L'Union Paysanne 09 mars 2022 a 10h00 | Par P. Dumont

Élevage.Les importations de viande ayant reçu des antibiotiques activateurs de croissance bannis en France.

Le 22 février, Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, a pris un arrêté suspendant pour un an l'importation et l'introduction sur le territoire de viandes d'animaux ayant reçu des antibiotiques comme activateurs de croissance. Une victoire pour la FNSEA qui prônait cette mesure depuis des années mais qui ne va pas encore assez loin.

Abonnez-vous Imprimer
- © dr

C'est une mesure défendue et attendue par la FNSEA depuis longtemps : l'introduction sur le marché français de viande d'animaux ayant reçu des antibiotiques comme activateurs de croissance est désormais interdite. L'arrêté qui vient d'être pris pour un an constitue pour la FNSEA un premier pas vers « la réciprocité des normes ». Déjà interdits d'usage en Europe depuis 2006, les antibiotiques comme activateurs de croissance faisaient également l'objet d'un règlement communautaire d'interdiction adopté en 2019 mais jamais suivi de mise en application. « Nous nous sommes battus et nous nous battons encore aujourd'hui pour la mise en place de clauses miroir, rappelle Boris Bulan, vice-président de la section régionale bovine de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine. Dès 2018, nous avons poussé l'article 44 de la loi EGAlim qui prévoit l'interdiction de vendre ou de distribuer des aliments ayant fait l'objet d'un traitement ou issus d'un mode de production non autorisé par les réglementations européennes ». Alors qu'un texte de la Commission était attendu fin janvier, faute d'application à l'échelle européenne, Julien Denormandie a donc pris un arrêté pour le territoire français. Pour la FNSEA, c'est un premier pas vers la réciprocité des normes et une « bataille [...] s'engage pour faire accepter une réciprocité totale des normes sur les plans social, environnemental, sanitaire mais aussi de bien-être animal ». En effet, cette réciprocité des normes est indispensable pour protéger une agriculture européenne soumise à des règles très strictes. « En interdisant l'importation de viandes d'animaux ayant reçu des activateurs de croissance, l'offre de viande sur le marché va être moindre alors que la demande va se maintenir. Mécaniquement les prix devraient monter, analyse Boris Bulan. Toutefois, le contrôle des importations ne sera pleinement efficace que si l'ensemble de l'Europe adopte cette mesure ». Les clauses miroir, qui ont obtenu le consensus au niveau du Parlement, restent pour l'instant bloquées par la Commission Européenne et notamment la direction générale en charge du commerce.

Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,