L'Union Paysanne 11 mars 2011 à 09h46 | Par P. Dumont

Filière - Abattre ses volailles en Cuma

Voilà plus de quinze ans, une Cuma d’abattage de volailles s’installait au sud de la Haute-Vienne. Avec l’engouement actuel pour les circuits courts et l’arrivée à la retraite de certains de ses adhérents, la Cuma cherche à se développer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Renaud Gizardin et une des adhérentes de la Cuma sur la chaîne d’abattage.
Renaud Gizardin et une des adhérentes de la Cuma sur la chaîne d’abattage. - © DR

Les circuits courts ont le vent en poupe comme en témoignent les ateliers de découpe, de transformation et les magasins de producteurs qui se développent à proximité des villes. Produits à l’origine établie, qualité et proximité, les consommateurs sont nombreux à plébisciter ces commerces. A l’autre bout de la chaî-ne, pour les producteurs de volailles limousins, l’éloignement des outils d’abattage est parfois un réel problème. Pourtant, un outil fonctionne dans le sud de la Haute-Vienne. En effet, depuis 1993, une Cuma d’abattage de volailles est implantée sur Saint Yrieix la Perche. A l’origine du projet, des éleveurs de canards. «Au départ, nous étions neuf producteurs de volailles à prendre part au projet» raconte Renaud Gizardin. Plus de 15 ans après, certains sont partis, d’autres nous ont rejoint et nous comptons actuellement une dizaine de membres. En 18 mois, étude de faisabilité, demande de financement et implantation des bâtiments sont bouclés.

Le principe est simple. Moyennant une adhésion à la Cuma (800 euros) complétée par une participation liée au volume abattu, le producteur bénéficie d’un accès illimité aux locaux où l’on retrouve chaîne d’abattage et atelier de découpe et de transformation. Parmi les impératifs à respecter, le planning et une main d’œuvre minimum. «Nous démarrons la chaîne d’abattage à partir de cent unités. Pour un fonctionnement optimal de la chaîne, il faut quatre personnes». explique le président de la Cuma. Ce sont les éleveurs adhérents qui mettent la main à la pâte. Et, en cas de besoin, les uns peuvent bénéficier des autres. «Les nouveaux adhérents peuvent s’appuyer sur les anciens, il y a une vraie solidarité entre nous», ajoute Renaud Gizardin. Si un adhérent n’a pas le nombre d’animaux requis pour lancer la chaîne, un regroupement entre adhérents s’effectue. En outre, tous les outils nécessaires à la découpe et à la transformation sont disponibles : pétrin, hachoir, poussoir, autoclave, piano de cuisson,… Le tout aux normes européennes en vigueur.

Pourtant, l’outil est aujourd’hui sous-employé. La chaîne d’abattage fonctionne une journée et demie par semaine en moyenne, pour 200 volailles tuées alors qu’elle pourrait supporter sans problème une cadence de 1000 volailles / semaine. «Notre Cuma est peu connue, déplore le président. Ou bien quand un producteur connaît son existence, il pense que nous n’acceptons pas de nouveaux adhérents. Or c’est tout le contraire !» Certains adhérents actuels étant proches de la retraite, la Cuma aimerait en effet accueillir de nouveaux producteurs. «Avec cette Cuma, nous avons accès à un matériel performant. Nous partageons nos frais, et cet outil nous offre une grande souplesse. Nous pouvons produire en petites ou grandes quantités. C’est une chance pour un producteur qui démarre son activité de vente directe», souligne Renaud Gizardin.

Désirant faire connaître leur outil, les membres de la Cuma organisent des portes ouvertes le dimanche 10 avril de 9 h 30 à 13 h.

Pour tout renseignement, contacter Renaud Gizardin au 05 55 75 28 29.

 

Sandrine Comagnac, productrice d’escargots.
Sandrine Comagnac, productrice d’escargots. - © DR

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui