L'Union Paysanne 13 juillet 2012 à 10h34 | Par Henri DEMONTJEAN

Expérimentation noix - À Creysse la présidence change de main

La récente Assemblée Générale de la Station Expérimentale de la Noix de Creysse, entre les bilans d’activité et financier, a confirmé le passage du témoin au niveau de la Présidence.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hervé Cledel (à gauche), succédant à Jacky Leymat, est le nouveau Président de la Station Expérimentale de la Noix de Creysse.
Hervé Cledel (à gauche), succédant à Jacky Leymat, est le nouveau Président de la Station Expérimentale de la Noix de Creysse. - © Henri Demontjean

Voici quelques jours, se tenait à la Station Expérimentale de la Noix de Creysse, l’Assemblée Générale annuelle. Un moment fort dans la vie de cet outil essentiel pour la conduite technique de cette spéculation de plus en plus présente dans les exploitations de la région.

En effet au-delà des traditionnels bilans d’activités et financiers, cette assemblée générale a été marquée par le passage de témoin à la Présidence entre Jacky Leymat, Président depuis 1993 et Hervé Cledel producteur de noix à Baladou (46) président depuis quelques mois.

 

Accueil

Dans ses propos introductifs, en guise d’accueil, Hervé Cledel remerciait les personnalités de leur présence. Puis il saluait et remerciait Jean-Pierre Prunet Directeur depuis la création de la Station, désormais affecté par le CTIFL à d’autres missions. «Jean-Pierre Prunet c’est l’histoire de notre station, sa mémoire vivante et à ce titre je le remercie pour tout le travail accompli au bénéfice de notre production fétiche, la noix», précisait le Président Cledel.

Il évoquait également le départ de Jean-Lou Peroys, ingénieur compétent et apprécié et ac-cueillait dans le même temps sa remplaçante Agathe Le Moulec qui arrive de Bretagne.

Puis Hervé Cledel balayait à grands traits le travail du conseil de gérance.

Tout d’abord «soulignons la création d’un comité technique, chargé de faire remonter les idées nouvelles sur l’expérimentation et ainsi préparer l’avenir. Par ailleurs nous avons besoin d’étoffer les essais en les décentralisant chez les producteurs», précisait Hervé Cledel.

De plus «nous sommes à la croisée des chemins, poursuivait-il. En effet, suite au désengagement de l’État, nous avons repris les chantiers INRA de Toulenne (33) et ce, par l’intermédiaire de l’AOP».

Enfin, Hervé Cledel poursuivait l’action phare de la station, à savoir la sélection variétale. À titre d’exemple, la variété Franquette, création du XXe siècle, ou Chandler variété américaine pas trop adaptée au climat de notre pays.

En somme, «chacun d’entre nous doit se sentir responsable et ainsi prendre part à cette réflexion d’ensemble pour que notre station soit efficace», devait conclure Hervé Cledel.

 

Activité technique

Guillaume Pagès, ingénieur à la station mettait en avant les grandes lignes qui ont fait la vie de la Station depuis 24 ans.

 

Historique

Tout d’abord un bref historique sur l’expérimentation noix en général. En effet, dès 1956 l’INRA de Clermont-Ferrand est mis à contribution suite aux conséquences du gel dévastateur de février de cette même année. Ce travail est transféré à Malemort et Terrasson dans les années suivantes. Puis l’activité de l’INRA est recentrée sur Bordeaux. C’est ainsi que le schéma de sélection qui demande 20 ans en moyenne pour arriver à un résultat s’appuie sur l’INRA, le CTIFL et les stations régionales. À noter que dès 1977, la recherche utilise les variétés américaines comme géniteurs.

 

Perspectives

Pour Guillaume Pagès, parmi les pistes envisageables figurent :

- La relance d’un programme de création avec utilisation de techniques moléculaires.

- La poursuite de travaux INRA utilisant les techniques classiques de croisement.

«Plus généralement la poursuite des programmes de création variétales nécessite, pour les variétés à fort potentiel, l’existence d’un potentiel génétique dit «vigorisant»», précisait Guillaume Pagès.

Ce dernier concluait son propos en insistant sur le «besoin de nouvelles variétés. Ceci passera inévitablement par la recherche notamment la valorisation des recherches génétiques».

 

Hervé Cledel succède à Jacky Leymat

Au terme de cette réunion particulièrement riche, Hervé Cledel, nouveau Président de la Station, tenait à remercier son prédécesseur Jacky Leymat pour 19 années de bons et loyaux services. Nous reprenons l’essentiel de son propos.

«Les années ont passé et te voilà à la retraite, on est tous surpris, toi aussi sans doute !

Tu es un homme qui a des valeurs et tu considères que lorsque l'on est à la retraite, on doit arrêter ses responsabilités.

 

Responsabilités

Tes convictions, ton envie de rendre service t'ont motivé tout au long de ta vie pour t'impliquer et faire avancer l'action commune.

Tes responsabilités furent nombreuses, à la Chambre d'Agriculture, dans le syndicalisme mais aussi dans ton village et je pense ici au vignoble et à la cave coopérative créée à Branceilles il y a quelques années déjà et dont tu fus un membre actif ; l’un des trois vignobles corréziens, avec le vin paillé de Queyssac les Vignes et le vignoble du Saillant.

 

Une épopée

La Corrèze, terre de Présidents, même à Creysse on a pu le vérifier. Le premier à présider la Station fut Joël Soursac. Tu lui as succédé jusqu'à aujourd'hui.

Cette station est née de la volonté d'un groupe de grands hommes dont tu fais partie et, avec l'ensemble des professionnels de la noix et des producteurs du Sud-Ouest, vous avez écrit une belle histoire.

Le projet a vu le jour en 83-84 quand, à Novert, la place a commencé à manquer. Le groupe de visionnaires dont tu fais partie a compris la nécessité de doter le grand Sud-Ouest d'une véritable station expérimentale. Le Ctifl et notamment François Bergougnoux sont sollicités dès le début, leur soutien dès lors ne sera jamais démenti. D'autres aussi furent mis à contribution : la FRINOP, Édmond Massaud du Comité du Lot, toi-même pour le Comité de la Corrèze, sans oublier Charles Ceyrac, agriculteur et politique influent de Corrèze.

De ce noyau dur du début, je dois sans doute oublier quelques noms, qu'ils veuillent bien me pardonner mais deux esprits forts furent utiles et efficaces. Je veux parler de Charles Ceyrac et d'Édmond Massaud qui, bien qu'étant d’étiquettes politiques différentes, savaient quand il s'agissait de noix, se retrouver et être parfaitement d'accord.

Les terrains de cette station furent trouvés ici à Creysse et appartenaient à une famille bien connue en Corrèze et qui porte un nom prédestiné. C'était la famille Denoix, célèbre pour ses apéritifs et liqueurs à la noix.

 

Quelle histoire !

Le transfert de Novert se fit dans la foulée et la première Assemblée générale fondatrice eut lieu en 1988 avec son Président fondateur Joël Soursac et François Bergougnoux, gérant. Tu devins Président en 1993 et Président-Gérant en 1998 suite à l'arrêt de Jean-Paul Mézard qui avait succédé à François Bergougnoux.

Quelle histoire ! Alors, aujourd'hui, nous voici rassemblés autour de toi. On sait tous que la retraite attendra. Tu continues à être actif sur ton exploitation à Branceilles avec ton épouse et tes enfants dont un que l'on connaît bien ici, je veux parler de Philippe qui est le digne héritier de son père, car il a depuis longtemps pris, comme toi, des responsabilités départementales et même nationales dans le monde agricole.

Je suis très heureux de te succéder, mais je le suis surtout pour toi ; tu vas comprendre car, comme je l'ai dit au Conseil de gérance, j'ai malheureusement pris des responsabilités dans le monde de la noix à cause du décès de mes prédécesseurs. Je pense à Michel Castagné, Jean-Louis Massaud et Claude Perrier. C'est la première fois que je succède à quelqu'un de vivant et bien vivant et je souhaite que cela dure encore très longtemps.

 

Poursuivre l’œuvre entreprise

Je mesure aujourd'hui les responsabilités qui sont les nôtres afin de poursuivre l'œuvre entreprise. Je dis "nous" car j'associe dans cette tâche les Vice-présidents Philippe Fages, Jérôme Fayol, le Gérant Serge Gay ainsi que le Conseil de gérance, sans oublier tout le personnel de Creysse.

Il nous reste à faire aussi bien que ce que vous avez fait, aussi bien que ce que tu as fait;

Pour te remercier concrètement, l'idée de t'envoyer en vacances avec Madame nous a paru la plus adaptée, c'est pour cela que je te remets cette enveloppe pour une destination de ton choix.

Encore merci de la part de tous et bonnes vacances !»

 

Jacky Leymat

Envahi par l’émotion, Jacky Leymat saluait et remerciait l’ensemble des participants sans lesquels rien de ce qui a été entrepris n’aurait pu l’être. Pour lui on acquiert beaucoup au contact des autres et l’engagement apporte toujours quelque chose. Le travail entrepris doit être poursuivi, notamment les bonnes relations avec les producteurs du Sud Est.

Jacky Leymat souhaitait pleine réussite à cette production sur de bons rails et bon vent à tous ceux qui en vivent.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui