L'Union Paysanne 02 avril 2010 à 10h45 | Par P. Dumont

FRSEAMassif central - Le Massif central s’est préparé pour le 64è congrès de la FNSEA

A l’ordre du jour du conseil d’administration de la FRSEA Massif central du 22 mars, entre autres sujets la préparation du prochain congrès de la FNSEA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les participants réunis pour préparer le congrès de la FNSEA
Les participants réunis pour préparer le congrès de la FNSEA - © DR

C'est donc un conseil d'administration de la FRSEA Massif Central, présidé par Jacques Chazalet, qui a eu lieu mardi 22 mars dernier à Limoges. L'objet de la réunion était principalement l'étude du projet de rapport moral de la FNSEA pour le congrès qui s'est déroulé du 30 mars au 1er avril à Auxerre afin que la région syndicale puisse établir une position commune à l'Auvergne et au Limousin.
Mais avant d'aborder ce sujet, plusieurs autres points ont été traités. En premier lieu, Jacques Chazalet, président de la FRSEA Massif central, a évoqué la démarche de recours gracieux sur la rétroactivité venant d'être déposée par la FNSEA dans le cadre du dossier photovoltaïque. Il a également rappelé que les conférences agricoles régionales et nationales condamnaient fermement le développement du photovoltaïque au sol.
Autre question importante à avoir été examinée, la création et l'animation de groupes de réflexion sur la Loi de modernisation agricole et la Pac 2013 au sein du Service Interdépartemental pour l'Animation du Massif central (SIDAM*) en lien avec la FRSEA Massif central. Deux groupes, «lait» et viande bovine» sont déjà en fonctionnement et trois autres pourraient être mis en œuvre prochainement : «productions végétales» (grandes cultures), «production ovine» et «production porcs et volailles». Joseph Mousset, président de la FDSEA de Haute-Vienne se déclare également favorable à une réflexion syndicale sur les pommes. Les importations tirant les prix vers le bas, il apparaît nécessaire d'organiser les filières et de réfléchir sur le statut des producteurs mais en tout état de cause, le syndicalisme ne peut tout faire à lui seul.
Un autre sujet a été abordé concernant la négociation en cours d'une complémentaire santé par section des anciens exploitants. Les membres de la section ont établi un cahier des charges à destination des sociétés d'assurances et des mutuelles prévoyant trois niveaux de garantie et trois tranches d'âge. Parmi les 14 sociétés consultées, 7 ont répondu et 4 ont été présélectionnées : Harmonie Mutualité, Eovi, Groupama et Mutualia. Cette dernière, répondant strictement à tous les critères du cahier des charges, a été choisie. Chaque département doit maintenant se positionner.

 

 

FNSEA : se remettre en question

Le projet de rapport moral du congrès de la FNSEA met en lumière trois points principaux, les changements apportés par les évènements de l'année 2009, la nécessité pour la FNSEA de réaffirmer les fondamentaux de son syndicalisme et enfin les évolutions à mettre en oeuvre.
2009 a été, en effet, une année riche en évènements syndicaux notamment avec la crise laitière et les désaccords manifestés lors des congrès de la FNSEA et des JA. En outre, la FNSEA constate des mutations fortes du contexte agricole avec le retour de l'agriculture en centre des débats (consommation, modes de production, ...), la méconnaissance de la réalité agricole par le monde politique et enfin l'allongement des circuits décisionnels avec l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne instaurant la codécision entre le Parlement européen et le Conseil. Enfin, la fédération s'interroge sur les évolutions du militantisme et du métier d'agriculteur. Face à cette situation, la FNSEA réaffirme sa position de porteur d'un syndicalisme res-ponsable, représentatif, tenant compte des réalités et animé par la volonté d'avoir un projet ambitieux pour l'agriculture. En conséquence, l'organisme s'interroge sur les actions traditionnelles ou nouvelles à conduire pour un syndicalisme «durable».
Au vu de tous ces éléments, les participants au conseil s'accordent pour dire que le syndicalisme doit suivre l'évolution de la société et de l'agriculture, l'organisation de la FNSEA est peut être devenue aujourd'hui trop rigide. L'information et la communication doivent être améliorées à tous les niveaux depuis la base jusqu'au sommet de l'organisme et le positionnement par rapport aux évènements d'actualité de la Fédération doit être plus prompt. Il est également nécessaire de mieux valoriser les avancées obtenues. Concernant les militants, force est de constater qu'ils sont moins enclins que par le passé à s'engager sur le long terme. Enfin, le travail d'animation locale fait par les fédérations, perçu comme essentiel par tous, doit être remis au centre de la politique de la FNSEA.
Le congrès des 30, 31 mars et 1er avril devait permettre à chacun de s'exprimer sur le sujet et de discuter tous ensemble des axes de travail à développer.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui