L'Union Paysanne 09 avril 2010 à 10h27 | Par P. Dumont

Interventions - Jean-Michel Lemétayer, ferme et déterminé face à Bruno Le Maire

Le dernier jour du congrès a vu se succéder les discours officiels. Absent, le commissaire européen à l’agriculture, Dacian Ciolos avait enregistré une allocation qui a été diffusée avant les discours de Jean-Michel Lemétayer et de Bruno Le Maire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans son intervention, Dacian Ciolos réaffirme l'importance du secteur agricole en Europe. La Pac 2013 sera l'occasion de jeter les bases d'une orientation raisonnée du marché, les aides devant être attribuées de façon plus équitable et la politique devant être plus transparente. Les filières ont besoin d'être modernisées. Concernant l'environnement, le commissaire européen affirme que l'agriculture à des solutions à apporter. C'est d'ailleurs le secteur qui a le plus réduit ses gaz à effets de serre durant les 10 dernières années, avec une baisse de 20 % contre 8 % pour les autres secteurs. Enfin, au sujet du lait, des mesures sont annoncées d'ici la fin 2010.

Un face à face attendu

Après les nombreux sujets mis sur la table les deux jours précédents et les remarques sur le manque de réactivité et de demandes fortes de part de la FNSEA, le discours du président était très attendu. Celui-ci semble avoir été à la hauteur des espérances de la salle, si l'on en juge par les manifestations d'approbations et les applaudissements entendus.
En guise d'introduction, Jean-Michel Lemétayer dresse le portrait d'une agriculture en faillite, d'agriculteurs «citoyens de seconde zone», « accusés permanents» de tous les maux en matière d'environnement. Le décor est planté. La liste des doléances est longue mais tous les problèmes seront abordés, avec en tête la distorsion de concurrence existant à l'intérieur même de l'Union européenne, situation qui n'est plus supportable par les agriculteurs français. Le développement durable est lui aussi évoqué, Jean-Michel Lemétayer demandant «l'arrêt des débats dans lesquels le sectarisme l'emporte sur la raison». Egalement cités les retraites agricoles, la loi de modernisation agricole, de la TVA sociale que la FNSEA se dit prête à expérimenter ou encore la biodiversité dans laquelle la contribution de l'agriculture doit être reconnue. Le ministre de l'agriculture est appelé à s'engager pour que l'agriculture française ne soit pas sacrifiée.
En réponse à ce discours, Bruno Le Maire précise «je suis venu vous dire que Nicolas Sarkozy et le gouvernement sont à vos côtés, nous ne vous laisserons pas tomber». Face au doute et au désarroi des agriculteurs, le ministre de l'agriculture indique que le message a été entendu et qu'il faut construire la future Pac sur des bases solides. L'alimentation, la sécurisation des revenus grâce à la contractualisation et à une épargne facilitée seront au cœur de la nouvelle donne agricole. Plus précisément, la Pac défendue par la France proposera trois orientations majeures : des outils de régulation et d'observation plus efficaces, un niveau cohérent d'aides directes et le maintien de l'agriculture dans les zones défavorisées.
L'avenir nous dira si ce qui dit est fait.

 

 

Le Limousin au congrès.
Le Limousin au congrès. - © DR

Le Limousin était largement représenté au congrès au travers des trois présidents de FDSEA Corrèze, Creuse et Haute-Vienne ainsi que des représentants des sections et animateurs des FDSEA. Ils n'ont d'ailleurs pas manqué de participer aux débats. Philippe Monteil a en particulier tenu à rappeler à la FNSEA qu'il sera toujours plus profitable à un syndicat de privilégier le terrain aux représentants institutionnels ou politiques. Il a également fait remonter au président de la FNSEA la détresse des agriculteurs creusois face à la crise actuelle ainsi que leurs doutes quant à l'avenir et le poids de ce secteur en terminant par un appel à une vraie action syndicale avec des lignes claires, une indépendance totale permettant d'exercer la mission de contre pouvoir qui incombe à la FNSEA. Pour la FDSEA de la Corrèze, Tony Cornelissen a déploré le manque de communication à grande échelle de la FNSEA, suggérant la création d'émissions sur la TNT.
La Corrèze était au rendez-vous
Quelques représentants de la FDSEA de la Corrèze ont participé au Congrès de la FNSEA, à Auxerre, le 30 et 31 mars 2010. Le premier jour a été un moment d'échanges entre les départements et la FNSEA, sur l'année écoulée. Tony Cornelissen a fait une intervention sur le fait qu'il ne faut pas oublier « la base», les délégués communaux et cantonaux, qui font la force de notre réseau.
La deuxième journée, sous le thème de l'évolution et la communication au sein de la FNSEA, a suscité quelques réactions de la part des Présidents de FDSEA, ainsi que l'intervention de Vincent Bolloré, quant à l'avenir de l'agriculture.
Les corréziens ont découvert Auxerre dans l'Yonne, riche de son terroir et entre autres de ses vins de Bourgogne...

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui