L'Union Paysanne 07 novembre 2014 à 08h00 | Par P. Dumont

Communication - Made in Viande, un bilan positif même si en deçà des espérances

Les rencontres Made in viande en Limousin se sont achevées le 31 octobre. Durant une semaine, près de 91 professionnels de la filière viande régionale ont ouvert leurs portes au public. Une première édition aux retombées positives malgré des visiteurs pas toujours au rendez-vous.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le centre de tri de Richard et Nicolas Dubois à Saint-Paul (87) était l’un des 91 sites qui ont ouvert leurs portes durant Made in viande.
Le centre de tri de Richard et Nicolas Dubois à Saint-Paul (87) était l’un des 91 sites qui ont ouvert leurs portes durant Made in viande. - © P. Dumont

Une fois n’est pas coutume, le centre de tri de Saint-Paul (Haute-Vienne) était ouvert au public mardi 28 octobre. L’occasion de mieux connaître l’activité des frères Dubois, négociants en bestiaux. «Lorsque Interbev Li-mousin nous a sollicité pour Made in Viande, nous avons dit oui de suite, témoigne Nicolas Dubois. La filière viande est méconnue mais elle n’est pas opaque ! Nous sommes toujours prêts à expliquer notre activité». Avec 13296 bêtes exportées en 2013, le centre de tri de Saint-Paul figure en bonne place parmi les cinq ou six structures limousines qui exportent. «Nous exportons surtout des animaux maigres destinés à l’engraissement, explique Nicolas Dubois. Ils partent vers l’Italie bien sûr mais aussi sur de nouveaux marchés tels que la Turquie ou le Maghreb». Si le négociant ne se plaint pas, il constate les difficultés croissantes de la filière. Prix en berne, baisse de la production, renouvellement des générations, autant de questions auxquelles il va falloir trouver des réponses rapidement. «Tous les jours, on se rend compte combien le système est menacé», rajoute-t-il. Raison de plus pour communiquer et c’était bien là l’objectif de Made in viande. A peine quelques jours après la fin de l’opération, un premier bilan est fait par Philippe Chazette et Xavier Nicolle, respectivement président et directeur d’Interbev Limousin. «Le nombre de visiteurs s’est révélé très variable d’un site à un autre mais globalement il est en dessous de nos espérances, expliquent-ils. En revanche, l’opération a été très bien relayée au niveau des réseaux sociaux et de la presse écrite, TV et radio». De ce point de vue, les organisateurs sont donc satisfaits. La volonté d’ouverture de la filière et son besoin de main d’œuvre ont bien été relayés. «Nous remercions tous ceux qui ont participés à l’opération, termine Xavier Nicolle. Nous sommes conscients que des choses sont à revoir et que des améliorations doivent être apportées et pour ça nous réunirons tous les participants prochainement.»

C’est une quinzaine d’élevages de bovins et d’ovins, répartis sur toute la Corrèze, qui a ouvert ses portes au grand public dernière semaine d’octobre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui