L'Union Paysanne 24 novembre 2011 à 10h29 | Par SF

FDSEA - Capel investit en Corrèze… avec prix et volumes garantis

Le conseil d’administration du syndicat s’est tenu à Tulle vendredi dernier. Pour l’occasion, le président et le directeur de la Capel en étaient les invités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Queille et Tony Cornelissen ont demandé à Capel de faire des propositions en termes de contractualisation et de garantie des prix.
Michel Queille et Tony Cornelissen ont demandé à Capel de faire des propositions en termes de contractualisation et de garantie des prix. - © FDSEA 19

Implanté sur notre territoire depuis plus d’un an, suite à sa fusion avec Bevicor, le groupe Capel entretient au travers des quatre administrateurs corréziens des relations privilégiées avec le syndicalisme agricole, qu’il soit lotois ou corrézien.

Sur invitation du président de la FDSEA Tony Cornelissen, Christian Delrieu et Denis Marre, respectivement président et directeur de Capel, ont participé vendredi 18 novembre au conseil d’administration de la FDSEA.

Au cours de cet échange, ils ont successivement développé devant les administrateurs territoriaux et responsables de filières la stratégie du groupe en matière de développement, notamment dans le domaine de la finition (des jeunes bovins, des palmipèdes gras, etc.).

 

Une équipe administrative qui se renouvelle

Appelés vers de nouveaux horizons pour raisons familiales (Thomas Aumettre) et intégration d’un cycle de formation (Virginie Mellerin), l’équipe administrative de la FDSEA se renouvelle avec deux nouveaux animateurs, Marion Marascalchi et Vincent Soleihet.

 

Des perspectives de marché plus stables dans un contexte de production déficitaire notamment en viande bovine.
Des perspectives de marché plus stables dans un contexte de production déficitaire notamment en viande bovine. - © FDSEA 19

Opération paille : facturation en cours à 99 et 79 €/T

Suite à la demande formulée par Tony Cornelissen à laquelle le président du Conseil général a bien voulu répondre le 3 novembre, sur les 350 000 € consacrés à la sécheresse par la collectivité territoriale 150 000 € sont attribués aux opérations collectives paille. Il va sans dire qu’une bonne part revient à la FDSEA au prorata du tonnage trans-porté. Sur proposition du président, les membres du conseil actent le versement intégral de cette allocation, soit une ristourne de 11 €/T, à tous les bénéficiaires de l’opération collective FDSEA.

Ristourne qui, en substance, vient en déduction des prix déjà annoncés de 110€/T rendu ferme et 90 €/T en gare de Brive, soit une facturation sur la base de 99 et 79 €/T.

Au regard du bilan financier définitif (après retour de toutes les factures et accords des autres partenaires) le président de la FDSEA, après avoir mentionné que «cette opération est lourde et difficile à boucler financièrement», il n’exclut pas d’autres ristournes «si, et seulement si, les moyens financiers le permettent».

Après avoir remercié tous les partenaires (dont Capel) qui, de près ou de loin, ont participé à l’action «qualifiée d’exceptionnelle sur le plan humain», le président, au cours du débat, en profite pour dénoncer l’actuelle remontée des cours de la paille et pour cause ! «L’opération est terminée, retour à la spéculation et aux vieux dé-mons : 115 à 120 € tonne».

 

La sécheresse d’automne accentue les pertes

Sur proposition de la FDSEA, face à la «seconde sécheresse», une nouvelle mission d’enquête a été mandatée. Les conclusions de cette dernière font apparaître pratiquement dans tous les secteurs une augmentation des pertes précédemment établies en juin. Le taux de pertes retenu et proposé à la commission nationale en vue d’une indemnisation est de 35 %, soit cinq points de mieux que les bases de calcul pour l’acompte déjà versé. Les éleveurs devraient selon toute vraisemblance bénéficier d’une indemnisation finale revue à la hausse (environ 3500 €, entre + 20 à + 25 %).

A ce sujet, le président fait état de la publication d’un nouvel arrêté ministériel donnant droit à l’ouverture d’une période dite complémentaire de dépôt de demande d’indemnisation.

Les 2600 dossiers déjà déposés n’ont pas à renouveler leur demande. L’instruction de l’indemnisation définitive sera faite sur la nouvelle base de calcul des pertes fourragères retenues.

 

Capel : un groupe pour répondre et résoudre «des volumes à prix garanti»

Outre les différents dossiers étudiés par les membres du conseil, il s’agit, pour le président Cornelissen et son secrétaire général Michel Queille, au travers de l’invitation adressée aux dirigeants de Capel, de confronter la vision économique des marchés à la vision syndicale du contexte agricole. «Mes propos et positions ont toujours été de sortir le département de la mono production, de la notion de cueillette, d’extensification, de dépendance d’un seul et unique marché, qui au gré des crises économiques, sanitaires, des fermetures de frontières, du contexte de la Pac… pénalise nos agriculteurs et par là même l’économie et la dynamique de nos territoires. La diversification, tout comme la finition des produits quelle qu’elle soit est source de motivation, de dynamisme et de plus-value. Un groupe comme Capel, de par ses multiples activités (toutes les productions, sauf vin et lait) est depuis longtemps dans cette dynamique» a indiqué Tony Cornelissen.

En effet, 240 millions d’euros de chiffre d’affaires ne peuvent se concevoir qu’en animant des territoires et des filières maîtrisés de A à Z par plus de 5000 producteurs et 60 sites qui font la force de la coopérative.

Si, en 1972, cinq fusions de coopératives lotoises sont à l’origine de Capel, la récente fusion avec Bevicor a apporté matière à travailler en Corrèze avec cette finalité qui est toujours la leur : production - transformation - dialogue.

Reconnaissant que leur taux de pénétration en bovins était trop faible, le groupe entend, sans négliger les autres opportunités qui pourraient se présenter, développer la production de veau sous la mère ainsi que l’engraissement qui, dans le récent contexte de crise sur le maigre, est une réelle opportunité.

A la question d’actualité sur la contractualisation inscrite dans la loi de modernisation, Denis Marre indique que «les choses ne sont pas aussi simples qu’on veut bien le dire». «D’une part le marché n’en veut pas, d’autre part le commerce ne se conçoit aujourd’hui par la régularité des volumes. Avec des volumes désormais acquis, notre politique reste le lissage des cours sur une période définie». Et d’admettre «nous avons tous dans le Lot comme en Corrèze la nécessité de recréer une ambiance porc. Conforter, aider les ateliers les plus dynamiques et il est vrai, favoriser et inciter un certain nombre de reconversion plus stables en matière de rémunération».

Tant pour le président que pour le directeur, «le groupe est prêt à tester, à expérimenter en Corrèze des productions sur une période des «volumes à prix garantis» (garanti prix du broutard, des céréales, du JB). Indexation qui se pratique déjà au sein de la production de palmipèdes et que nous entendons développer dans un rayon de 120/130 km autour de Gramat». Réflexion mise en adéquation pour une partie de la production porcine, notamment celle destinée au schéma de qualité.

Ce en quoi le secrétaire général de la FDSEA Michel Queille, administrateur à Capel, a conclu en indiquant que «le groupe peut répondre et résoudre, au regard de la situation de chacun - et là rien n’est figé - en la peur du lendemain qu’ont certains producteurs pour leur avenir».

État du paiement des aides

DPU : restent deux dossiers à payer

PMTVA : en cours en fonction de la période de détention (six mois)

PHAE : 114 dossiers informatiquement bloqués, en cours de régularisation

ICHN : Tous payés à 97%, sauf 15 dossiers en attente d’une seconde enveloppe, le solde de 1% différé.

VLSM : 1200 dossiers en paiement au 1er décembre. 31 dossiers en anomalies (notification vente hors délais des sept jours)

Fruits à coque : paiement le 01/12

Lait de montagne : 01/12

AB : paiement le 01/12

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui