L'Union Paysanne 27 janvier 2010 à 11h51 | Par S.Frescaline

FDSEA - Face aux atermoiements de l’Etat, ne compter que sur soi

Le conseil d’administration s’est tenu vendredi dernier. Ce fut l’occasion de débattre des nombreuses problématiques agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'Assiette de chez nous : des produits standards de corréziens à corréziens.
L'Assiette de chez nous : des produits standards de corréziens à corréziens. - © Union Paysanne

Réunis ce vendredi 22 janvier sous la présidence de Tony Cornelissen, les membres du conseil d'administration ont débattu de bon nombre de problématiques du secteur agricole.

Conjoncture = revenu

Dans un large tour d'horizon des productions, conjoncture et forte baisse du revenu ont été unanimement déplorées. Pour le président Cornelissen «nous sommes aujourd'hui arrivé à des ni-veaux jamais atteint, moins 34 % en 2009, - 20 % en 2008, soit plus de 50 % de baisse en 2 ans, avec pour cause principale les pertes d'animaux induites de la FCO
(- 20 %)».
Si un léger redémarrage se dessine en production laitière, l'écoulement est toujours aussi difficile en production pommicole, ou la conjonction des stocks, avec une abondante récolte pèsera durablement sur les marchés. Situation à priori plus porteuse sur le marché de la noix.
Les problématiques en production porcine restent toujours les mêmes, et malheureusement durables. En viande bovine, le veau sous la mère de qualité trouve facilement sa place, alors que les veaux issus des «nombreuses reconversions» pèsent sur le marché souvent à un prix moindre. Reste la viande finie : les génisses sont qualifiées «d'invendables», les vaches de réforme de qualité s'écoulent avec des délais relativement longs, alors que les «mauvaises» vaches de réforme trouvent facilement preneur, aux débouchés connus, à des prix - toute proportion gardée - plus rémunérateurs.

Le plan Sarkozy : démagogique 

Un contexte que l'ensemble du conseil qualifie de dramatique pour la profession. «Ce ne sont pas les annonces du plan Sarkozy qui vont sortir les agriculteurs du marasme dans lequel se trouve aujourd'hui l'économie agricole nationale et corrézienne. Même si nous venons d'obtenir la fongibilité des crédits d'une enveloppe à l'autre... ».

L'organisation économique est à réinventer

Comment peser sur les marchés, quelle organisation des producteurs ? C'est sur cette question, abordée dans certains secteurs à l'occasion des réunions communales, que plusieurs membres s'expriment «sur la nécessité des agriculteurs à se réapproprier l'acte commercial et l'organisation économique, retrouver de la confiance, quelque soit le statut de l'entreprise». De nouveaux schémas doivent trouvés ou réinventés (plate forme, contractualisation...) ce sera tous les enjeux de la nouvelle loi de modernisation de l'agriculture (LMA).

AG de la FDSEA

Débat que doivent avoir les producteurs, face aux grands dessins que tracent actuellement la commission dans son projet de réforme pour l'après 2013, thème de l'assemblée générale de la FDSEA à la mi-mars, pour lequel le président Cornelissen, outre l'intervenant de la FNSEA, entend «donner plus de hauteur sur les enjeux qui nous attendent». Quel budget, quels soutiens, quelles filières, quels outils de régulation ?

Pour un nouveau partenariat entre corréziens

Pour faire suite aux différentes rencontres sollicitées par la FDSEA auprès des autorités préfectorales, destinées justement à une meilleure répartition des marges, donc de la valeur ajouté entre tous les intervenants de la filière, le président fait état des démarches entreprises par le directeur de la FDSEA, Marc Chedaille. Ce dernier a rencontré en vue de présenter le 1er février prochain, la direction de Charal, ainsi que les grandes enseignes de la distribution pour la mise en place du concept «L'assiette de chez nous». Il s'agit pour le consommateur de trouver de façon conséquente dans les rayons des magasins (ou en restauration hors domicile) des produits standarts corréziens. Concept ou partenariat visant à accroître la solidarité entre les consommateurs et les paysans du département.

Un état sans parole

Parmi les autres sujets, retenons le débat sur l'arrêt prononcé par le tribunal de Nantes qui enlève toute représentativité aux JA. La FDSEA apportera tout son soutien moral et logistique pour les aider à constituer leur dossier en appel.
La demande collective de délivrance du captav faite par la FDSEA, auprès de la DSV, est toujours sans réponse alors que la date fatidique du 1er février approche. Cette attitude, eu pour le moins le don d'irriter passablement les administrateurs, ce qui laissera inévitablement des traces. «Tout agriculteur est à même de transporter ces animaux indépendamment de la distance. A ce titre il peut bénéficier systématiquement du certificat puisque l'administration est en possession, via la MSA, du listing des éleveurs dont l'expérience professionnelle est au minimum égale à cinq ans.»
Les administrateurs tout comme le président ne pouvaient passer sous silence les derniers atermoiements de l'état en matière de photovoltaïque. «Il est inadmissible que l'État ne tienne pas ses engagements et fasse de la rétroactivité. Comment voulez-vous avoir confiance en quelqu'un, qui que ce soit, qui ne tient pas sa parole».
Sur ce dossier la FNSEA va engager une procédure et invite tous les candidats concernés à solliciter vivement les autorités, président de la République, ministres, parlementaires... pour dénoncer une attitude, digne d'un autre siècle, qui plus est remet en cause la viabilité totale des projets engagés. Par là même le président invite à combattre les centrales photovoltaïques au sol qui par voies de conséquences inhibent les potentialités de développement agricole, cultures, élevage.
Outre les désignations statuaires habituelles, c'est sur la contestation du compte rendu «qualifié d'erroné» élaboré par le directeur de la DDEA, relatif à la taxe à la défriche et au boisement compensateur pour lequel le président entend faire opposition, et sur la possibilité d'une opération de ramassage des plastiques agricoles usagés qui devrait avoir lieu au printemps, que se clôture ce conseil.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui