L'Union Paysanne 02 octobre 2015 à 08h00 | Par Richard Zizert

La Fdsea et les JA veulent des solutions rapides et urgentes

Suite à la première détection de fièvre catarrhale ovine, il y a quinze jours, la Fdsea de Corrèze et les JA 19 montent au créneau pour dénoncer l’inertie des pouvoirs publics. En effet, rien ne semble évoluer depuis deux semaines, un immobilisme désastreux pour les exploitations corréziennes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les pouvoirs publics doivent être plus réactifs afin que la vaccination se fasse au plus vite.
Les pouvoirs publics doivent être plus réactifs afin que la vaccination se fasse au plus vite. - © UP 19

Pour les éleveurs du département, les problèmes ajoutent aux problèmes. Ces derniers mois, les agriculteurs de notre département ont été fortement impactés par la crise agricole qui atteint aujourd’hui son paroxysme avec la FCO. Sécheresse, retard dans le versement des aides européennes, problèmes de trésorerie, rien ne leur est épargné.

 

Le coup de trop

«Tout l’été, près de cinq cents manifestations syndicales se sont déroulées dans toute la France, dont une dizaine en Corrèze. Nous avons mené des actions de sensibilisation de nos politiques auprès du grand public, largement sollicité sur les problèmes qui touchent nos agriculteurs, il y a eu les manifestations de Brive contre les GMS, le contrôle des unités de transformation de notre département et de l’origine des viandes sur les étals des magasins. Et maintenant, dans un climat de souffrance pour les agriculteurs corréziens, c’est la FCO qui nous tombe dessus et cela nous remet un coup sur la tête. Le moral n’était pas brillant mais là, c’est le coup de trop qui va nous achever», alarme le président de la Fdsea Corrèze, Daniel Couderc.

«Voilà plus de quinze jours que notre département est en zone de surveillance, voire même en périmètre d’interdiction(1). Et depuis quinze jours, aucune mesure n’est mise en place. On se demande ce que font les pouvoirs publics pour ne pas être plus réactifs ! C’est inadmissible d’être dans une telle inertie, il y a urgence !», alerte fermement Daniel Couderc.

Retrouvez la suite de cet article dans votre journal du 3 octobre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui