L'Union Paysanne 12 janvier 2011 à 10h14 | Par P. Dumont

Chambre régionale - Du travail en perspective pour 2011

La session d’hiver de la Chambre régionale d’agriculture a eu lieu le 20 décembre dernier sur fond d’annonce des premières estimations du revenu des agriculteurs en 2010. Une annonce largement reprise sans plus d’explications dans les médias et qui agace la profession.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Alors que la FNSEA élisait son nouveau président le 16 décembre, Bruno le Maire annonçait sur France 2 une augmentation de 66 % du revenu des agriculteurs sur l’année écoulée. Même s’il a été précisé que cette hausse fait suite à deux années de chute drastique, le chiffre avancé choque le monde agricole. Joël Soursac, président de la CRAL, abordant la question en préambule à son allocution lors de la session CRAL du 20 décembre, a rappelé que de tels chiffres «nécessitaient des commentaires». L’ensemble des personnes présentes a dénoncé la maladresse de cette communication. Jean-Philippe Viollet, président de la FRSEA Limousin, a par ailleurs demandé aux services de l’Etat qu’un communiqué explicatif de ces annonces jugées calamiteuses soit fait auprès des médias régionaux. En réponse, le directeur de la DRAAF a insisté sur le fait que les chiffres annoncés sont prévisionnels et a convenu que même si l’amélioration était réelle, les revenus 2010 restaient inférieurs de 20 à 30 % à ceux de la période 2002-2007.

 

 

Bilan 2010, perspectives 2011

Sur l’année écoulée, le président de la CRAL fait plusieurs constats. Exploitations en difficulté, nombre d’installations en baisse, filières qui se fragilisent, prix non rémunérateurs, le portrait est plutôt sombre. Selon lui, l’agriculture limousine est «déboussolée» et les initiatives prises en ces temps troublés, telles que le blocage des abattoirs ou des cotations, les travaux sur les coûts de production et la contractualisation ou encore l’Observatoire des prix et des marges, n’obtiennent guère de résultats. Même si elles sont qualifiées d’«utiles», elles ne le sont que si elles redonnent confiance aux agriculteurs et dynamise les filières. Joël Soursac voit néanmoins des raisons d’espérer, certaines productions (maraîchage, aviculture, céréales entre autres) tirant leur épingle du jeu. De même, certains éleveurs qui, sachant «prendre du recul sur leur organisation, travailler sur leurs charges …» s’en sortiraient donc mieux. En outre, la Loi de modernisation agricole et les derniers éléments connus de la future Pac sont qualifiés de «rassurants» même si la vigilance reste de rigueur. Autres sujets de satisfaction pour la CRAL cette année, la mise en place du Comité régional sur l’observatoire économique et la prospective (COREP) baromètre des exploitations agricoles limousines, la meilleure prise en compte des positions de l’agriculture par le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) Vienne, mais aussi les actions mises en œuvres dans le cadre du Plan Ecophyto et du Programme Structurel Herbes et Fourrages. En 2011, trois points principaux feront l’objet d’un soutien accru de la part de la CRAL. Levier possible sur la compétitivité des exploitations, le programme régional sur les énergies renouvelables sera réorienté vers l’appui aux projets de bio-méthanisation. Un plan triennal de développement de l’agriculture biologique, qualifié d’«enjeu majeur» par le président de la CRAL verra également le jour en 2011, de même qu’un partenariat avec Gablim. Enfin la chambre régionale portera ses efforts sur l’installation via le nouveau Programme régional installation / transmission.

 

 

Les inquiétudes demeurent

Le tour d’horizon de l’année 2010 et des perspectives 2011 achevé, place aux interventions de la salle. La volatilité des prix, l’absence de toute régulation dans le secteur de la viande bovine, la question de l’environnement sont évoquées. Si la LMA et la Pac 2013 fournissent certains éléments de réponse, ils n’apparaissent pas suffisants et la méfiance reste de mise sur plusieurs points tels que la contractualisation ou la Trame verte et Bleue. La FRSEA Limousin et son président font part de leurs interrogations sur la notion de biens publics, sur les rôles et missions exacts confiés à certains organismes dans le cadre de la LMA. D’autre part, concernant le dossier Eau, Jean-Philippe Viollet se félicite de la prochaine tenue d’une réunion sur le sujet, réunion déjà maintes fois repoussée. Il réaffirme également le besoin de soutiens régionaux, nationaux et européen de notre agriculture.

Invité à clôturer les débats, le président du Conseil régional se dit préoccupé par la situation de l’agriculture et notamment de la filière bovine. Il souligne les avancées obtenues pour la Pac 2013 et indique «il faut continuer à avancer et rester vigilants pour que les orientations proposées par la Commission Européenne soient maintenus et amendés». Pour Jean-Paul Denanot, l’agriculture limousine est capable de répondre quantitativement et qualitativement aux besoins croissants en matière d’alimentation. Des perspectives existent, notamment pour les circuits courts. Concernant l’environnement, il rappelle l’importance de prendre en compte les positions de la profession agricole et sera attentif à la façon dont se dérouleront les travaux engagés.

Enfin, François Projetti, directeur de la DRAAF, rappelle les efforts financiers consentis par l’Etat pour l’agriculture en 2010. Conscient des difficultés éprouvées par la filière bovine limousine, il invite la profession à travailler sur les coûts de production et les prix et réaffirme les progrès mis en place par la LMA.

 

 

Conjoncture

Réalisée par Bertrand Dumas (chambre d’agriculture de la Haute-Vienne), la note de conjoncture apporte des éléments chiffrés sur la situation des filières de production limousines en 2010. Concernant les bovins, les prix remontent pour l’ensemble des catégories présentées. Il faut voir ici le résultat des actions menées auprès des commissions de cotations mais ne pas oublier que cette hausse ne reflète pas forcément la réalité du marché. La fin d’année est difficile pour le marché des broutards. La filière porcine demeure en grande difficulté. La volaille Label a un bilan plutôt positif dû à l’indexation de son prix sur celui des aliments. Même chose pour les pommes AOP à ceci près qu’une bonne année 2010 ne permettra pas de rattraper une année 2009 catastrophique.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui