Couloumy, vice-président de la MSA du Limousin.

Ceci s’est traduit par des échéances de paiement d’un niveau jamais atteint sans oublier la mise en place des différentes enveloppes de prise en charges partielles des cotisations sociales. Par ailleurs «la MSA a activé depuis trois ans une cellule de crise et un plan d’actions sanitaire et social auprès des personnes âgées, en matière d’assistance maternelle ou dans le domaine de l’habitat» indiquait Pierre Couloumy.

Soulignons aussi la mise en place du plan de prévention des suicides, la montée en puissance de MSA Services Limousin auprès des habitants du milieu rural.

«Enfin la convention d’objectif et de gestion, parmi ces objectifs nous exige une réflexion pour parvenir à une réorganisation de nos services afin de gagner en efficacité» concluait le vice-président.

 

Groupama

Au niveau assurance, Messieurs Gilbert Guérin, vice-président et Dimitrov, responsable d’établissement Groupama Corrèze, indiquaient que «l’environnement économique et financier s’était considérablement détérioré l’été dernier avec notamment la crise des dettes souveraines, la chute des marchés actions, le ralentissement économique».

Distinguant la situation de Groupama SA, certes impactée par la crise financière de celle de Groupama d’Oc affichant un taux de développement positif et un double objectif : maîtrise des coûts et amélioration de la qualité de servies aux sociétaires, le Responsable d’Etablissement Corrèze se montrait résolument optimiste pour l’avenir.

 

Coopératives

Pour Alain Berger, président de Coop de Corrèze, «les coopératives ont été impactées par la sécheresse». Ainsi par exemple «la hausse des valeurs de vente d’animaux traduit une décapitalisation. Certes les cours sont un peu meilleurs qu’en 2010 mais il faut freiner la baisse des effectifs de veaux sous la mère. Les cours des agneaux et des porcs se sont améliorés. A noter une baisse de la consommation d’engrais et une hausse très nette des ventes de graines de cultures dérobées. Au niveau fruits, noix et châtaignes ont souffert de la sécheresse tant en quantité qu’en qualité, quant aux pommes, si elles affichent une grande qualité visuelle et gustative, le marché français est catastrophique».

 

Adeco

«2011 a été une très bonne année pour la production de veaux sous la mère, avec des cours favorables» lançait Gilbert Delmond, président de l’Adeco, structure qui représente 43 % des veaux labellisés en Limousin. «Une inquiétude cependant» précisait-il, «des animaux de moins en moins précoces, ce qui retarde la finition des veaux».

Côté gros bovins, les cours sont fermes. Enfin Gilbert Delmond faisait part de son «inquiétude car le cheptel corrézien a été réduit de 6000 vaches adultes ce qui affaiblit l’outil de travail de la ferme Corrèze».

 

Cuma

Francis Coste, président de la fédération départementale des Cuma soulignait «l’activité soutenue du mouvement Cuma en Corrèze avec une progression de 2,64 % des investissement 2011 par rapport à 2010, qui se situent à 3 174 574 € pour 216 matériels achetés soit 15 de plus qu’en 2010. Côté financement, 82 dossiers de financement ont été établis».

Un regret cependant pour Francis Coste, «la liste des matériels éligibles aux prêts bonifiés revue en 2007 et au printemps 2009 est très pénalisante pour notre région d’élevage. En effet seuls matériels neufs de traction, les automoteurs de récolte et de récolte fourragère peuvent y prétendre».

Enfin soulignons la poursuite des aides départementales, régionales et européennes.

 

Les différents services auprès des agriculteurs corréziens.
Les différents services auprès des agriculteurs corréziens. - © CGA

Groupement corrézien de défense sanitaire

Côté santé animale, Maurice Demichel, président du Groupement corrézien de défense sanitaire (GCDS) mettait en avant «l’explosion de la tuberculose en France» : 160 foyers sur le plan national dont 30 foyers en Dordogne et deux en Corrèze en 2010. La tuberculination du cheptel a coûté 700 000 € en Corrèze dont 50 000 € pour le seul canton de Meyssac.

Pour ce qui est de l’IBR, à nouveau préoccupation avec 300 animaux atteints. En ce qui concerne la paratub, 50 % du cheptel corrézien est atteint. Pour ce qui est du BVD (maladie des muqueuses), il y a des taches dans pratiquement tous les secteurs du département.

Enfin évoquant le problème des tiques, Maurice Demichel précisait que «tout le département est concerné, avec notamment une recrudescence de la maladie de Lyme contractée suite à piqûre de tique chez l’homme».

 

Safer

«Contrairement à la tendance régionale qui semble indiquer une reprise de marché agricole en 2010, l’évolution observée en Corrèze ne semble pas suivre cette orientation» précisait en introduction Michel Fialip, président du comité technique Safer corrézien. En effet, seuls 1800 hectares de terres agricoles changent réellement de main chaque année dans le département à un prix moyen de 3000 € par hectare. Sur les deux dernières années, le taux de prise de marché de la Safer a été de 40 % soit 800 hectares environ. Néanmoins comme le précise Michel Fialip, la structure est fragile et une réflexion est en cours pour préserver l’avenir. Pour le président du comité technique, «le maintien d’une Safer régionale avec mise en place d’un centre de ressources du foncier en relation avec le réseau Chambre d’agriculture et le Conseil régional est actuellement à l’étude».

Côté orientation «le soutien aux projets d’installation des agriculteurs» reste l’axe prioritaire du travail de la Safer Marche Limousin. Il est suivit par un travail sur la forêt, un travail en direction des collectivités et plus particulièrement le développement local en mettant l’accent sur une consommation excessive du foncier.

Chambre d’agriculture

Revenant sur la dernière session, le président Pierre Chevalier évoquait quelques points qui ont émaillés l’année 2011 marquée par une sécheresse sans précédent, laquelle a permis de mettre en évidence la grande solidarité entre agriculteurs fran-

çais. Exemple l’opération «ray-grass» pour la Corrèze conduite par des agriculteurs landais, laquelle a entre autre permis d’expérimenter le matériel de récolte (balles rondes ou carrées). Toujours sur la dernière session, Pierre Chevalier précisait la volonté de «verdissement» de la politique agricole souhaitée par la Confédération paysanne, quant au Modef, le président national ne participait pas aux travaux. Enfin s’agissant de la réforme de la Pac, la décision de découpler la PMTVA si elle se confirme peut entraîner une perte de 50 % du potentiel français.

 

Gîtes ruraux

Succédant depuis peu à Michèle Chezalviel, Jean-Marie Roche, nouveau président du relais départemental des Gîtes ruraux, soulignait l’activité soutenue de la structure avec 650 gîtes, 120 chambres d’hôtes, 12 campings. 2012 va être marqué par la reprise en régie directe des réservations mais également par la mise en œuvre d’objectifs nouveaux et différents.

 

La solidarité du monde agricole et de ses organisations.
La solidarité du monde agricole et de ses organisations. - © CGA

Jeunes agriculteurs

Guillaume Joie, secrétaire général de Jeunes agriculteurs de la Corrèze remerciait d’entrée de jeu la CGA pour l’aide financière apportée au niveau de l’organisation matérielle de la collecte de paille organisée par la FDSEA et les JA dans l’Essonne.

Il précisait par ailleurs que de nombreux Jeunes agriculteurs corréziens avait participé aux travaux de groupes nationaux au niveau du Syndicat Jeunes. Par ailleurs, le secrétaire général annonçait des changements en perspective au niveau de la foire au matériel d’occasion d’Objat. Enfin, activité phare des Jeunes, la finale régionale du concours de labours 2012 aura lieu à Chamberet en septembre prochain.

 

Intervention de Michel Queille, secrétaire général de le FDSEA

Relatant une sensible amélioration du marché de la viande bovine notamment à l’export, le secrétaire général de la FDSEA s’est attaché à rappeler la nécessité de défendre inlassablement les produits par la revalorisation des prix. Et de souligner que si la mobilisation syndicale fut forte l’an passé (action Charal), la sortie de crise fut plus difficile. «Mais cette action reste un tournant dans l’action syndicale. Sur le fond, elle doit nous redonner espoir sur la façon d’appréhender le mouvement syndical. Soyons conscient que «nous pouvons encore peser», il suffit de s’en donner les moyens.»

Sans omettre les autres dossiers, comme l’utilisation du foncier et ses effets spéculatifs, le poids grandissant des associations écologiques ainsi que renouvellement syndical à tous les échelons, le secrétaire général s’est attaché à développer les actions entreprises pour pallier les effets de la sécheresse. Et de souligner la nécessité qu’ont les agriculteurs à revenir à plus d’agronomie pour justement implanter des cultures à cycles végétatifs courts, comme le maïs ou les dérobées, qui permettent de reconstituer en partie les stocks fourragers.

«Aider les agriculteurs, à rester compétitifs quelques soient les circonstances, reste le crédo de la FDSEA» indique pour conclure Michel Queille.

 

Denis Delcour, Directeur départemental des Territoires

Chargé de conclure la réunion générale annuelle du monde agricole corrézien, Denis Delcour, directeur départemental des Territoires saluait tout d’abord la qualité du travail de la matinée qui permet en quelques heures d’avoir une photographie de l’agriculture corrézienne.

Il évoquait successivement :

- le niveau du plan Le Maire d’aide aux agriculteurs en difficultés en nette progression par rapport au plan Barnier :

- l’excellent taux (54 %) de télé déclarations Pac proche de 60 % objectif ministériel pour 2012,

- l’avis favorable sur le dossier calamité avec un taux d’indemnisation de 35 %,

- l’excellent taux (99 %) de dossiers Pac réglés,

- la préparation d’une doctrine sur le foncier avec deux incon-tournables : la priorité à l’exploitation des terres et le prise en compte de l’environnement au niveau valeur patrimoniale,

- la nécessité d’être prudent sur le volet environnement vis-à-vis du grand public et les interprétations susceptibles d’être faites,

- photovoltaïque : il ne doit pas y avoir concurrence entre le photovoltaïque au sol et le photovoltaïque sur les bâtiments agricoles,

- la nécessité de ne pas oublier les actifs en difficulté (les charges énergétiques doivent être compensées par des aides au logement).

En somme, une matinée de travail intense et à même de lancer des bases de réflexion pour 2012.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui