L'Union Paysanne 25 février 2012 à 09h37 | Par L'Union Paysanne

Dégâts - Le rat taupier ennemi des vergers

Le rat taupier occasionne de nombreux dégâts dans les prairies et les cultures. Le réseau Dephy «Pomme Limousin» a organisé une journée sur diverses solutions à ce problème.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les participants ont assisté à une démonstration de Rodenator.
Les participants ont assisté à une démonstration de Rodenator. - © P. Dumont

Amateur de racines, le campagnol terrestre ou rat taupier est fréquemment évoqué pour les dégâts qu’il cause dans les prairies. Pas sectaire, le rongeur s’attaque pourtant à d’autres cultures et notamment aux vergers. C’est la raison pour laquelle le réseau Dephy* «Pomme Limousin» a récemment proposé une journée d’information sur les solutions possibles à ce problème.

Une soixantaine de participants se sont retrouvés le 13 février à Arnac-Pompadour en salle puis sur un verger. Campagnol des champs ou terrestre, les ennemis sont nombreux. Après une présentation des différents types de campagnol, le débat s’est rapidement orienté vers les méthodes de lutte. Soumise à une réglementation stricte, la lutte phytosanitaire contre le campagnol terrestre est collective et fait appel à des produits à base de bromadiolone. Pour cela, les producteurs font appel aux GDON. Ils agissent en cas d’infestation modérée et sous couvert d’un arrêté préfectoral. Des moyens de lutte alternatifs existent cependant.

A Vigeois, les 31 hectares de verger sont la proie des campagnols. A tel point que l’arboriculteur a dû remplacer jusqu’à 3 000 jeunes arbres endommagés. De quoi donner à réfléchir sur le moyen d’éradiquer l’envahisseur. Après un traitement phytosanitaire qui s’est avéré insuffisant, l’arboriculteur s’est orienté cet hiver vers l’installation d’une barrière physique associée à des pièges Standby. Un grillage est semi-enterré tout autour du verger à 25 centimètres de profondeur avec un piège de chaque côté du treillis tous les 25 mètres. En complément, l’arboriculteur utilise un appareil à l’intérieur du verger, le Rodenator. Celui-ci permet d’injecter un mélange d’oxygène (97 %) et de propane (3 %) dans les galeries et de déclencher une onde de choc tuant les rongeurs. Il est encore trop tôt pour évaluer l’efficacité du dispositif, par ailleurs assez coûteux puisque 36 400 € ont été nécessaires pour l’installation de la barrière.

D’autres dispositifs ont également été abordés lors de la journée organisée par le réseau Dephy, piège à taupe classique ou encore piège Topcat. Il ne faut pas non plus oublier que le rat taupier compte de nombreux prédateurs naturels dont les rapaces. Installer perchoirs et nichoirs peut donc être utile sauf en présence de filets paragrêle déployés. Enfin travailler la terre sur une profondeur d’au moins 15 centimètres peut détruire les galeries du rongeur.

*DEPHY : réseau de Démonstration, d’Expérimentation et de Production de références sur les systèmes économes en pHYtosanitaires mis en place dans le cadre du plan Ecophyto 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui