L'Union Paysanne 06 juin 2014 à 08h00 | Par VS

FDSEA-Section Bovine - Renaissance de la Section Bovine de la Corrèze

Réunis au Lycée agricole de Naves, Mercredi 28 mai 2014, les membres de la section bovine de la Corrèze ont, sous la présidence de Gilles Lavergne, débattu de sujets cruciaux pour le département. Notamment sur la production de veau sous la mère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Veau sous la mère, accord de libre-échange… Gilles Lavergne (au premier plan) a côtés de Pierre Beysserie (responsable de la section veau sous la mère), a présidé les travaux de la section.
Veau sous la mère, accord de libre-échange… Gilles Lavergne (au premier plan) a côtés de Pierre Beysserie (responsable de la section veau sous la mère), a présidé les travaux de la section. - © FDSEA 19

Labellisé(s) ou labellisable(s) ?

«La délégation Fdsea Corrèze et moi-même qui sommes appelés à siéger à la Fédération Nationale Bovine, avons le devoir de faire remonter vos interrogations en haut lieu. C’est pourquoi aujourd’hui nous ouvrons le dossier Veau de Lait Sous la Mère. C’est lui qui va ouvrir la valse des débats et le début de nos travaux» a introduit le président Gilles Lavergne.

Dès la première réunion, les nouveaux membres de la section sont rentrés dans le vif du sujet, en débattant à la fois sur la définition, «veau de lait sous la mère», mais aussi sur l’interminable épilogue de l’orientation des primes aux veaux labellisés ou labellisables. Pierre Beysserie, représentant corrézien de la section veau sous la mère à la FNB, a fait savoir qu’il fallait que la section départementale se positionne sur le sujet. Unanimement les avis se sont portés vers le «labellisable». Une notification sera transmise au président de la FNB, afin d’affirmer la position corrézienne. «J’estime qu’il serait plus opportun de travailler sur la rentabilité de nos exploitations et l’optimisation des marges de nos produits. Aussi je propose de créer un groupe de réflexion «Prix de revient» pour connaitre le coût réel de notre main d’œuvre. Après le tiers monde, il n’y a qu’en Corrèze que nous acceptons de travailler pour de si faibles revenus» ironise Pierre Beysserie. « En Limousin, la main d’œuvre familiale représente près de quatre mille emplois temps, travail non rémunéré bien sûr. Le système familial change et nous devons nous préoccuper de cette situation, sinon je crains que la filière rencontre des difficultés», conclut le nouveau responsable de la section Corrèze «veau sous la mère». Le président Lavergne, avait annoncé qu’il ne souhaitait pas de langue de bois au sein de la section. Pour une première il ne sera pas déçu. Laurent Boisset (responsable de la section veau de boucherie) est lui aussi redescendu de Paris avec son lot de questions. Si dans cette filière il existe un «vrai» partenariat avec les intégrateurs, la problématique du financement de l’outil de production est caractéristique. Les banques «prêteraient» de moins en moins pour les ateliers de veaux de boucherie.

Le financement de l’outil de production reste le nerf de la guerre quelle que soit la filière. Pourtant l’objectif est bien celui de produire. Et de produire avec les attentes de notre époque. Celles des consommateurs et celles des agriculteurs. Après avoir débattu sur les accords de libre échange entre les Etats Unis et l’Union Européenne, la section bovine communiquera auprès du grand public durant l’été 2014 sur les effets «néfastes» de ces derniers. Les membres de la section ont assistés à une présentation d’une étude «Système de tétée en libre-service» réalisée sur une période de sept années sur l’exploitation du Lycée E.Pisani. Si les résultats techniques de cette étude ne sont pas concluants, il y a un avancement sur la prise en compte de l’astreinte, de la pénibilité et du remplacement, qui «freinent» particulièrement le renouvellement des générations dans cette production.

Le directeur d’exploitation, Hervé Longy, après avoir présenté l’étude, a invité les membres de la Fdsea à visiter la nouvelle stabulation avec salle de tétée en logettes alternées. Petite particularité, les logettes sont équipées d’un système de bat-flancs pour faire entrer, lors de la tétée une tante entre les deux veaux. Une journée porte ouverte sera organisée afin de présenter les nouvelles installations du lycée.

Pour une première, la section bovine a eu de quoi faire. Sous l’impulsion de son nouveau président, les membres seront appelés à se réunir plus souvent qu’a l’accoutumée. Les ultimes arbitrages Pac de Stéphane Le Foll nécessiteront des analyses ciblées sur la production bovine.

Les membres de la section bovine Corrèze ont pu découvrir en avant-première, les nouvelles installations de l’exploitation du lycée agricole. Les logettes de la salle de tétée sont équipées de bat-flancs. Ils serviront à bloquer une tante lors de la tétée.
Les membres de la section bovine Corrèze ont pu découvrir en avant-première, les nouvelles installations de l’exploitation du lycée agricole. Les logettes de la salle de tétée sont équipées de bat-flancs. Ils serviront à bloquer une tante lors de la tétée. - © FDSEA 19

Désignation des représentants départementaux (Corrèze) des sections bovines aux travaux des sections de la FNB

 

Vaches Allaitantes : Gilles LAVERGNE, Frédéric DEMANNEVILLE

Engraissement : René CUBERTAFON, Sébastien SOULIE

Veau sous la mère : Pierre BEYSSERIE, Dominique DECAY

Veau de boucherie : Laurent BOISSET

Représentante au Conseil d’administration FDSEA : Dominique DECAY

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui