L'Union Paysanne 01 décembre 2010 à 12h02 | Par SF

FDSEA - Vie syndicale, acquis et communication autour des blocages… les nécessaires éclaircissements

La FDSEA a tenu son conseil d’administration vendredi 26 novembre dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En l'absence de Tony Cornelissen (et pour cause), Jean-Paul Merpillat, Daniel Couderc, Henri Mazeau et Dominique Decay ont animé les débats.
En l'absence de Tony Cornelissen (et pour cause), Jean-Paul Merpillat, Daniel Couderc, Henri Mazeau et Dominique Decay ont animé les débats. - © DR

En préalable au conseil d’administration qui s’est tenu ce vendredi 26 novembre, Jean-Paul Merpillat, secrétaire général et président de séance pour l’occasion, fait état de la santé du président Cornelissen, «qui se remet plutôt bien de son accident. La prudence étant de mise, il ne peut donc participer au conseil et vous prie de l’excuser».

Au travers du tour d’horizon conjoncturel des productions, la production bovine a pris une part prépondérante dans les débats, avec tout naturellement l’action syndicale nationale conduite autour des abattoirs Bigard.

 

Blocage des abattoirs Bigard…

Tous les cantons sont unanimes pour saluer la mobilisation engendrée par cette action. Un historique est retracé tant sur l’origine de la crise bovine, le déroulé des blocages dont celui d’Egletons, que sur le déroulé des négociations, acquis et sortie de manifestation. Une mention toute particulière est adressée au délégué cantonal d’Egletons ainsi qu’aux agricultrices et agriculteurs des alentours pour l’organisation et la logistique mise en place.

 

... les explications attendues…

Les détails de l’accord national entre la FNSEA, les JA, et la FNB sous l’autorité du médiateur mis en place par le ministre de l’agriculture sont présentés.

Relevons quelques points de satisfaction, notamment le retour de l’entreprise Bigard à l’interprofession bovine. Table des négociations boycottée depuis plusieurs mois par Jean-Claude Bigard, d’où de nom-breux travaux et dossiers bloqués de fait.

Engagement ferme sur la mise en place des machines à classer dans les abattoirs du groupe, dont celui d’Egletons. En conséquence un classement plus objectif des animaux, d’où transparence et équité au bénéfice des éleveurs, estimés entre 60 et

80 € par animal selon les catégories.

Le relèvement de la grille de prix Bigard, objet de toutes les polémiques, fait apparaître la communication défaillante sur le sujet. Plusieurs délégués relèvent que la communication et les arguments avancés sur les prix «s’ils ont eu un effet bénéfique sur la mobilisation, bien relayée par la presse, ont été dé-sastreux en terme d’attente et d’interprétation». Chacun sait, depuis la crise de l’ESB, qu’un accord sur les prix est illicite. Il était donc impensable de recommencer cette erreur. La profession n’a fait qu’imposer une augmentation (sûrement insuffisante) sur la propre grille Bigard.

La presse dans l’attente d’avancées nouvelles n’a retenu que les cinq centimes. Il est vraiment dommage que le réseau n’ait pas eu la primauté de l’information et que les manifestants n’aient appris par les médias que les blocages étaient levés.

 

… des mesures sous contrôles

Les mesures prises par le ministre de l’agriculture en terme de marché et de communication doivent se faire ressentir sur les marchés pour atteindre pleinement leur mesure d’ici une dizaine de semaines.

Tout n’est donc pas fini «puisqu’il reste l’application de ces accords dans leur totalité, d’où une certaine vigilance du syndicalisme accompagnée de l’œil bienveillant du médiateur garant du travail de chacune des familles professionnelles».

En conclusion sur ce sujet, plusieurs administrateurs ont déploré et dénoncé «la pression» exercée par Charal sur les éleveurs en guise de représailles.

 

La pomme, moins pire que prévu

La production pommicole qui a longtemps souffert d’un marché déprimé et de conditions climatiques guère clémentes (froid, neige, russeting) semble aujourd’hui sur la voie du redressement (tant pour la pomme à couteau que pour celle destinée à l’industrie), contrairement à toutes les craintes et prévisions.

 

Les porcs se mobilisent aussi

Après trois ans de crises, le ras-le-bol des producteurs s’est exprimé particulièrement en direction des salaisonniers qui refusent de mettre en avant l’origine et la provenance des produits au travers de VPF. Une interprofession aussi bloquée dans son travail par les salaisonniers et transformateurs qui utilisent sous des vocables régionaux des produits d’origine étrangère et transformés en France. «L’hypocrisie ça suffit.» D’où blocage de plusieurs sites, dont Herta et Aoste (Justin Bridou), et pour notre région à Mascla (Loire).

 

Renouvellement syndical

Année de renouvellement à tout les échelons, il est rappelé l’importance du travail mené au cours de l’année, regrettant qu’il soit mal valorisé car pas assez médiatisé. Souvent peu visible, il profite malgré tout à l’ensemble des agriculteurs et à la profession.

Le calendrier des assemblées locales et cantonales est ainsi déployé, tout comme les points qui seront traités, avec pour épilogue le conseil d’administration électif fin mars 2011. Entre autres détails, les conditions du mode d’élection soumis aux adhérents.

Parmi les autres sujets abordés qui sont venus conclure ce conseil, figurent la communication relatée par Claude Dumond, délégué cantonal de Corrèze, autour de la ronde des tracteurs dans le cadre du Téléthon. Diverses animations auront lieu au passage de la caravane, dont une dégustation autour du veau sous la mère à Objat, explique Gilbert Delmond.

Il est signifié (de source Agence de service et de paiement) que les soldes de plusieurs aides et soutiens aux agriculteurs doivent intervenir le 2 décembre prochain, vérifiez vos compte.

Enfin, c’est sur la lisibilité concernant plusieurs dossiers actuellement traités par la DDT (DacAgri, contrôles des structures…) que le secrétaire général, président de séance, indique que plusieurs courriers seront adressés au directeur pour clarification et mention des positions de la FDSEA.

 

Les acquis des blocages des abattoirs, une nécessaire revue des détails.
Les acquis des blocages des abattoirs, une nécessaire revue des détails. - © DR

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui