L'Union Paysanne 11 mai 2012 à 10h23 | Par MH. H.

FDCUMA - Vers une professionnalisation des Cuma

La fédération départementale des Cuma, qui regroupe au sein des 158 Cuma actives les trois quarts des agriculteurs corréziens, a tenu son assemblée générale le 20 avril dernier, au lycée agricole Edgar Pisani, sous l’égide du président Francis Coste.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La fédération départementale des Cuma, a tenu son assemblée générale le 20 avril dernier, au lycée agricole Edgar Pisani, sous l’égide du président Francis Coste.
La fédération départementale des Cuma, a tenu son assemblée générale le 20 avril dernier, au lycée agricole Edgar Pisani, sous l’égide du président Francis Coste. - © FDCUMA 19

Depuis 2008, le volume d’investissements réalisé chaque année est stable. En 2011, 67 Cuma ont investi près de 2.9 millions d’euros dans 187 matériels. Le panel des matériels acheté est très large : traction, récolte, épandage, trans-port, travail du sol et semis, élevage, mais aussi tous les petits matériels d’entretien nécessaires aux exploitations agricoles de polyculture élevage.

La fédération fournit un travail important pour monter les dossiers de financements de tous ces matériels et animer les projets avec les groupes d’agriculteurs.

Tout au long de l’année, elle accompagne les Cuma et leurs adhérents pour la tenue de leur comptabilité, l’établissement des prix de revient des matériels, la mise en place de nouvelles branches d’activités, l’animation de leurs assemblées générales ou conseils d’administrations…. Elle forme les responsables pour améliorer la gouvernance de leur structure. À l’automne 2011, elle a débuté un vaste chantier de mise en harmonie des statuts de toutes les Cuma, conformément à un arrêté de mars 2009.

Plus en amont des Cuma, des journées de réflexion à thèmes, des interventions dans les lycées (le vivier des futurs adhérents) permettent de compléter l’animation et le développement souhaités par la fédération départementale pour renforcer la compétitivité des exploitations.

 

La professionnalisation des Cuma était un des points abordé pour répondre aux nouvelles pratiques agricoles, aux nouvelles demandes et à l’évolution des adhérents.
La professionnalisation des Cuma était un des points abordé pour répondre aux nouvelles pratiques agricoles, aux nouvelles demandes et à l’évolution des adhérents. - © FDCUMA 19

Quelles Cuma pour quelle agriculture demain ?

Les experts disent plusieurs choses.

- Les exploitants doivent produire avec de nouvelles pratiques et moins d’intrants. Ils doivent savoir gérer, prendre leurs décisions seuls ou à plusieurs. Ils doivent manager, négocier des partenariats, des contrats commerciaux, des contrats de travail...

- Demain, ils devront avoir une technicité encore plus forte et des domaines de compétences encore élargis.

- Les Cuma doivent donc s’adapter aux nouvelles demandes de leurs coopérateurs. Elles doivent être des lieux importants d’échange sur les pratiques, de partage du progrès technique et de réflexion pour l’avenir.

- Les Cuma doivent prendre en compte la dimension sociale des exploitations, la diminution de la main d’œuvre familiale, l’augmentation du nombre d’exploitation sous forme sociétaire.

Face à ces enjeux, pour le président Francis Coste il faut «repenser le travail sur les exploitations. C’est un facteur de production à optimiser. Il faut améliorer son efficience. Il comprend les moyens de production, mais aussi le projet de vie de chacun. Il faut concilier viabilité et vivabilité».

Les Cuma doivent accompagner les évolutions de chacun de leurs adhérents. L’entraide, les chantiers collectifs, l’emploi partagé, l’alimentation collective des animaux…, sont autant de points sur lesquels elles doivent renforcer leur offre. Elles doivent conduire leurs adhérents vers leurs propres valeurs : liberté (reconnaître l’individu dans l’entreprise), égalité (une personne = une voix) et fraternité (la coopérative est un espace de solidarité, un lieu de réassurance, un lieu d’éducation), mais également : équité, transparence et solidarité.

 

Aspects social, économique, technique renforcés et valorisés

La fédération départementale et la section Cuma de Coop de France Limousin, soucieuses de vouloir pérenniser les Cuma qui ont déjà fait leur preuves, notamment pour la modernisation de la mécanisation et la réduction des charges, veulent renforcer et valoriser les aspects sociaux, et l’efficacité économique et technique des Cuma.

Valoriser les aspects sociaux en accueillant de nouveaux adhérents, notamment les jeunes, en améliorant l’organisation du travail, en spécialisant les tâches de chacun, en formant les responsables pour leur permettre un fonctionnement durable, trans-parent et équitable et en améliorant la communication au sein même des Cuma.

Améliorer l’efficacité économique et technique en développant le travail inter-Cuma pour permettre des projets plus ambitieux et plus cohérents, en encourageant les activités avec de la main d’œuvre salariée et en ayant une gouvernance irréprochable.

«En résumé, il faut professionnaliser le métier des Cuma. Celles qui ne sauront pas s’adapter pour répondre aux attentes de leurs adhérents seront malheureusement appelées à disparaître.»

Le président Francis Coste terminait ses propos en affirmant que ces nouvelles orientations doivent permettre aux Cuma de décrocher un triple «A» : Attractives, Actives et Avenir.

L’après-midi a été consacrée à la visite de l’usine Silofarmer appartenant au groupe Cartel, et spécialisée dans le développement et la commercialisation de matériel agricole dévolu à l’élevage et aux cours de ferme.

 

«Aider mieux, plutôt que d'aider plus»

 

Chaque année, les Cuma corréziennes investissent autour de trois millions d’euros aidés par les collectivités : Conseil général, Conseil régional et l’Europe. Les financeurs et les responsables de la fédération départementale pensent qu’il est nécessaire, aujourd’hui, «D’aider mieux, plutôt que d’aider plus».

Il faut passer d’une politique de quantité à une politique de qualité, ou les investissements seront inclus dans des projets structurants et évalués sur des objectifs répondant aux orientations définies selon trois axes :

- Économie-Emploi,

- Gouvernance-Formation-Organisation,

- Environnement-innovation.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui