L'Union Paysanne 01 juin 2012 à 10h10 | Par JA 19

JA-CDCEA - Les JA défendent leurs terres agricoles

Abordant de nombreux projets, les membres de la CDCEA se sont arrêtés plus particulièrement sur la demande de permis de construire d’un parc photovoltaïque au sol sur la commune de Gros Chastang.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La Commission Départementale de Consommation des Espaces Agricoles de Corrèze s’est tenue le mardi 22 mai.

Les panneaux photovoltaïques installés au sol, représentent une alternative à ceux intégrés aux bâtiments. Ils produisent de l'électricité exactement de la même manière que ceux connus aujourd’hui mais peuvent être sujets à discussion.

En effet, la profession agricole émet des inquiétudes quant au développement de cette technique. Des installations désordonnées, sans respect des terres agricoles, représentent pour les Jeunes Agriculteurs de la Corrèze des inquiétudes.

Les parcs solaires photovoltaïques au sol sont d’importants consommateurs d’espace, et notamment d’espace agricole. Les Jeunes Agriculteurs de la Corrèze, ne peuvent défendre un tel raisonnement à l’heure où la pression foncière fait rage. Le photovoltaïque est une opportunité pour le monde agricole lorsque ce système s’intègre au bâtiment. Cela ne nuit aucunement à la vocation des terres et présente même des avantages financiers non négligeables pour les agriculteurs, puisque un complément de revenu peut être apporté grâce à cette technique.

Il y a peu, les friches (véritables puits de carbone) exerçaient la fonction aujourd’hui attribuée aux panneaux solaires. Gage de biodiversité, les friches agricoles représentaient un atout environnemental à moindre coût. L’implantation de panneaux à même le sol détruit ce réservoir naturel.

 

Une diminution de l’accès au foncier

De plus, il semble important de souligner que le développement des parcs solaires photovoltaïques au sol se fait sans contexte au détriment des agriculteurs. C’est maintenant que l’on se doit de réagir. Les constructions de logement, de zones industrielles dominent déjà dans la consommation du foncier. Le gaspillage de surfaces agricoles engendre une diminution de l’accès au foncier par les agriculteurs et se traduit par une augmentation de son prix. Outil indispensable pour la profession, la terre se fait de plus en plus rare. L’installation d’un jeune dépend incontestablement de l’accès au foncier.

Le syndicat agricole des JA, les élus de la FDSEA ainsi que les élus de la Chambre d’Agriculture se réunissent depuis près de deux ans en groupe de travail avec M. Zabulon. Défendant leur position contre l’installation de parcs photovoltaïques au sol, ils ont mis en avant l’intérêt de favoriser les panneaux solaires sur les bâtiments agricoles. En effet, dans le cadre d’une dynamique de relance de l’économie, les exploitants agricoles ont la possibilité de moderniser leurs exploitations en favorisant la construction de bâtiments avec couverture de panneaux photovoltaïques. Cet investissement devient rapidement rentable pour l’exploitant puis que celui-ci devient producteur d’électricité.

Les Jeunes Agriculteurs de la Corrèze tiennent à remercier M. Jean Mouzat, président national du syndicat agricole du MODEF, pour son vote en faveur de ce projet. Les JA remercient également la Confédération Paysanne pour avoir brillé par son absence à la Commission. Enfin, un merci est adressé au sous préfet de Tulle pour son vote positif, compté double.

Les Jeunes Agriculteurs défendent leurs valeurs et se positionnent contre ce projet. L’espace agricole, en constante diminution, doit garder sa vocation première. Les bâtiments photovoltaïques apportent une réelle avancée dans nos campagnes, pourquoi ne pas poursuivre et développer plus ce système là sans passer par des innovations consommatrices d’espaces ?

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui