L'Union Paysanne 10 mai 2013 à 09h32 | Par GDS 19

GDS Corrèze - Assemblée générale du GCDS du 26 avril

L’assemblée générale est revenue sur l’activité très riche de l’année écoulée. À cette occasion, le Dr Jean-Pierre Alzieu, directeur du LDA de l’Ariège, est intervenu sur «la besnoitiose bovine».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une assistance nombreuse et attentive.
Une assistance nombreuse et attentive. - © GDS 19

L’assemblée générale (AG) du GDS s’est déroulée à Naves le 26 avril en présence de Maurice Demichel, président du GDS, de Régis Géraud, administrateur et trésorier de la structure, du Dr François Bretin, conseiller général représentant le président du Conseil général, de Véronique Ortet et Claire Cartet de la DDCSPP, du Dr Zonderland, représentant le LDA19 et du Dr Heysch de la Borde, représentant du SDVEL.

Maurice Demichel adresse ses remerciements aux éleveurs et personnalités présentes et liste les personnes excusées ; après lecture résumée du PV de la précédente AG par la directrice, le président propose son approbation qui est votée à l’unanimité.

Régis Geraud présente ensuite les comptes du GDS et de son service Hygiène qui sont ensuite validée par le commissaire aux comptes, Mme Naves.

Le président demande ensuite à l’assemblée son approbation du rapport financier qui est votée à l’unanimité.

 

Le rapport d'activité, présenté par le Dr Roy

Le Dr Roy, directrice du GCDS, présente ensuite le rapport d’activité du GDS en détaillant le travail de chaque section ; elle rappelle en préambule les conséquences des Etats généraux du Sanitaire avec l’organisation de la nouvelle gouvernance sanitaire française qui renforce l’échelon régional en matière décisionnelle. Elle insiste sur le travail d’accréditation qu’il faudra conduire dans les années à venir pour pouvoir continuer à assurer les délégations de l’Administration en termes de gestion des prophylaxies.

Mme Ortet de la DDCSPP rassure l’assistance sur le maintien du niveau départemental en tant qu’effecteur des politiques sanitaires et rappelle que c’est même un souhait de Mme le préfet qui a gardé d’ailleurs une sorte de Comité Départemental de la Santé et de la Protection Animales afin de préserver un organe de concertation locale entre les divers partenaires du sanitaire en département.

Mme Roy insiste sur les rôles de mutualisation, de coordination et de prévention du GDS qui ont permis de nombreuses actions en 2012 :

- Maintien de la mutualisation des coûts de tuberculination (prestations et tuberculines),

- Prise en charge des coûts résiduels d’analyse brucellose,

- Prise en charge des analyses de sondage BVD, des recontrôles IBR des «single-reactors» pour les cheptels en garantie et de la certification pour les adhérents, des analyses sur ganglions en paratuberculose,

- Prise en charge des coûts de navette entre le laboratoire, les vétérinaires, la DDCSPP et le GDS,

- Enquête sur la maladie de Schmallenberg, sur le CAEV, sur les maladies bactériennes de la faune sauvage…

Elle a évoqué la situation du département en termes de tuberculose, exposant l’action du GDS pour indemniser les éleveurs touchés par des arrêtés préfectoraux de mise sous surveillance avec l’intervention du fonds de mutualisation sanitaire mis en œuvre par GDS France.

Elle rappelle la situation très favorable de la Corrèze pour bon nombre de maladies réglementées, mais insiste sur la nécessaire vigilance à maintenir notamment en déclarant les avortements et précise que grâce aux aides octroyées par le Conseil régional et le GDS, les éleveurs corréziens bénéficient de dépistages gratuits de la chlamydiose, de la fièvre Q, de la BVD, de l’ehrlichiose et de la néosporose en cas d’avortements récurrents sur un cheptel.

La situation française en termes de foyers de maladie de Schmallenberg est discutée et le travail de suivi et d’indemnisation des foyers lourdement touchés par les formes congénitales est présenté.

Elle évoque un point de satisfaction sur la gestion de l’IBR avec une augmentation spectaculaire du nombre d’éleveurs qualifiés, passé de 37 à 65 % suite à la motion de l’assemblée générale de 2012. Elle regrette néanmoins qu’il n’y ait pas un encadrement réglementaire plus appuyé pour l’élimination ou la vaccination des animaux positifs en IBR car la Corrèze compte encore plus de 600 bovins positifs non vaccinés ou avec une vaccination non entretenue !

La situation du département pour la paratuberculose reste très favorable avec plus de 350 cheptels en garantie qui constituent un vivier d’animaux de qualité pour le renouvellement des cheptels.

Le bilan des sondages évaluant la situation départementale pour la BVD reste plus mitigé avec la confirmation de circulations virales sur une quarantaine de communes ; la certification des bovins non IPI va supposer le dépôt d’un dossier de reconnaissance du GDS 19 en tant que membre du futur STC qui portera la gestion du cahier des charges reconnu par l’ACERSA. Le président du GDS s’inquiète par ailleurs du faible nombre d’animaux testés en BVD à l’introduction dans les cheptels corréziens à savoir près du tiers et s’étonne que certains éleveurs ne pratiquent pas ces examens qui sont pourtant essentiels pour garantir et préserver la santé de nos cheptels.

Mme Roy rappelle que certains des cheptels contaminés en BVD ont été suivis grâce au programme régional de dépistage des pathologies émergentes, tout comme d’autres concernés par divers syndromes (Carences minérales, troubles respiratoires, diarrhées néonatales…).

Les actions spécifiques des au-tres sections (petits ruminants, porcins, équins, piscicultures, apicultures) ont été évoquées avant de détailler l’activité du service Hygiène, dont les résultats financiers sont hélas tributaires de la météorologie, notamment pour la détaupisation.

Le Dr Jean-Pierre Alzieu, directeur du LDA de l’Ariège,  a présenté une synthèse des connaissances actuelles sur la besnoitiose, maladie vectorielle émergente dans notre région.
Le Dr Jean-Pierre Alzieu, directeur du LDA de l’Ariège, a présenté une synthèse des connaissances actuelles sur la besnoitiose, maladie vectorielle émergente dans notre région. - © GDS 19

Une maladie réémergente, la besnoitiose

Elle a ensuite laissé la parole au Dr Jean-Pierre Alzieu qui a fait une présentation sur la besnoitiose, une maladie réémergente en France. Celui-ci a fait une présentation détaillée de cette maladie qui est endémique dans les Pyrénées, mais semble aujourd’hui se diffuser dans divers départements en France.

De nombreuses questions de l’assistance ont émaillé son propos l’amenant à détailler les analyses et traitements disponibles, les modalités de gestion ainsi que les conséquences de cette maladie chez l’animal.

L’assemblée a ensuite validé à l’unanimité les motions présentées avec notamment l’intégration des coûts de gestion de la certification IBR à la cotisation de base d’adhésion au GDS, l’engagement généralisé des adhérents du GDS dans l’application du cahier des charges de gestion de la certification «animal non IPI en BVD» et la généralisation du dépistage de la BVD à l’introduction avec mutualisation des coûts pour les adhérents du GDS.

 

Intervention du Conseil général

Le Dr François Bretin, conseiller général d’Argentat représentant le président du Conseil général, a clôturé l’assemblée en s’interrogeant sur la pertinence des mesures de simplification annoncées suite aux Etats Généraux du Sanitaire et en faisant le vœu que la simplification ne tombe dans le simplisme ! Il a rappelé qu’il s’était attaché à sanctuariser les enveloppes dévolues à la gestion du sanitaire en Corrèze et qu’il avait réussi à limiter la baisse de l’enveloppe accordée au GDS à - 7 % et qu’il avait maintenu les aides reversées au laboratoire départemental à hauteur de 215 000 €. Il a par ailleurs insisté sur la chance pour les éleveurs de disposer de partenaires de proximité compétents et très investis comme le GDS, le LDA, et les vétérinaires praticiens…

Il a indiqué pour finir qu’il resterait très attentif au maintien des efforts financiers du Conseil général étant très attaché à la profession vétérinaire et à l’économie agricole.

Larmoiement, fièvre, œdème des parties déclives font parties des premiers signes cliniques de la besnoitiose.
Larmoiement, fièvre, œdème des parties déclives font parties des premiers signes cliniques de la besnoitiose. - © GDS 19

Maurice Demichel, président du GCDS

L’allocution finale du président du GCDS est revenue sur la campagne écoulée marquée par une certaine morosité, l’embellie des cours ayant été gâchée par la hausse des charges ; le budget de la Pac est amputé d’au moins 5 %, la prime vache allaitante est maintenue mais avec des critères d’application plus stricts, l’avenir des DPU reste incertain, la PHAE n’existera plus et le ministère de l’agriculture semble perplexe entre aider le troupeau laitier ou le troupeau allaitant en France…

M. Demichel évoque ses craintes quant à la perte potentielle du statut officiellement indemne de la France en matière de tuberculose rappelant la situation de certains départements très impactés par cette maladie et insiste sur la nécessaire vigilance à maintenir dans l’avenir.

Il remercie par avance les vétérinaires du département de maintenir la sensibilisation des éleveurs à l’intérêt du dépistage de la BVD à l’introduction.

Il rappelle par ailleurs que dans certains élevages, les mortalités des veaux ont été anormalement élevées ces dernières années et que lorsque l’on cherche à améliorer la rentabilité de l’élevage, une des meilleures pistes est déjà de commencer à maîtriser les facteurs de risque de ces mortalités car elles impactent directement sur le revenu du cheptel !

Maurice Demichel a conclu sur le statut sanitaire globalement très favorable de la Corrèze et du Limousin, en rappelant que le GDS Corrèze avait su rester un acteur incontournable du sanitaire grâce au réseau communal et cantonal de nos délégués et nos partenariats avec de nombreux organismes et en rappelant que ce réseau serait indispensable pour réagir face aux émergences de nouvelles maladies auxquelles nous serons sûrement confrontés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui