L'Union Paysanne 06 juin 2014 à 08h00 | Par VS

Concèze -Saccage de pommiers - 30 à 40 mille euros de pertes

Sur un demi hectare, les jeunes pommiers d’un arboriculteur de Concèze ont été sectionnés. Plusieurs mois de travail anéantis par une, deux, ou trois personnes, qui en une nuit ont dévasté mille sept cent pieds.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mesuré, calme et précis, Nicolas Lambert (Directeur technique des vergers du GIE Perlim), s’est exprimé au nom de la profession devant une foule de journalistes.
Mesuré, calme et précis, Nicolas Lambert (Directeur technique des vergers du GIE Perlim), s’est exprimé au nom de la profession devant une foule de journalistes. - © V. SOLEILHET

Il y a des efforts de fait

Vendredi dernier, en fin de matinée, le long de la départementale D901 à Concèze, près de deux cent personnes se sont réunies pour soutenir leur confrère. Les visages fermés, la tête basse, un sentiment de colère et de dégout plané au-dessus du cimetière des jeunes pommiers.

L’Association Pomme du Limousin avait communiqué l’avant-veille sur ce désastre. «Sur plus d’un demi-hectare, les pommiers ont été sauvagement sectionnés. Les auteurs de ce saccage ont agi de nuit avec du matériel de jardinage et ont laissé dans le verger des panneaux aux revendications anti-pesticides» pouvions nous lire sur le communiqué de presse.

Les vandales, dans un français approximatif, ont en effet laissé des messages, après le carnage. Visiblement des antis. Des antitout et surtout des «anti-pesticides», mais aussi «anti-orthographe» et des «anti-informations», dénonçant l’utilisation de pesticides dans les vergers Corréziens. Sauf que le verger qui a subi les foudres de ces destructeurs est, était, un verger écoresponsable dans lequel l’arboriculture, préparant sa succession, avait planté une variété (Evelina) qui aurait répondu aux normes Eco-phyto 2018.

Diversion ou réalité, cet acte de vandalisme a été signé par le GAAPA : Groupement Actions Antipollution Pesticides Agricoles. Ce groupuscule est inconnu.
Diversion ou réalité, cet acte de vandalisme a été signé par le GAAPA : Groupement Actions Antipollution Pesticides Agricoles. Ce groupuscule est inconnu. - © Vincent SOLEILHET

Ne pas stigmatiser la profession

Au-delà des arboriculteurs, l’agriculture en général a de plus en plus de mal à faire reconnaitre ses efforts environnementaux. Tout le monde veut manger du Bio, mais personne ne l’achète. Les consommateurs veulent des produits français aussi chers que des produits d’importation, sauf qu’au nom du prix ils n’ont pas les mêmes exigences de traçabilité et de qualité. Pourtant, la profession fait des efforts pour répondre aux attentes des consommateurs. Et là, ce sont des fanatiques (ou pas) qui s’opposent à l’évolution d’une agriculture raisonnée.

Il n’empêche qu’une enquête est en cours, une plainte contre X a été déposée et il est certain que la profession n’acceptera pas que l’on laisse courir les coupables. Christian Favart (Président APL) et Tony Cornelissen (Président de la Chambre d’Agriculture de la Corrèze), s’accordent à dire qu’il y a face aux vols dans les exploitations et à la banalisation d’actes malveillants «une dérive nationale». Il est temps de faire des exemples.

1700 pieds de pommiers  «Evelina» ont été sectionnés.
1700 pieds de pommiers «Evelina» ont été sectionnés. - © Vincent Soleilhet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui