L'Union Paysanne 02 décembre 2011 à 10h34 | Par SF

FDSEA Chasse - Des problématiques toujours aussi récurrentes

Etablis depuis plusieurs années les comités de gestion cynégétiques par pays de chasse vont, comme de coutume à l’automne, se réunir (du 6 au 14 décembre) pour établir un état des lieux des populations et ainsi dresser un premier bilan des dégâts occasionnés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A Tulle, les responsables demandent une régulation du cerf.
A Tulle, les responsables demandent une régulation du cerf. - © SF

Destinés justement à préparer ces réunions qui orienteront les positions professionnelles, les membres titulaires et suppléants désignés par la FDSEA, les JA et la CA ont tenu le 28 novembre trois réunions de travail et de débat.

Pour les responsables des comités de gestion par pays, les problématiques restent les mêmes voire s’accentuent dans certains secteurs.

Les cervidés : Toujours aussi présents (surdensité) dans les noyaux durs de Marcillac la Croisille et le pays Bortois, leur extension semble s’accentuer à la périphérie, qui gagne inexorablement la Basse Corrèze où ce type de gibier a toujours été qualifié de «présence non souhaitée». Au regard des dégâts occasionnés, les responsables cynégétiques locaux ont demandé une régulation de cette population en insistant fortement sur des demandes de colliers en partant du principe : «Qui ne réclame pas, n’obtient jamais !».

Le blaireau : «qui fait autant de mal que les sangliers». L’unanimité est vite faite pour cet animal à qualifier «en nuisible», piégeage, collets… des solutions sont à trouver pour cet indésirable friand de maïs.

Le sanglier : Problématique récurrente dans plusieurs secteurs du département. Comme l’an passé il est demandé que sa période de chasse soit étendue jusqu'à la fin de la campagne (fin février) et ce sur l’ensemble du département. Différencier les pays revient à une ineptie, qui ne fait que déplacer le problème et pénalise par conséquent plusieurs territoires.

L’ensemble des représentants titulaires (ou suppléants) lors des comités de gestions sont invités à reprendre les positions ainsi exprimées par leurs collègues afin d’obtenir satisfaction pour enrayer les dégâts, devenus de véritables fléaux pour les exploitants agricoles. Outre les dégâts agricoles n’oublions pas les aspects, sanitaires avec la transmission de nombreuses maladies, de «sécurité routière». Une trentaine d’automobilistes perdent chaque année la vie dans des accidents dus à la faune sauvage.

A Brive, le sanglier toujours au cœur des débats.
A Brive, le sanglier toujours au cœur des débats. - © SF

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,