L'Union Paysanne 18 septembre 2015 à 08h00 | Par UP 19

La fièvre catarrhale ovine réapparaît dans l’Allier

Un foyer de fièvre catarrhale ovine a été identifié dans l’Allier, le 11 septembre. Le ministère de l’Agriculture a décrété une restriction des mouvements et des regroupements des animaux dans un rayon de 150 km autour de l’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bovins, ovins et caprins peuvent être touchés par la FCO.
Bovins, ovins et caprins peuvent être touchés par la FCO. - © Photo d’illustration.

Vendredi 11 septembre, l’Agence nationale de sécurité sanitaire a confirmé l’existence d’un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO) dans l’Allier. Selon le ministre de l’Agriculture, les analyses réalisées sur cent quarante-sept bovins et cent soixante-quinze ovins ont révélé vingt-sept cas positifs chez les bovins et six cas chez les ovins. Par ailleurs, quatorze autres cas positifs ont été déclarés, à la suite d’analyses effectuées sur deux mille sept cents ruminants dans un rayon de deux kilomètres autour de l’élevage. Il s’agit d’un cas de FCO à sérotype 8, «moyennement virulent», selon le ministère de l’Agriculture.

Pour éviter la propagation de la maladie, l’élevage a été placé sous surveillance renforcée et les mouvements d’animaux ont été bloqués au sein de l’exploitation. De plus une zone de protection et de surveillance de 150 km de rayon autour de l’élevage concerné était en place avec restriction des mouvements et des regroupements d’animaux, comme le stipule la réglementation européenne (en vigueur au 15 septembre, à l’heure où nous imprimons). Cette zone touche 4,6 millions de bovins, 700 000 ovins et 160 000 caprins. Elle comprend vingt-et-un départements. En Corrèze, cent quatre-vingt-dix-neuf communes sont concernées. Cinquante-quatre sont classées en zone de protection et cent quarante-cinq en zone de surveillance.

 

Des mesures ?

Selon l’arrêté ministériel du 11 septembre 2015, les entrées et les sorties des périmètres de restriction sont interdites, à compter de ce jour aux ruminants sauf sous certaines conditions à destination de l'abattoir (transport direct, abattage immédiat et désinsectisation). La DGAl a indiqué dans une note du 11 septembre que cette disposition serait modifiée pour permettre les mouvements des zones les plus favorables vers les moins favorables.

Par ailleurs le ministre a évoqué la possibilité d’une campagne de vaccination, cependant au 15 septembre rien n’était encore décidé. D’ores et déjà l’administration a mobilisé 1,3 million de doses de vaccins. Après la réunion en urgence du Comité national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale, le lundi 14 septembre sur les mesures de gestion de l’épizootie, une nouvelle réunion était prévue le 17 septembre avec les organisations professionnelles de l’élevage pour étudier les mesures d’indemnisation des éleveurs.

La FCO est une maladie virale, transmise par des moucherons piqueurs. Les espèces sensibles à la FCO sont des ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins) et sauvages. La France continentale était indemne de FCO depuis décembre 2012. Le sérotype 8 ne circule plus en France depuis 2010 et n’a été notifié dans aucune région du monde depuis 2011. La maladie est strictement animale : elle n’est pas transmissible à l’homme et elle n’affecte pas la qualité des denrées (viandes, lait).

Quelques points clés pratiques concernant la Corrèze vis-à-vis du sujet FCO au 15 septembre 2015 - extraits

NB : ces points sont susceptibles d’évolution en fonction de l’évolution sanitaire.

Source : DDPP Corrèze.

 

Zonage FCO

- zone de protection et zone de surveillance = zone de restriction,

- à ce stade, pas de différence pour les mouvements d’animaux entre ces deux zones, les animaux peuvent circuler de l’une à l’autre,

- impossibilité pour les ruminants d’entrer et de sortir de la zone de restriction sauf dérogation pour les animaux vivants (cf. points infra : «abattage» et «export pays tiers»),

- pour les animaux morts : pas de difficulté pour le transfert vers l’équarrissage hors ou à l’intérieur de la zone.

 

Vaccination

- stratégie non encore définie à ce jour.



Rassemblements, comices et foires

- possibles sans contrainte au sein de la zone de restriction pour les animaux de cette zone,

- possibles sans contrainte en dehors de la zone de restriction,

- Space à Rennes (35) : les animaux corréziens initialement prévus ne sont pas partis de leur exploitation (annulation réalisée),

- Sommet de l’élevage à Cournon (63) du 7 au 9 octobre : pas d’information disponible à ce stade.

 

Abattage

- sortie possible de la zone de restriction pour l’abattoir avec désinsectisation des moyens de transport et sans rupture de charge,

- entrée dans la zone possible pour abattage sous 24 h,

- pas de désinsectisation des animaux à ce stade,

- Aïd el Ahda du 25 et 26 septembre : les animaux étant destinés à l’abattoir, les mouvements (sortie et entrée) de la zone de restriction sont possibles avec une désinsectisation des moyens de transport.

 

Denrées alimentaires issues des ruminants

- pas de restriction de circulation des denrées animales ou d’origine animale.

 

Désinsectisation pour les moyens de transport

- Approvisionnement : organisation par la profession agricole.

- Suivi de la désinsectisation : enregistrement des opérations (date et produit) dans le registre de nettoyage et désinfection du camion.

- Il n'y a pas lieu de désinsectiser les animaux (ni les moyens de transport) pour les mouvements internes à la zone de restriction (source DDPP Corrèze le 15 septembre).

Réaction de la FDSEA19

 

Le syndicat majoritaire demande des mesures très rapides pour que le commerce et l’export reprennent au plus tôt.

Des rencontres ont été programmées avec la préfecture, les services administratifs et les instances nationales, entre autres avec François Hollande à l’occasion de sa venue en Corrèze ce vendredi.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui