L'Union Paysanne 17 octobre 2014 à 08h00 | Par UP 19

Session de la Chambre d’agriculture - Des agriculteurs debout qui construisent leur développement

Les élus de la chambre d’agriculture de la Corrèze ont donné la parole aux agriculteurs, lors de la session d’automne. Ces derniers, accompagnés des agents chambre, ont présenté les axes de développement qu’ils souhaitent mettre en œuvre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Paroles d’agriculteurs

- L’équilibre est dans le pré il faut le cultiver

«L’équilibre de l’agricultrice ou de l’agriculteur dans sa vie professionnelles est le levier essentiel de son épanouissement. Cultiver cet équilibre c’est prendre conscience de ses problèmes et les solutionner. L’objectif est d’aider les agriculteurs à reprendre le contrôle de leur choix, à ne plus subir, à être le détenteur de sa destinée.»

 

- Méthodes pour travailler et durer en groupe

Un constat : le Gaec c’est avoir la possibilité d’avoir du temps libre, de choisir ce qu’on aime faire. C’est un bon outil mais il ne réussit pas toujours.

Pour aider à la pérennité des Gaec il faut des outils, des méthodes, des formations.

Une première étape est l’organisation d’une rencontre des agriculteurs en Gaec sur la Corrèze pour faire rencontrer les gens qui ont les mêmes problèmes et pour partager des solutions.

 

- Simplifier les démarches administratives

«Le ressenti : on a choisi ce métier pour la liberté, or on n’a plus de liberté. On a trop de paperasse, on remplit plusieurs fois les mêmes dossiers, on angoisse avec les contrôles.»

«On propose de s’appuyer sur un groupe local, d’avoir des experts qui expliquent les règles et le pourquoi de ces règles, de voir comment s’organiser pour plus d’efficacité et de voir comment financer les adaptations si nécessaire.»

 

- Développer l’élevage ovin

Les éleveurs sont peu nombreux et dispersés sur le territoire.

Le projet est de créer une dynamique pour partager les expériences, mutualiser du matériel voire du travail, de mettre en place un forum ouvert ovin avec les acteurs de la filière.

La volonté est de donner une image positive de l’élevage ovin.

 

- L’agriculture biologique

«Les besoins de la filière sont mal connus. Une partie des produits bio sont intégrés aux circuits conventionnels. Les producteurs souffrent d’un manque de reconnaissance de leur travail.»

Pour remédier à cela les producteurs préconisent de :

- Poursuivre l’accompagnement technique réalisé par la chambre d’agriculture,

- Prévenir des difficultés de commercialisation dès le début de la conversion,

- Orienter vers davantage de produits finis.

 

- Transmission des exploitations

Le constat est que beaucoup d’exploitations n’ont pas de repreneur, la transmission fait peur.

Il est nécessaire de trouver des candidats pour auprès d’un public large y compris un public de hors cadre en reconversion professionnelle. Le parrainage est une bonne solution pour acquérir de l’expérience mais le stagiaire a une rémunération trop faible ce qui freine le développement de cette pratique.

 

- Développer la vente directe

«L’intérêt de la vente directe c’est la valorisation économique, sociale et personnelle.»

Il est important de se situer sur un produit de qualité, sur un produit haut de gamme.

L’image de la vente directe passe aussi par l’image qu’on donne aux consommateurs.

Il est nécessaire de donner aux producteurs des lieux de réflexions et de confrontation d’expérience.

- Autonomie alimentaire et gestion des troupeaux.

Les objectifs du groupe sont d’optimiser la ressource pour garder des exploitations productives, à taille humaine en veillant à l’équilibre économique. Cela passe par un travail sur l’optimisation des surfaces de récolte (fauche, céréales) par un pâturage tournant et une recherche de l’autonomie en protéine.

De plus il faut adapter les ressources fourragères aux besoins des animaux (calcul de rations).

La gestion du troupeau en lot permet aussi de gagner du temps.

 

- La place des femmes en agriculture

Il est nécessaire de faire reconnaître le statut des femmes en agriculture.

Pour mieux les impliquer il faut connaître leur besoins et leur proposer des formations spécifiques y compris sur des sujets comme la conduite des engins ou sur le soin des animaux.

 

- Anticiper la baisse de main d’œuvre dans les exploitations

Le but du groupe est faire connaître les outils existants et d’en inventer d’autres si nécessaire pour «assurer la sécurité, la flexibilité, la compétitivité et le bien-être sur mon exploitation grâce à la main d’œuvre salariée.»

Anticiper c’est assurer l’avenir.

La mise en place de groupes locaux doit permettre à chaque agriculteur de trouver une réponse adaptée à ses besoins.

 

- Techniques innovantes.

Un sol en bonne santé et équilibré permet de réduire les intrants.

Plusieurs techniques existent (non labour, prairies multi-espèces, méteil, couverts végétaux en hiver…), il faut les tester dans les différentes zones du département et en tirer des références locales.

Construire un réseau et partager les expériences.

Faire des essais c’est comme ça qu’on avance.

 

En conclusion une nouvelle façon de travailler : le partage d’expérience, le réseau, construire nos solutions ensemble.

«Les agriculteurs doivent prendre possession de ce merveilleux outil qu’est la Chambre d’Agriculture. Un espace de collaboration technique, économique, humain où la transversalité de l’échange, agriculteurs et agents tout autant qu’entre services de notre Maison, au bout du compte, entre tous, élus compris, deviendra le fondement de cette nouvelle démarche.»

Pierre Beysserie, membre du bureau de la Chambre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui