L'Union Paysanne 07 août 2015 à 08h00 | Par JA 19

Le sénateur à l’écoute des Jeunes Agriculteurs

Prenant son rôle au sérieux, après avoir rencontré la FDSEA, Daniel Chasseing, sénateur de la Corrèze, a tenu à rencontrer également le syndicat des Jeunes Agriculteurs ce mardi 4 août.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Jeunes Agriculteurs ont eu un moment privilégié avec le sénateur pour évoquer les problèmes récurrents qui les touchent.
Les Jeunes Agriculteurs ont eu un moment privilégié avec le sénateur pour évoquer les problèmes récurrents qui les touchent. - © JA 19

Lors de cette réunion, étaient présents : Jérôme Pascarel (président du syndicat), Thibaut Noilhetas (secrétaire général) et Vincent Rome (trésorier).

La situation de crise que vivent actuellement les éleveurs est complexe et échappe parfois aux élus. Il est bon de leur rappeler les conséquences des distorsions d’un marché mondialisé sur le territoire. Chacun leur tour les représentants du syndicat ont évoqué les difficultés que con-naissent les agriculteurs du département. On parle de crise conjoncturelle mais aussi structurelle, et la sécheresse n’arrange rien !

Pourtant, les Jeunes Agriculteurs débordent d’idées et attendent des mesures concrètes pour sortir du marasme économique que de plus en plus de paysans connaissent. On parle bien de prix ! «Mais comment être compétitifs face à des pays qui n’ont pas les même normes sociales et fiscales ?» s’insurge Thibaut Noilhetas. On touche du doigt le problème d’une Europe qui a oublié sa construction sociale mais qui met tout le monde en concurrence.

Alors chez nous que pouvons-nous faire ? Le plan de soutien à l’élevage ne satisfait pas les jeunes agriculteurs qui attendaient beaucoup plus. 50% des fermes corréziennes seraient éligibles pour toucher une moyenne de 600 euros. Trop peu pour passer le cap de la crise, rappelle Jérôme Pascarel.

Les Jeunes agriculteurs voudraient déjà le soutien des politiques face à la grande distribution. Les marges sont mal réparties, la PAC ne doit pas servir à engrosser les industriels mais assurer des filières efficaces et justes pour tous ses acteurs. Commençons par renseigner l’origine de la viande dans les plats transformés. Les actions du syndicat «viande de nulle part» dans toute la France en témoignent.

Les départements ont un rôle à jouer en assurant un approvisionnement local ou du moins français pour la restauration hors domicile qu’ils gèrent. Vincent Rome rappelle que manger local, c’est aussi participer à la vie économique du territoire. A ce sujet d’ailleurs, les Jeunes Agriculteurs seront présents lors du colloque organisé par la FDSEA le 20 août.

Pour aller plus loin, les Jeunes Agriculteurs relancent le sujet du prix plancher qu’ils voudraient que l’on remette sur la table, et la TVA sociale supprimée à l’arrivée du nouveau gouvernement ou encore une plateforme d’export des produits carnées au niveau européen.

Il faut trouver des solutions maintenant, quitte à préférer le court terme. Il y a des points de non- retour qu’il faut absolument éviter.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui