L'Union Paysanne 02 juin 2010 à 10h50 | Par Henri DEMONTJEAN

Distinction - Lucien Renaudie élevé au grade de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur

L’Etat reconnaissant a décidé d’honorer un grand défenseur de la cause commune notamment de l’agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Lucien Renaudie, Michèle Chezalviel et Joseph Laporte, trois amis dans la vie.
De gauche à droite : Lucien Renaudie, Michèle Chezalviel et Joseph Laporte, trois amis dans la vie. - © DR

Récemment la salle des fêtes de Beyssac accueillait la famille et les amis de Lucien Renaudie, ancien responsable bien connu en Corrèze notamment dans le monde agricole mais aussi politique compte tenu de ses engagements nombreux et variés.
En effet, le Président de la République, reconnaissant des multiples engagements de Lucien Renaudie, lui a décerné le grade de Chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur.
En homme fidèle à ses racines et à sa profession, Lucien avait choisi la salle des fêtes de sa commune Beyssac pour le déroulement de la cérémonie et Michèle Chezalviel sa complice de toujours comme marraine.

Monsieur le maire

C'est Serge Sartre, maire de Beyssac qui accueillait les nombreux participants venus témoigner leur reconnaissance envers celui qui a servi la cause commune durant quatre décennies.
Au travers d'un propos chaleureux, il traduisait la gratitude des Beyssacoises et Beyssacois envers leur maire durant 30 ans. Il insistait notamment sur les projets menés à bien dans l'autorité de Lucien et ils sont nombreux (diverses acquisitions de terrains, de réalisation de lotissement, de bâtiments, d'une salle polyvalente, aménagement du bourg, mise en place du regroupement pédagogique, construction d'un terrain de foot, etc.).

 

 

Lucien Renaudie (micro en main) entouré des responsables et de son épouse.
Lucien Renaudie (micro en main) entouré des responsables et de son épouse. - © DR

Monsieur le conseiller général

C'était ensuite au tour de Jean-Pierre Decaie, conseiller général de Lubersac de saluer les mérites de Lucien Renaudie dans sa «défense de la ruralité». Très tôt militant au sein des Jeunes agriculteurs, Lucien «proche et complice de Michèle Chezalviel» a défendu le monde agricole et rural au niveau communal, cantonal, départemental, régional et national, certes dans une période peut-être plus favorable qu'aujourd'hui mais avec une grande efficacité. «Vous avez avec Michèle Chezalviel «tutoyé» le pouvoir au plus haut niveau de l'Etat» lançait le conseiller général de Lubersac alors qu'aujourd'hui le contexte est beaucoup plus difficile. Il terminait en saluant sa famille et notamment son épouse Jeanine, complice et soutien efficace, et leurs deux enfants Sylvain et Guillaume.

 

 

Michèle Chezalviel

Il revenait ensuite à Michèle Chezalviel, amie de longue date, le soin de relater les moments forts de la longue carrière de Lucien.
«Tu es né ici, à Beyssac, dans cette commune que tu aimes tant, et tu as choisi tout naturellement d'aider tes parents sur l'exploitation, puis de continuer le métier d'agriculteur. Très tôt tu t'es engagé dans le syndicalisme jeune, le CDJA, et c'est là que nous nous sommes connus. Membre de 1962 à 1974, tu as accepté la présidence du CDJA en 1970, non sans mal, et ensuite, tout naturellement, tu es devenu administrateur à la FDSEA pendant 25 années, de 1970 à 1995.
Tu as été élu au bureau de la FDSEA en 1977, en même temps que moi à la présidence, et pendant neuf ans, tu as été secrétaire général.
J'ai pu apprécier ta compétence, ton dévouement et ton esprit d'équipe. Tu as fait partie, avec quelques autres, de ceux qui m'ont aidée et beaucoup apporté.
En même temps, tu étais
- président de la section fruitière départementale et régionale,
- membre de la Coopérative Fruitière du Limousin,
- administrateur de la Coopérative agricole de Pompadour,
- administrateur de la caisse de Crédit agricole de Lubersac.
En 1983, tu étais avec moi dans l'équipe qui a gagné les élections à la Chambre d'agriculture, avec le changement de scrutin à la proportionnelle. Tu seras membre du bureau et secrétaire de 1989 à 2001.
J'ai retracé les principales responsabilités agricoles qui ont été les tiennes mais, en même temps, tu étais engagé en politique, puisqu'en 1977, tu as été élu maire de Beyssac et ceci jusqu'en 2008.
D'autres ont évoqué tout ce que tu as fait pour Beyssac et pour ta région, mais je voudrais seulement souligner la reconnaissance de ton action, puisque tu as été suppléant du député de Tulle Raymond-Max Aubert et, en 1995, lorsqu'il est devenu ministre, tu est devenu député de la Corrèze durant deux années.
En 2000, tu as été élu conseiller régional du Limousin, et ceci jusqu'en 2005, pendant six années.
Cela fait beaucoup de responsabilités, et il faut de l'énergie, du dévouement et du désintéressement, pour remplir toutes les missions qui t'ont été confiées.
Nous qui avons travaillé de nombreuses années avec toi, nous connaissons ta ténacité, ta disponibilité, ton souci d'être au service de tes concitoyens, et tout ceci sans bruit, mais avec conviction.
Tu as eu la chance, comme nous tous, d'avoir une famille qui a compris ton engagement, et qui a accepté de le partager.
Je veux saluer ton épouse, Jeanine, pour qui j'ai beaucoup d'amitié, et l'associer aux félicitations qui te reviennent.
Je veux saluer tes enfants, Sylvain et Guillaume, qui ont eux aussi accepté de ne pas toujours avoir leur père à la maison, et qui peuvent aujourd'hui être fiers de toi.»
Au moment de remettre la décoration, Michèle Chezalviel précisait «le Président de la République a voulu te remercier, et cette haute distinction récompense une vie consacrée à la défense de la profession agricole, mais aussi à la défense de tes concitoyens».
Avant d'inviter ses amis et concitoyens à prendre le verre de l'amitié, Lucien Renaudie, au travers d'anecdotes simples et sincères, revenait sur quelques faits de sa longue carrière d'agriculteur et de responsable. Il évoquait les temps forts vécus avec les nombreuses personnes rencontrées durant ses riches, multiples et très prenantes missions.
A son tour, l'Union paysanne félicite celui qui a été gérant du journal et directeur de sa publication durant huit années.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui