L'Union Paysanne 01 mars 2013 à 09h13 | Par Guillaume Demichel

FNO - La reconquête ovine passera par l’aide à l’installation

La Fédération nationale ovine a tenu son assemblée régionale à Bellac en Haute-Vienne. Le dispositif Labeliance Agri y a été présenté.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Présentation du dispositif Labeliance Agri 2013 : pour Claude Souchaud, "ce dispositif va donner à des gens compétents les moyens de reprendre une exploitation viable".
Présentation du dispositif Labeliance Agri 2013 : pour Claude Souchaud, "ce dispositif va donner à des gens compétents les moyens de reprendre une exploitation viable". - © Guillaume Demichel

Heureusement moins médiatisée ces jours-ci que sa consœur bovine, la filière ovine n’en est pas moins une composante fondamentale de l’agriculture limousine, notamment sur toute la partie nord de la région. A l’occasion de l’assemblée régionale de la Fédération nationale ovine qui s’est tenue dernièrement à Bellac (87), Claude Souchaud, le président de l’association ovine du Limousin, a insisté sur l’importance économique locale de la filière. «A Bellac, nous avons un abattoir qui mobilise trente emplois et nous devons à tout prix continuer à faire vivre cet outil. En France, la baisse des cours se poursuit, tous les acteurs de la filière doivent se mobiliser pour inverser la tendance et cela passe naturellement par des actions en direction du consommateur. Ainsi, la FNO et Interbev vont organiser 500 journées de mise en avant de l’agneau dans les GMS à partir du mois de mars».

Des prix en baisse (5,79 €/kg fin janvier soit -9 % par rapport à janvier 2012) qui s’expliquent notamment par une consommation nationale morose et une pression à l’import en constante augmentation. «Les charges augmentent, les prix baissent, c’est une remise en cause de toute la dynamique de filière, d’où l’importance des opérations à venir dans les enseignes de grande distribution», précise Claude Souchaud. Un état des lieux qui conduit naturellement les intervenants à aborder le sujet délicat de la prochaine PAC. A ce propos, les positions de la FNO sont très précises en ce qui concerne par exemple le couplage et les zones défavorisées. «La convergence rapporterait globalement de l’argent à l’élevage ovin mais elle doit être mesurée et équilibrée afin de ne fragiliser aucun système. Vu les effets de la convergence, le possible déclassement de certaines zones et les excès de contraintes sur les aides à l’herbe, le couplage apparaît aujourd’hui comme la seule politique efficace pour orienter et aider l’élevage ovin. C’est une priorité absolue», commente l’animatrice de la FNO, Amélie Villette.

 

 

- © FNO

L’installation, un enjeu stratégique

Mais cette assemblée générale a surtout été l’occasion de présenter le dispositif Labeliance Agri, destiné à aider les projets d’installation ou de développement d’élevages ovins (voir le détail des étapes clés du dispositif dans le tableau ci-joint). Il intervient dans un contexte où les exploitations se sont modernisées et agrandies et où le foncier est de plus en plus cher. Il s’agit un dispositif tripartite entre les investisseurs (LBA), une structure professionnelle (GUFA) et le futur exploitant gérant. «C’est un produit financier qui permet de lever des fonds auprès d’investisseurs particuliers, réinvestis ensuite sous forme de prises de participation dans le capital d’exploitations agricoles qui bénéficient ainsi d’un apport de fonds propres extérieurs d’un montant minimum de 50.000 €. Le GUFA est en charge de la sélection des projets, la coordination du suivi des exploitations et la gestion de la mutualisation des risques. L’exploitant détermine ensuite sa stratégie de développement en concertation avec LBA et GUFA qui établissent enfin conjointement un pacte d’associés qui définit les règles de fonctionnement et notamment les conditions de sortie du fonds LBA et GUFA».

«En Limousin, et en France en général, nous sommes en manque de porteurs de projets ovins qui sont généralement de bons projets. Néanmoins, il peut arriver que certains dossiers posent problème et ce fonds va permettre d’éviter de laisser des jeunes sur la touche», témoigne le représentant régional du Crédit Agricole. «L’installation est un enjeu stratégique majeur pour notre région et il y a énormément de travail à faire dans ce domaine. En Limousin, ce dispositif va permettre de déclencher certains projets et de donner à des gens compétents les moyens de reprendre des exploitations viables», ajoute Claude Souchaud.

Tous les renseignements concernant le dispositif Labeliance sont disponibles auprès de la FNO et du GUFA au 06.63. 05.67.54 et de Labeliance Invest au 01.78.41.44.94.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui