L'Union Paysanne 29 juin 2012 à 09h57 | Par FDSEA 19

Conseil d’administration FDSEA - Une seule voix pour tous les agriculteurs

Si les élections Chambre d’agriculture sont d’une importance capitale en terme de représentativité syndicale, de nombreux sujets ont été abordés, notamment celui du gel sur les vergers qui soulève de nombreuses inquiétudes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le conseil d’administration affirme sa volonté d’une unité professionnelle pour les élections chambre d’agriculture.
Le conseil d’administration affirme sa volonté d’une unité professionnelle pour les élections chambre d’agriculture. - © FDSEA 19

Élection chambre d’agriculture : unité, gestion et représentativité

Le conseil d’administration affirme la volonté d’une liste unitaire de rassemblement, rajeuni, féminisée, pour se confronter aux autres syndicats en vue des prochaines élections chambre d’agriculture. Il charge le bureau de constituer cette liste, en veillant à rencontrer individuellement chacun de ses membres.

Dans un esprit de concertation le plus large possible, le bureau, a déjà consulté les élus de la chambre d’agriculture FDSEA/JA en fin de mandat, les organisations économiques et poursuit ces rencontres avec les responsables de toutes les organisations agricoles et non agricoles. De plus, cet été, des réunions d’échanges seront organisées dans chacun des cantons. Ces rencontres de terrain permettront, avec les responsables locaux et les agriculteurs, de recueillir les doléances en vue d’établir un projet qui servira de référence pour les actions à conduire durant le mandat.

 

Pommes et gel de printemps

Outre la problématique du revenu qui est loin d’être négligeable, se pose également les aspects de trésorerie, sur lequel revient le président. Si le dossier de demande de reconnaissance est enclenché auprès de l’administration, les producteurs ne peuvent se satisfaire de cette seule compensation. Plusieurs démarches, souligne-t-il, sont en cours afin d’approfondir les autres moyens d’accompagnement, telles que le dégrèvement d’impôt foncier, les mesures de chômage partiel, etc.

Reste, pour les outils économi-ques, de nouvelles inquiétudes, comme par exemple «le maintien des marchés pour la campagne concernée, doublée, en général, d’un point technique pour les vergers dans pareille situation ou encore le phénomène de surproduction l’année suivante». Un plan de restructuration des vergers ne peut en l’occurrence être exclu.

Ce dossier est crucial pour l’économie corrézienne auquel il convient d’apporter attention toute particulière.

Dans le même ordre d’idée, la FDSEA a sollicité la DDT pour étudier la suite a donner à la production nuccicole qui, dans certains secteurs, avec des variétés très précoces, a subi un phénomène identique.

Production laitière : décrochage du prix

Dans ce secteur, la situation paraît assez compliquée. La production nationale, en nette augmentation, est confrontée à une consommation en baisse, d’où un décrochage du prix qui provoque quelques tensions sur le terrain «compréhensible», souligne Jean-Pierre Brousse, le président de la section laitière.

 

Photovoltaïque au sol : une éthique à préserver

Ce dossier est un véritable problème de fond «et même d’éthique», souligne Tony Cornelissen, pour lequel nous réclamons avec insistance une réglementation cohérente. Ne rien faire sur cet aspect revient à une industrialisation des sols. Nous devons à tout prix protéger nos terres agricoles qui représentent à peine la moitié de la surface totale du département.

 

Dossier paille : quelques retards de paiement

Deux aspects se font jour : l’un étant l’opportunité ou non d’effectuer une opération. Vu le contexte climatique, les membres du conseil disent clairement non. Il est relevé que les prix de la paille sous contrat seront inférieurs à 78 € T HT rendu.

Le président indique que l’opération de l’an passé n’est pas définitivement clôturée en raison d’un certain retard dans les paiements. Les délégués cantonaux sont invités à suivre les éventuelles difficultés de trésorerie rencontrées par les agriculteurs concernés. Des ristournes ne sont pas à exclure au regard du bilan, souligne Tony Cornelissen ! En signe de remerciements, qu’ils soient corréziens ou essonniens, tous les acteurs de cette opération seront invités à une soirée festive dans la région de Tulle (programme qui reste à définir).

Rencontres de l’Agriculture

À l’image des années antérieures à la campagne de communication, les rencontres de l’agriculture seront reconduites cet été à destination des touristes de passage dans le département. Échanger, expliquer, convaincre, visualiser… combler le fossé de l’incompréhension font partie des missions que s’est fixée la FDSEA à destination des citadins et néo-ruraux.

 

Accueil et écoute : lutter contre l’isolement

Les difficultés financières, familiales, entraînent souvent auprès de nos concitoyens un isolement prompt à provoquer des troubles et attitudes parfois irréparables souligne le président de la FDSEA. Il attire l’attention des administrateurs sur leur rôle à repérer ce type de population en réel souffrance psychologique, d’effectuer un travail de prévention auprès d’associations et services sociaux habilités et habitués à traiter ces cas, où un accompagnement approfondi s’avère nécessaire. Le conseil reviendra ultérieurement sur cette question.

 

Coulée verte

Face à la recrudescence de passages pour promeneurs, appelés aussi «coulées vertes», le long des berges pouvant parfois couper les exploitations et entraver le travail des champs, plusieurs membres du bureau se sont fait le relais de l’exaspération des agriculteurs concernés. Un travail juridique sera mené pour déterminer les pouvoirs «droits et devoirs» de chacune des parties. A l’évidence, il y a conflit d’usage et d’intérêt entre privé et public.

 

Tuberculose et FCO

Après avoir maintes fois alerté les services de l’Etat et la fédération départementales des chasseurs sur les risques de prolifération de plusieurs espèces sauvages, dont le blaireau, pouvant propager des maladies contagieuses telle la tuberculose, le président s’interroge sur la situation départementale et la corrélation des cas déclarés. Si un protocole de détection est défini, il n’empêche que, pour l’heure, sans résultat concret les supputations subsistent. L’impatience grandit au sein de la FDSEA pour connaître les conclusions de ce travail «sanitaire».

Est revenu comme préoccupation sur les aspects sanitaires le coût de la vaccination FCO, qui selon les cabinets vétérinaires varie de 1 à 5. Cette situation est unanimement contestée, car il s’agit d’un même acte, certes libéral, qui discrédite toute la profession vétérinaire.

Parmi les autres sujets qui n’ont pu être approfondis lors de ce conseil, la FIMO, les fonds VIVEA, la lourde augmentation des cotisations de l’ATEXA, plus de 25 % en 2012, hausse reconduite à priori en 2013 et 2014, ce qui pour les administrateurs pose évidement problème.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui