L'Union Paysanne 27 avril 2012 à 10h44 | Par VS

DYNAMIQUE MAIS - L'autonomie à tout prix

Suite au succès d’une première journée d’information sur la culture du maïs qui avait eu lieu à Ussel, une seconde réunion s’est tenue sur le canton de Mercoeur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VS

Même si la «Dynamique maïs» a vu le jour au moment où l’ensemble de la profession se posée des questions quant à une éventuelle sécheresse, il n’empêche qu’une vingtaine d’agriculteurs s’est réunie le jeudi 19 avril 2012 à La Chapelle Saint Géraud pour aborder la implantation et l’utilisation du maïs.

«Nous préférons voir les tracteurs dans les champs que les camions sur les routes» a introduit Michel Queille, le local de l’étape. En effet, la «Dynamique maïs» initiée par la FDSEA a pour but de sensibiliser les agriculteurs à «sortir les charrues» pour cultiver un maximum de terres tout en respectant les engagements de chacun en termes de PHAE et BCAE. À ce propos était présent lors de ce rassemblement le technicien de secteur Jean-François Mathieu qui, avec beaucoup de pédagogie, a présenté clairement les points sur lesquels les agriculteurs devaient faire attention pour ne pas être réprimandés lors d’éventuels contrôles. Sans jamais remettre en cause la culture de l’herbe, ce ne sont pas moins d’une cinquantaine d’hectares qui ont été recensés pour cette campagne 2012.

L’intervention du technicien de chez Caussade Semences, Da-mien Robert, accompagné d’un technicien du groupe Capel Christophe Busato, fut quant à elle plus guidée vers l’utilisation du maïs dans les rations. En maïs fourrage, les besoins des éleveurs sont au cœur des efforts de recherche. Le groupe travaille sur des programmes de sélection spécifiques prenant en compte les besoins nutritionnels des animaux.

En sélectionnant des hybrides productifs et réguliers, dotés d’une bonne digestibilité et d’une excellente densité énergétique tout en comparant les impacts économiques d’une culture à l’autre (voir tableau).

L’autonomie des exploitations ne passe pas forcément par la culture du maïs et celle de l’herbe doit être avant tout privilégiée ; ceci étant les orientations et les objectifs que doivent se fixer chacun des exploitants corréziens passent par la recherche de l’autonomie fourragère des exploitations. À l’aube de devoir communiquer sur le bilan carbone des produits agricoles, en faisant venir les tourteaux du Brésil ou des USA, les céréales de l’autre bout du monde, les exploitants sont exposés à la volatilité des prix sur des marchés qu’ils ne contrôlent pas. L’autonomie est une condition de l’efficacité.

- © VS
*amorti sur trois ans 	**amorti sur cinq ans
*amorti sur trois ans **amorti sur cinq ans - © Caussade semences

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui