L'Union Paysanne 12 juillet 2013 à 00h00 | Par VS-FDSEA 19

FDSEA-JA / FDC 19 - Renforcer la communication entre agriculteurs et chasseurs

Jean-François Sauvage, président de la FDC 19 et son équipe, se sont montrés à l’écoute des revendications syndicales portées par le secrétaire général de la FDSEA, Michel Queille et par le président des JA, Guillaume Joie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Prévenir les risques

Les investigateurs de la rencontre entre FDSEA-JA et FDC 19 ont «crevé l’abcès» dès le début. Devant le fait accompli d’une demande de classement du sanglier en espèce nuisible par le biais d’une pétition et des résultats non satisfaisants des battues administratives, les débats ont tourné autour de la régulation de la population de sangliers. «Nous avons besoin d’apporter des réponses aux agriculteurs» lance Michel Queille, «d’autant plus que la conjoncture nous pousse à produire de plus en plus de céréales» rajoute Guillaume Joie. Clairement positionné sur le fait qu’il valait mieux prévenir que guérir, les deux représentants FDSEA-JA ont fait état des problématiques locales dénoncées par les agriculteurs sur le terrain. Unanimement, les membres de la FDC 19 se servant des protocoles et des procédures d’indemnisations comme bouclier, reconnaissent tout de même que, souvent, «les problèmes sont dus à des querelles de personnes», la directrice de la FDC 19 admettant que «c’est une histoire d’entente entre chasseurs». Il n’empêche que les dégâts perdurent d’une année sur l’autre mais force est de constater qu’avec la mise en place de moyen de prévention comme la pose de clôture, ils diminuent. Dans la même pé-riode qu’en 2012 (de mars à juin), la FDC recense moins de demandes d’indemnisation suite à des dégâts de sangliers, 126 dossiers en 2013, contre 157 en 2012.

A contrario, sur certains secteurs l’ampleur des dégâts «s’accentue» comme sur la commune de Latronche, canton de Lapleau, où, par l’intermédiaire de ses élus, la FDSEA est intervenue à plusieurs reprises auprès de la FDC 19 et de l’administration pour en arriver à des battues de destruction.

Des solutions ?

Il y a le protocole «d’alertes dégâts de sangliers». Ce dernier se décline en trois niveaux.

Niveau 1, la concertation la plus locale entre agriculteurs et territoire de chasse «la saisine des sociétés de chasse locales et la concertation avec celles-ci doivent être privilégiées avant toute autre intervention à un niveau supérieur». Le niveau 2, médiation locale, le plaignant peut saisir la FDC 19 et le lieutenant de louveterie, dès lors, s’engage ; le processus d’analyse de la situation et de mise en évidence des solutions doit aboutir sous trois jours à un rapport écrit et transmis à la DDT. Si le niveau 2 et les mesures préconisées n’aboutissent pas ou rencontrent des difficultés significatives de mise en œuvre au niveau local, les parties s’en remettent à l’arbitrage de la DDT, niveau 3 du protocole.

D’avis pour retravailler les méthodes d’indemnisation et le plan national de maîtrise du sanglier pour l’adapter au département, les syndicats FDSEA-JA demandent qu’il soit fait la promotion et la vulgarisation du droit de suite du sanglier, proposition approuvée par Jean-François Sauvage qui déplore «l’appartenance du gibier». En prenant garde de ne pas interférer les représentants «chasse» de la chambre d’agriculture. Pour renforcer la communication entre agriculteurs et chasseurs, dès l’automne, similaires aux représentants structures, des délégué(e)s chasse cantonaux seront désignés au sein des syndicats.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui