L'Union Paysanne 17 avril 2015 à 08h00 | Par JA 19

Dynamisme et mobilisation pour l’assemblée générale des Jeunes Agriculteurs

L’assemblée générale des Jeunes agriculteurs de Corrèze s’est tenue à Tulle le 8 avril dernier en présence du président de JA National, Thomas Diemer. Les débats se sont centrés sur la production de veaux sous la mère, thème de leur rapport d’orientation 2015.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jérôme Pascarel, président des JACorrèze au centre de la tribune.
Jérôme Pascarel, président des JACorrèze au centre de la tribune. - © JA 19

M algré le soleil printanier, les Jeunes agriculteurs de la Corrèze ont répondu présents pour leur assemblée générale. La salle des assemblées de l’immeuble consulaire à Tulle avait fait le plein. Il faut dire qu’un invité de marque était aux côtés du président corrézien, Jérôme Pascarel, le président de JA National, Thomas Diemer. Hélas, ce dernier a dû partir plus tôt que prévu en raison de la perturbation des transports aériens.

 

Une année riche

Le congrès s’est ouvert par la lecture des comptes et leur approbation, puis s’en est suivi un rapport d’activité dynamique, en vidéo. Celui-ci a retracé une année riche en évènements et en défense syndicale pour les JA Corrèze. En désordre, les ovinpiades des jeunes bergers en janvier, la foire «L’agriculture en fête au pays du goût à Objat» en avril, la fête de l’agriculture à Meyrignac L’Eglise en août, le Festival de l’élevage à Brive la Gaillarde, ou encore Terre de Jim à Bordeaux. Mais aussi des actions syndicales pour le manger français, (et) les zones vulnérables par exemple. Une fois encore les Jeunes agriculteurs de la Corrèze montrent leur motivation et leur participation au dynamisme du territoire.

Une salle bien remplie.
Une salle bien remplie. - © JA 19

Les lycéens mis à contribution

L’accent a ensuite été mis sur le rapport d’orientation, piloté cette année par Vincent Rome et Mathieu Velles, sur le thème suivant : «Installation Veau de lait sous la mère et Qualité de vie». Pour l’occasion, les JA ont coopéré avec une classe de Bac pro CGEA (Conduite et gestion de l’exploitation agricole) accompagnée de leur professeur Monsieur Faucon, du lycée Pisani à Tulle (de Naves). Les Jeunes agriculteurs et les élèves ont travaillé ensemble sur la présentation de la filière, l'occasion de mener une réflexion sur cette production dans le cadre de leur formation. A l'assemblée générale ils ont tour à tour, pris la parole pour présenter leur rapport sur «comment réussir une bonne production de VSLM».

Suite à cela, plusieurs JA se sont ensuite succédés pour proposer des solutions, des alternatives pour réduire les contraintes en production de VSLM.

De l’adaptation des bâtiments déjà existants aux nouvelles salles de tétée en logettes, ou encore aux groupements d’employeurs et services de remplacement, de multiples pistes ont été évoquées pour améliorer la qualité de vie des agriculteurs désireux de s’installer avec cette production. Le débat est lancé, et les JA tentent d’y répondre !

Coopération avec les élèves de Naves.
Coopération avec les élèves de Naves. - © JA 19

Echanges et coups de gueule

Suite à cette réflexion rondement menée, le président Pascarel a donné la parole à ses présidents de cantons, qui se sont succédés les uns après les autres à la tribune. Très en verve, certains n’ont pas hésité à attaquer ou interpeller les élus et représentants présents sur de nombreuses problématiques.

Victor Fourtet de Saint Privat nous a raconté l’histoire de ces agriculteurs fatigués d'une image parfois dévalorisante qui colle à la peau. «Il était une fois agriculteur, un corps de métier en voie de disparition, et pourtant trop souvent considéré comme assistanat pour une partie de la population croyant que nos aides compensatoires nous sont perçus en guise de prime ou de treizième mois. Certainement une interprétation qu'il faut reformuler pour mieux considérer notre si beau métier». Fatigués aussi des va-et-vient des technocrates et l’instabilité des promesses de la Pac : «Pac 2013 reportée à 2014. Cette année, de multiples études ont été faites sur nos exploitations pour simuler les conséquences, et nous y sommes ! Bon nombre d'ambiguités ont donné le tournis à beaucoup d'entres nous, moi le premier. Sommes-nous perçus comme les dindons de la farce ?» Il partage avec nous son sentiment de crainte face à l’artificialisation des terres agricoles et la désertification des villages. Sa commune proche du Cantal où les prix des terrains flambent voit arriver la menace d’une agriculture dispersée et décentralisée des sièges d’exploitation. «Notre voisin le Cantal voit son foncier grimper anormalement. Ceci pousse les jeunes petit à petit à taper à notre porte. Le problème a déjà été soulevé l'année dernière, il est en train de se confirmer. L'agriculture locale se voit menacée par une agriculture d'estive où l'éleveur emmenerait ses animaux au printemps et les récupérerait à l’automne. Un grand nombre de conséquences pourrait en découler avec la désertification de nos villages et aucune retombée économique dans notre région. Arrêtons l'hémorragie, aidez-nous à trouver des solutions !!»

Emmanuel Lissajoux du canton de la Roche Canillac, précisant onze communes entre les gorges de la Dordogne et de Doustre, nous rappelle que les JA ont de l’humour. Il nous invite au parc zoologique de nuisibles de son canton ! Jean-François Sauvage, qui porte bien son nom rappelle-t-il, président de la fédération de chasse de la Corrèze, est appelé à prendre ses responsabilités pour freiner la surpopulation de ces animaux sauvages. La journée s’est conclue par les différentes interventions des autres organisations. Le président de la Fdsea 19, Daniel Couderc, a tenu à remercier les JA et à les féliciter de leurs travaux en commun sur le traitement de plusieurs dossiers. Il a évoqué les questions du moment notamment concernant l’ICHN. Sans critère d’âge limite pour y prétendre, Daniel Couderc a fait part de son inquiétude vis-à-vis du renouvellement. Il a également invité les JA à aborder le débat sur la bonification des prêts qui semble selon lui vouée à disparaître sur du court terme. Il est également revenu sur les questions de la défriche et de l’eau, des dossiers qu’il a déjà défendu avec les JA Corrèze lors d’un rendez-vous à Paris, à l’Elysée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui