L'Union Paysanne 20 mai 2011 à 10h29 | Par VM - FDSEA 19

Chasseurs - Les dégâts des gros gibiers sont source de tension

L’assemblée générale de la Fédération départementale des chasseurs a eu lieu à l’Espace Ventadour à Egletons, et a réuni un certain nombre d’adeptes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

De nombreux sujets ont été abordés par le président Jean-François Sauvage dans son rapport. La fédération est favorable à une proposition de loi visant à simplifier l’organisation des ACCA (Associations communales de chasse agréées), à réduire les taxes sur les zones humides et à introduire l’obligation de gestion sur les territoires non chassés. Cette proposition de loi renforce le rôle des fédérations départementales des chasseurs en matière d’éducation à la nature et de la protection de la biodiversité.

Les dégâts causés par les sangliers et les cerfs sont source de conflits entre agriculteurs, forestiers et chasseurs. Pour la saison dernière, la Fédération de la chasse a versé 236 357 € pour 501 dossiers traités. La répartition par espèces à l’origine des dégâts était de 93,46 % pour le sanglier, 4,26 % pour le chevreuil et 2,28 % pour le cerf.

Le tableau de chasse affiche 4900 sangliers pour la dernière saison de chasse contre 2 772 l’année précédente.

Sur ce dossier, Tony Cornelissen, président de la FDSEA, a rappelé que les règles d’usage de bon fonctionnement sont, pour les chasseurs, de fournir et poser des clôtures électrifiées autour des parcelles à risques et, pour les agriculteurs, d’entretenir le courant et nettoyer sous les fils. Il a lancé un appel : «je souhaite très sincèrement que vous chassiez encore plus, que vous réguliez. On a tous intérêt à travailler ensemble».

Denis Delcour, directeur départemental des territoires, a tenu un discours nuancé. Saluant l’évolution positive sur le dossier sanglier, il souligne «évitons les outrances et les caricatures. Il faut régler les problèmes au plus près du terrain». Appelant à la vigilance, Denis Delcour met en garde : «il y a ici ou là des chasseurs, des sociétés de chasse qui ne jouent pas le jeu. Il y a manifestement encore des lâchers de sangliers. C’est une honte, il ne doit pas y avoir d’élevages clandestins» et appelle les chasseurs à régler le problème en interne.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui