L'Union Paysanne 15 juin 2022 a 09h00 | Par Sources : le-prix-des-terres.fr/Safer

Foncier. Le prix des terres en Corrèze en 2021

Le prix des terres corréziennes a augmenté en 2021, au contraire de la tendance nationale, notamment dans les zones de grande culture.

Abonnez-vous Imprimer
- © DR

Après plusieurs années d'évolutions irrégulières, le marché foncier s'oriente à la hausse de manière assez homogène sur le département. Les terres et prés libres augmentent de 4% en moyenne, cette tendance étant plus marquée dans les zones aux valeurs les moins élevées. Les terres et prés loués augmentent quant à eux de 6%, avec des hausses également plus prononcées dans les zones les moins chères. 800 transactions foncières ont été enregistrées en Corrèze en 2021, soit 22 % de plus qu'en 2020. Elles ont porté sur 3 600 ha, soit 1,56 % des surfaces.

Une tendance contraire au niveau national

Au niveau national, le marché des terres et prés a été très dynamique en 2021 avec des transactions et des surfaces échangées record. Le nombre de transactions a dépassé ainsi la barre des 100 000 (103 500 transactions, + 19,2 %), les surfaces échangées ont progressé de 15,1 % à 467 000 hectares, la valeur totale a bondi de 23,5 % à 6,8 milliards d'euros.

Néanmoins le prix moyen de l'hectare a reculé de 2,3 % en 2021 à 5 940 EUR/ha en moyenne sur l'ensemble du territoire. « Les départs à la retraite des exploitants semblent se matérialiser sur ce marché avec une intensité croissante sur les cinq dernières années », note la FNSafer pour expliquer ce phénomène. Les prix à l'hectare ont davantage reculé dans les zones de grandes cultures à 7 250 EUR/ha (-5,3 %), que dans les zones de polyculture élevage et d'élevage bovin à 5 910 EUR/ha (-0,3 %) et 4 570 EUR/ha (-1,1 %) respectivement. Si bien que l'écart de prix se resserre entre les régions de grandes cultures et celle de l'élevage bovin.

Pour les terres et les prés loués, l'année 2021 a été marquée par une stagnation du prix de l'hectare à 4 910 EUR. Si les zones de grandes cultures et celles d'élevage bovin progressent encore légèrement à 6 260 EUR/ha (+0,6 %) pour les premières et à 3 690 EUR/ha (+1,7 %) pour les secondes, les régions de polyculture élevage voient leurs prix reculer de -2,1 % à 4 800 EUR/ha.

Au niveau régional, le prix des terres libres a diminué de 4 % en Creuse, tandis qu'il a augmenté de 2 % en Haute-Vienne, de 4 % dans le Cantal et de 5 % en Dordogne.

Un marché de plus en plus sociétaire

Au niveau national, les personnes physiques agricoles demeurent encore la majorité des acquéreurs en nombre de transactions mais ne représentent désormais que 50,9 % des acquisitions en surface. À l'inverse les différentes formes de sociétés d'exploitation (Gaec, EARL, SCEA, SA-SARL) ont affiché des progressions importantes l'an dernier, notamment les SARL aussi bien en termes de transactions, de surfaces que de valeur. Idem pour les sociétés de portage du foncier (GFA, SCI agricoles...). Les transactions réalisées par les personnes physiques non agricoles ne cessent de croître également (en nombre, surface et valeur), comme d'ailleurs les personnes morales non agricoles.

Le prix des maisons bondit

La dynamique initiée par la crise sanitaire se poursuit, les acheteurs confirment leur intérêt pour les maisons à la campagne, avec un pic notable de transactions en juin et juillet. Le prix moyen des maisons à la campagne a bondi de 13,9 % en Corrèze (123 000 EUR en moyenne). Au niveau national, le prix moyen du lot a progressé de 9,3 % à 199 000 EUR et le nombre de transactions a augmenté de 21,3 % sur un an.

- © DR
Les commentaires ont ete suspendus pour cet article

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,