L'Union Paysanne 15 novembre 2013 à 08h00 | Par VS

Ecotaxe - Les raisons de la colère

La domination médiatique des «bonnets rouges» bretons, fait passer en second plan les actions anti-écotaxe départementales et régionales. Pourtant, les FDSEA du Limousin participent elles aussi au mouvement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La profession réclame une exonération pour les transports de produits agricoles, agroalimentaires et 
d'agrofournitures.
La profession réclame une exonération pour les transports de produits agricoles, agroalimentaires et d'agrofournitures. - © UP 19

Au pied de la lettre

Le Premier Ministre n’avait pas annoncé qu’il s’entretiendrait avec les préfets de région au sujet de l’écotaxe, que la FDSEA de la Corrèze avait, par l’intermédiaire de l’instance régionale (FRSEA), pris rendez-vous avec la préfecture de Région.

C’est avec les chiffres mis à disposition par les structures associées au rendez-vous avec Monsieur le Préfet de la Corrèze (voir page 3 de notre édition du 1er novembre) que Michel Queille, en charge du dossier pour le syndicat corrézien, a défendu les positions et argumenté les raisons de cette colère grandissante. Les revendications ont changé. D’un ajournement, demandé et obtenu il y a deux semaines, le secrétaire général réclame désormais une exonération pour les transports de produits agricoles, agroalimentaires et d’agrofournitures.

Ce serait donner beaucoup trop d’importance à l’écotaxe que de penser que les problèmes bretons comme les difficultés du monde agricole proviennent uniquement de cette imposition supplémentaire. En revanche, le fait qu’elle représente une taxe de plus réveille le syndicalisme et la grogne du milieu agricole. Comment être compétitif en subissant une politique d’austérité qui crée d’improbables distorsions de concurrence intra-communautaires ? «Nous ne pouvons pas accepter et supporter une taxe qui favorise l’importation de produits étrangers» s’est indigné Michel Queille lors de l’entretien.

En face, l’hôte du jour avait bien compris que l’heure n’était pas à la confrontation, d’autant plus que l’escadron syndical FRSEA était venu armé d’une seconde contestation «puissante» relative au retard de paiement des avances des aides Pac 2013 dues, d’après l’Agence de Services et de Paiement, à «des raisons techniques». Les retards de paiement pouvant entrainer des difficultés de trésorerie, la FDSEA de la Corrèze a attiré l’attention des banques et de la MSA en leur demandant de prendre en compte cette situation, sachant que les aides ne seront versées qu’à partir du 5 décembre prochain.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui