L'Union Paysanne 28 juin 2013 à 00h00 | Par VS-FDSEA 19

Fdsea/ja - Les éleveurs corréziens dans les rues de Paris

Double objectif de la manifestation, faire connaitre les revendications des filières d’élevage et séduire les parisiens pour faire de l’élevage une cause nationale. Pour cela la Corrèze a joué de ses charmes en faisant déguster des produits locaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Clin d’œil à Arnaud Montebourg Ministre du redressement productif,  le secrétaire général de la FDSEA Michel Queille portait lui aussi une marinière.
Clin d’œil à Arnaud Montebourg Ministre du redressement productif, le secrétaire général de la FDSEA Michel Queille portait lui aussi une marinière. - © FDSEA 19

Ca ne suffira pas

A l’appel de la FNSEA des JA, la fédération départementale corrézienne (FDSEA) et les JA 19 se devaient de faire acte de présence. Les caprices de la météo n’ont en rien avantagé la mobilisation des éleveurs corréziens, chacun les yeux rivés sur le temps pour savoir si oui ou non il serait possible d’attaquer les travaux de fenaison. Finalement, c’est entre quelques averses et de belles éclaircies que les corréziens ont défilé auprès de leurs confrères venus de la France entière.

Pas de paysan sans prix, notre métier à un prix, bien s’alimenter à un prix… les différents slogans pouvaient se résumer à « pouvoir vivre de notre métier ». Ainsi les membres des différentes sections de la FDSEA et des JA, accompagnés des deux présidents respectifs, Daniel Couderc et Guillaume Joie, vêtus d’une marinière pour rappeler que l'agriculture fait aussi partie du redressement productif cher à Arnaud Montebourg, ont pu faire entendre la voix du département. « Nous suivons de près les négociations sur la réforme de la Pac. Notre présence ici n’est qu’un point de départ, l’application franco-française de la future politique agricole commune dépendra de la mobilisation des éleveurs du Massif à l’automne prochain », lâche le président de la FDSEA en appelant à une manifestation plus « régionale » dès la fin de l’année. « Dans les cinq ans à venir, près d’une exploitation corrézienne sur quatre sera à reprendre. Sans perspective de revenu nous ne pourrons relever ce défi », prévient Guillaume Joie.

Opération séduction

Après avoir défilé, c’est sur la place des Invalides que les éleveurs ont pu rentrer en contact avec les consommateurs parisiens. Agréable surprise que de rencontrer des parisiens soucieux de l’avenir des éleveurs. Connaissant bien le département la Corrèze et la qualité de sa viande, plus d’un a fait référence à celle du veau de lait. Lors de ces échanges et en dégustant de la viande, il leur a été demandé de sensibiliser leurs bouchers à l’approvisionnement de viande limousine. La revalorisation du prix de la viande de qualité commercialisée en boucheries traditionnelles ne semble pas être un réel frein à la consommation.

Les annonces de Stéphane Le Foll ne suffisent bien évidemment pas à rassurer des éleveurs lassés de voir des politiques faire de la communication. Serait-ce une erreur de débutant de penser que les négociations « Pac » ont freiné les bonnes intentions d’un exécutif soucieux de soutenir l’élevage ? Si les négociations ont abouti le 26 juin, la France devra prouver rapidement son attachement aux éleveurs.

 

La FDSEA et les JA remercient sincèrement les partenaires qui ont apportés leur soutien pour la manifestation du 23 juin 2013 à Paris.

Crédit agricole, Groupama, Natea, Glbv, Capel, Adeco, Altitude, Ccbe, Celmar, Opalim, Bellac ovin, Limovin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,