L'Union Paysanne 20 octobre 2021 a 09h00 | Par La rédaction

Edito.Les éleveurs de veaux sous la mère ne peuvent être les sacrifiés de la réforme

Michel Queille, vice-président FDSEA 19

Abonnez-vous Imprimer
- © DR

Les derniers ajustements sont apportés à la future PAC et dans l'état actuel des propositions, les éleveurs de veaux sous la mère apparaissent comme les grands sacrifi és de cette réforme. Malgré la reconduction de l'enveloppe globale « aide au veau », les simulations évaluent la perte nette d'aides à 90 EUR par veau. Car comme c'est souvent le cas, le diable se cache dans les détails. Du fait de leur mode d'élevage, les éleveurs de veaux sous la mère subissent de plein fouet les effets collatéraux de la réforme d'autres dispositifs.

Explications
- Les premières victimes du passage d'une aide dégressive à la vache allaitante vers une aide forfaitaire à l'UBG sont les 50 premières vaches, seuil rarement dépassé dans cette fi lière
- Ces petits troupeaux sont conduits avec peu de renouvellement, et possèdent donc moins d'UGB « primables »
- Lors de la précédente programmation, les vaches de race mixte de type laitière utilisées pour complémenter l'alimentation lactée des veaux bénéfi ciaient de l'ABA. Dans l'état actuel des propositions, ces « tantes » seront rétrogradées au montant « non allaitant »
- Les éleveurs de veau sous la mère bénéfi ciaient d'un historique légèrement plus favorable mais sur de plus petites surfaces. Ils seront donc pénalisés par les effets de la convergence.

Pourtant
- La fi lière est pleinement engagée sur une démarche de qualité et constitue une source de valeur ajoutée bien supérieure à l'élevage allaitant classique pour nos exploitations et notre territoire
- Cette activité réclame un travail contraignant et les gains de productivité sont très limités
- Ce type d'élevage n'est conduit que par des exploitations familiales à taille humaine, toutes engagées en faveur du bienêtre animal
- La fi lière souffre d'une crise de vocation et a besoin de renouvellement. La baisse signifi cative des aides n'est pas de nature à encourager les jeunes à se lancer
- Tous ces veaux sont autant de broutards qui n'encombrent pas les marchés. Pour donner un avenir à cette fi lière, il convient de préserver le revenu de ces éleveurs par une revalorisation signifi cative du montant individuel de l'aide au veau et dont l'impact budgétaire sur l'enveloppe globale du 1er pilier est insignifi ant. Nous ne demandons pas plus, nous demandons seulement le maintien.

Nous avons de nouveau interpellé le ministre de l'Agriculture à ce sujet lors de sa venue au Sommet de l'Elevage. Nous sommes désormais rejoints par de nombreuses FDSEA en France. Gageons que Julien Denormandie ne veuille pas devenir le fossoyeur d'une fi - lière certes modeste par sa taille, mais qui répond en tout point aux aspirations sociétales et dont l'impact économique sur les territoires concernés est loin d'être négligeable

Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,