L'Union Paysanne 13 décembre 2013 à 08h00 | Par UP 19

«Le lait une filière d’avenir» - Perspectives d’avenir pour la filière lait en Corrèze

La forte participation à la journée laitière organisée à Saint-Privat, mercredi dernier, témoigne que la filière «Lait» et bien présente sur le département et que les éleveurs veulent croire en leur avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
C’est dans la stabulation que les participants ont pu suivre 
les débats.
C’est dans la stabulation que les participants ont pu suivre les débats. - © UP 19

Tous les feux sont au vert

Pascal Lagraneirie, installé à Luxoubrot sur la commune de Saint-Privat, a accueilli, sur son exploitation, les participants à cette journée de «dynamisation». Ce laitier exploite 63 hectares de SAU dont dix hectares d’ensilage maïs, vingt hectares d’ensilage herbe et le reste en pâture et foin. Il produit 357 000 litres de lait valorisés en AOC Cantal par la laiterie Duroux. «Je crois en l’avenir et dans la production laitière en Corrèze. Depuis cinq ans, j’ai investi 230 000 € sur ma structure (bâtiment, silo, foncier) afin de moderniser mon atelier et d’être le plus performant possible. De plus j’ai remis en cause mon système fourrager pour respecter le cahier des charges de l’AOP Cantal. Toutes ces évolutions doivent me permettre de progresser techniquement et économiquement et de vivre de ma passion. Il faut que l’ensemble de la filière y croit et que les éleveurs bénéficient d’une valorisation juste de leur produit» confie Pascal Lagraneirie.

L’avenir auquel croit ce jeune laitier a été le sujet numéro de ce rassemblement. Pour le «Monsieur Pac» du Massif central, Thierry Boulleau, intervenant ce jour-là en qualité d’expert sur la filière, il y a bien un avenir pour le lait. «Il est possible d’envisager l’avenir avec confort d’autant que de nouvelles opportunités se profilent. La demande sur le marché mondial s’accroît alors que la production peine à se maintenir. Le prix du lait a donc tendance à s’accroître à l’heure où le prix de l’alimentation animale se tasse un peu. La réforme de la Pac devrait amener une augmentation sensible des soutiens aux producteurs de lait corréziens, avec un léger allégement des contraintes sur les surfaces en herbe.»

De son côté, la laiterie Duroux, qui collecte et transforme quinze millions de litres de lait par an auprès de 67 producteurs dont 37 corréziens, «les clignotants sont plutôt au vert». Fortement impliquée au maintien et à la dynamique de la production laitière en Corrèze et plus précisément sur le plateau de la Xaintrie, la laiterie se projette «la production laitière avec une contractualisation producteurs/ entreprise pour gérer l’après quota doit être considérée comme une valeur sûre de production et de revenu dans les prochaines années».

 

Pascal Lagraneirie a investi dans sa structure afin de moderniser son atelier et être le plus performant possible.
Pascal Lagraneirie a investi dans sa structure afin de moderniser son atelier et être le plus performant possible. - © UP 19

Lever l’astreinte

Se libérer un week-end, prendre des vacances, profiter pleinement d’une soirée. Pour attirer à nouveau de jeunes éleveurs et répondre aux attentes de ceux en place, les structures Agri-emploi et Service de remplacement de la Corrèze avaient été judicieusement invitées afin de présenter des solutions pour donner aux agriculteurs la possibilité de souffler et de se libérer plus facilement. Il existe depuis un an une convention entre le Cilco (Centre Interprofessionnel Laitier de la Corrèze) et Agri Emploi 19 afin de libérer les professionnels de l’astreinte de la traite, qui s’est traduite par l’embauche de trois salariés sur un total de sept exploitations laitières, lesquelles vont bientôt être rejointes par de nouveaux professionnels bien décidés à alléger leur charge de travail, et ce dès le mois de janvier prochain. Rappelons que cette mesure consiste à employer un salarié à hauteur de trente-six jours minimum dans le cadre des travaux courants à réaliser sur l’exploitation. Le Cilco assure la prise en charge financière du coût généré à hauteur de 30 % la première année d’utilisation du salarié. Par ailleurs, les professionnels peuvent bénéficier de la mesure «crédit d’impôt», à raison de quatorze jours par an, ouvrant droit à un crédit d’impôt à hauteur de 50 %.

Face à un contexte jugé «favorable», une Pac encourageante, des attentes professionnelles nouvelles, l’organisation collective de cette journée «Le lait une filière d’avenir» était bien nécessaire.

 

La présence de nombreuses personnalités et notamment celle du Conseil général et Monsieur le Préfet saluées par une participation importante des éleveurs laitiers du département, démontre que la filière laitière corrézienne veut concrètement prendre les choses en main pour façonner son avenir.

«La réforme de la Pac devrait amener une augmentation sensible des soutiens aux producteurs de lait corréziens» a annoncé Thierry Boulleau.
«La réforme de la Pac devrait amener une augmentation sensible des soutiens aux producteurs de lait corréziens» a annoncé Thierry Boulleau. - © UP 19
- © UP 19

Editorial de Jean-Pierre Brousse, président de la section Laitière

 

Après plusieurs années difficiles, un contexte incertain, avec la fin du régime des quotas et la réforme de la Pac, on peut s’interroger sur l’avenir de la filière laitière en Corrèze. En effet, beaucoup de producteurs s’inquiètent pour leur avenir. Pourtant après analyse du contexte mondial, nous constatons que la consommation de lait augmente du fait de la démographie et de l’augmentation de la consommation par habitant. Au niveau européen, des pays tels que l’Allemagne mettent la production de lait en concurrence avec la production de biogaz plus rentable. En France, certaines zones agricoles sont bridées par des mesures environnementales. La production au sein de notre département a su s’engager dans différents signes de qualités (AOC, charte de bonnes pratiques, marque Mont lait) vecteurs de valeur ajoutée. Des producteurs jeunes ont su moderniser leurs exploitations en les rendant plus compétitives. Cela a abouti à une dynamique de développement et d’économie locale avec un tissu d’industries proche.

C’est pour cela que la filière laitière a investi aujourd’hui dans le développement de la production, dans l’installation de jeunes agriculteurs, dans la politique salariale agricole et dans la technicité de nos exploitations.

Nous croyons en l’avenir de la production laitière en Corrèze !

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui