L'Union Paysanne 26 février 2010 à 10h49 | Par Serge Frescaline

Coopérative - Engraisser et abattre sur place

L’assemblée générale des Éleveurs du pays vert, secteur Corrèze, s’est tenue dernièrement à Naves.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’administration aux côtés des éleveurs et de la coopérative pour pallier les effets de la crise.
L’administration aux côtés des éleveurs et de la coopérative pour pallier les effets de la crise. - © DR

C'est à Naves que les éleveurs adhérents de la coopérative les Eleveurs du pays vert ont tenu leur assemblée générale autour du président Jean-Pierre Soularue, avec en point de mire la crise sanitaire certes, mais plus encore la volonté de dresser des perspectives, une façon d'entrevoir de manière optimiste la sortie de crise.
2008/2009 est, pour le président Soularue, un exercice qualifié de transition... bien difficile à gérer. «A la FCO s'ajoute la chute des prix de nos vaches de réforme, abattues en plus grand nombre dans un contexte de consommation de plus en plus mauvais au fil des mois. Enfin, relevons la trop lente décrue des coûts de production. Un cocktail bien explosif, pour nos filières, nos exploitations».
Si l'effet FCO a grandement perturbé nos échanges de broutards avec l'Italie, des modifications en profondeur sont venues transformer le paysage de l'engraissement dans ce pays, découplage, modes de commercialisation et de consommation, impor-
tations de veaux Irlandais... Un fait est certain, l'export vers l'Italie devrait structurellement baisser. «C'est un phénomène de fond qu'il nous appartient d'intégrer. Il nous faut penser engraissement et sans doute abattre plus dans nos bassins de productions. N'ayons pas peur de nous-mêmes» devait-il insister.
Dans ce contexte difficile le groupe Altitude s'est efforcé de garder le cap de sa politique, et d'aider en substance ses adhérents. «A l'aide à l'aliment broutard, est venue s'ajouter l'incitation financière de 50 % aux diagnostics de gestation réalisés en plus d'une année normale, ainsi que le Pac Repro pour les ovins. Pour preuve le redressement du chiffre d'affaires de notre coopérative, preuve de la pertinence de notre politique». Et d'affirmer plus encore leur différence à une logique de filière en s'engageant dans des filières d'engraissement, outrepassant les conséquences de la Pac.
«Cette crise sanitaire aura donc amené les éleveurs à reconsidérer l'idée d'engraisser et d'abattre un nombre croissant d'animaux au niveau local. L'organisation commerciale, l'engagement coopératif que nous valorisons font que la coopérative avance, car de nombreux défis nous attendent encore dans nos élevages».
La génétique
Crise, évolution des contextes, toujours est-il que l'insémination est en perte de vitesse dans toutes les races, plus accentuée dans les races à viande, en particulier les races rustiques (- 25 % salers aubrac, - 7 % en limousine).
Le programme France Limousin Testage qui représente plus du quart de l'activité de la coopérative, constitue un enjeu majeur de développement en particulier dans la base de sélection.
La progression (+ 20 %) des constats de gestation par échographie est l'autre fait marquant sur lequel, et pour cause (liée à la FCO), la coopérative a porté ses efforts. Mais la révolution dans les programmes de sélection est l'avancée rapide dans le domaine des technologies permettant la lecture du «génome», qui, à court terme, offre le meilleur rapport qualité-prix. Le testage de la descendance étant remplacé par l'utilisation de taureaux génomiques, dont la fiabilité est deux fois supérieure à celle des taureaux de testage.
En soi une révolution aussi importante que celle des années 50-60 qui a vu apparaître les programmes de sélection avec testage sur la descendance et la congélation des semences.

 

 

Les Eleveurs du pays vert en quelques chiffres 

3400 adhérents
76000 bovins collectés
30 000 ovins
66 millions d'€ de CA

 

 

 

 

 


 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui