L'Union Paysanne 10 novembre 2020 à 10h00 | Par La rédaction

INTERBEV. Des animaux propres pour l’abattoir !

De l’élevage à l’abattage, les règles applicables issues des accords interprofessionnels en vigueur.

Abonnez-vous Imprimer
- © Interbev

Afin de limiter les risques de contamination des carcasses, notamment au regard de la bactérie
E. Coli, dont les conséquences pour l’homme peuvent être graves, la réglementation sanitaire
européenne impose depuis  de nombreuses années des mesures spécifiques lors de l’introduction des animaux sur les chaînes d’abattage. Les animaux «sales» ne peuvent plus entrer dans la consommation.

QU’EST-CE QU’UN ANIMAL SALE ?

L’état de propreté des bovins est jugé sur la base d’une grille qui classe les animaux en quatre catégories en fonction de la surface et de l’épaisseur des salissures sèches présentes sur les flancs. Ce contrôle se fait lors de l’inspection ante mortem : A = Très propre ; B= Propre ; C= Peu sale ; D=Sale.
Tout animal arrivant à l’abattoir avec au moins un flanc crotté audessus de la ligne « virtuelle » formée entre la pointe de l’épaule et la pointe de la hanche sera classé en «D».
Ne sont prises en compte que les salissures sèches. Cette notion s’avère essentielle pour déterminer le niveau de responsabilité de chaque acteur.
Si l’éleveur est forcément responsable des souillures sèches, dans la majorité des cas les souillures
humides sont de la responsabilité des apporteurs et/ou abattoirs).
Les animaux concernés par une note D attestée par l’inspecteur vétérinaire sont isolés dans le
parc d’attente. Cette décision génère une consigne sur pied de 48 heures et si l’animal ne peut pas être nettoyé pendant cette période, il sera abattu en fin de chaîne et entièrement
saisi. L’éleveur perd alors la valeur de la carcasse.
De son côté, l’apporteur verse à l’abattoir des frais de destruction d’une valeur de 100 € HT (20%
TVA).

QUE FAIRE EN CAS DE DÉSACCORD ?

Comme pour tous les différends, le Comité Régional Interprofessionnel se tient à la disposition
des membres de la filière à des fins de conciliation, dans le cadre de la procédure de règlement des litiges prévue par ses statuts.
L’accord interprofessionnel «Achat et enlèvement des bovins de 8 mois et plus destinés à l’abattage » du 22 mars 2017 codifie les relations commerciales entre les opérateurs de la filière.

CONTACT :

Un doute, une question ? Contactez INTERBEV Nouvelle-Aquitaine
05 57 85 40 10 – accueil@interbev-nouvelleaquitaine.fr

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui