L'Union Paysanne 01 mars 2013 à 09h38 | Par SF

Cooplim - Une stratégie d’entreprise avec une politique de terroir

La coopérative arboricole a tenu son assemblée générale courant février. L’occasion de faire le point sur l’année écoulée et de revenir particulièrement sur le gel du printemps dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sensibles à un nouveau départ, les arboriculteurs n’en attendent pas moins qualité, quantité et prix.
Sensibles à un nouveau départ, les arboriculteurs n’en attendent pas moins qualité, quantité et prix. - © SF

Avec un prix payé producteur pour la récolte 2011 qui n’a pas donné satisfaction et 2012 qui restera dans les mémoires comme l’année du «grand gel» avec une récolte quasi inexistante, le président de Cooplim, Christian Favart, entend malgré tout préparer l’avenir tant dans les vergers qu’au sein de la station avec Evelina, une nouvelle pomme bicolore.

Les arboriculteurs connaissent «de tout temps» les aléas tant climatiques qu’économiques. La récolte 2012 les a entraînés à un point que personne n’avait imaginé. Mais la réponse, même que partielle, a été collective, rapide et efficace reconnaît le président de Cooplim. «Après des réflexions stratégiques, nous nous orientons dans un futur très proche à reconsidérer notre verger ainsi que le travail en station, en l’occurrence la réduction de nos coûts de production.»

Préparer l’avenir passe nécessairement par un renouvellement des vergers. Vergers beaucoup trop vieillissants, constate Christian Favart, «qui produisent des pommes vertes et trop petites», ce que refuse le commerce rémunérateur «plus orienté sur des pommes de couleur blanche à jaune, de calibre de 75 mm et en plus avec une garantie gustative». Les fruits de petits calibres sont destinés en fait à un second marché dit de dégagement et laisse au producteur un revenu inférieur au coût de production.

 

Le maintien des activités et la viabilité de la coopérative passent par des achats extérieurs.
Le maintien des activités et la viabilité de la coopérative passent par des achats extérieurs. - © SF

Aider à renouveler les vergers

Augmenter de façon significative le tonnage au verger constitue un véritable projet d’entreprise, avec pour incitation une prime à l’arrachage des vergers de plus de 17 ans, secondée d’une aide à la plantation. Deux mesures parfaitement complémentaires pour améliorer à terme la production et le revenu.

En intégrant l’incertitude comme une nouvelle exigence du métier, les distorsions de concurrence dans le secteur des fruits et légumes - handicap lourd - auxquelles s’ajoute l’instabilité des prix sont un ensemble d’éléments résultant d’une mondialisation sauvage sur laquelle nous n’avons que peu de prise. Dans ce contexte, améliorer la compétitivité revient à absorber l’ensemble des risques économiques inhérents. Pour Cooplim, la réponse la plus adéquate reste la valorisation d’un savoir-faire, de la notion de terroir, au travers d’une marque adjointe d’une stratégie commerciale avec des volumes suffisants. C’est donc avec et autour de la pomme d’altitude qu’est la Golden du Limousin que les coopérateurs entendent poursuivre leur développement avec Evelina, la pomme qui répond aux «nouvelles» potentialités du consommateur.

Après les perspectives de changement des vergers, Cooplim espère un nouveau départ en réduisant les charges de main d’œuvre en station. Si science et innovation sont pour Christian Favart les réponses à apporter, il n’en oublie pas moins la sécurisation de l’alimentation des hommes, les préoccupations environnementales. Un ensemble de missions et de propos qui développe une nouvelle stratégie d’entreprise et une politique de terroir.

 

Quelques chiffres

 

Cooplim : 25 % des vergers ont plus de 17 ans, et un tiers a plus de 15 ans.

Sur 15 ans, un verger non irrigué perd l’équivalent de trois récoltes

La main d’œuvre représente 64 % des coûts en station.

Soutien du Conseil régional aux pomiculteurs : 9 €/t perdue, soit une aide de base de 483 €/ha (JA 780 €/ha).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui