L'Union Paysanne 05 juin 2015 à 08h00 | Par FRSEA / JA Limousin

Les FDSEA et les JA à la rencontre de Philippe Vinçon

A l’occasion du déplacement de François Hollande à Limoges pour signer le Contrat de Plan Etat Région (CPER), son conseiller à l’agriculture Philippe Vinçon, a reçu des représentants des FDSEA et des JA pour aborder les sujets d’actualité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La délégation FRSEA/JA.
La délégation FRSEA/JA. - © FRSEA/JA

 

Michel Queille, secrétaire général de la FDSEA de la Corrèze, a introduit la réunion en rappelant la situation dramatique dans laquelle se trouve la profession agricole aujourd’hui. Des contraintes administratives toujours plus importantes, la sanctuarisation du territoire (haies, prairies), aucune reconnaissance du travail, de la qualité des produits et des efforts environnementaux… autant de sujets qui plombent le moral des agriculteurs et qui les empêchent de travailler. Les représentants de la profession l’ont martelé : pour produire, pour vivre de son métier, tout en respectant l’environnement, il faut redonner des libertés aux agriculteurs.

Jean-Marie Colon et Lionel Lachaud, les présidents de JA Creuse et Haute-Vienne, ont rappelé que le contexte agricole actuel peu attractif, auxquelles s’ajoutent les difficultés rencontrées lors de l’installation, n’incite pas les jeunes à s’engager vers le métier d'agriculteur.

Après ces échanges généraux, Christian Arvis, secrétaire général de la FDSEA de la Creuse, est rentré dans les détails sur les questions de la Pac : des déclarations complexes nécessitant un accompagnement, même pour les plus aguerris, une énième définition des îlots, des MAEC dont les règles sont à peine dévoilées... Où est la simplification de la Pac promise ?

Au-delà des déclarations actuelles, l’ensemble des responsables a insisté sur les contrôles à venir. Il est impensable que l’on vienne sur les exploitations faire des contrôles et imposer des pénalités alors qu’au moment de la signature du dossier, les règles n’étaient pas encore dictées.

Devant le refus d’une année blanche sur les contrôles, la profession demande qu’ils soient pédagogiques pour 2015. M. Vinçon n’a pas refusé, mais a toutefois précisé ne pas pouvoir faire de promesses qu’il ne serait pas sûr de tenir.

Christophe Lechevallier, secrétaire général de la FDSEA de la Haute-Vienne, a ensuite tenu à évoquer un autre sujet : la conjoncture des filières animales et en particulier de la viande bovine. Le conseiller a encouragé la profession à réagir pour faire remonter le prix de la viande auprès des acteurs de la filière. La France a obtenu le statut sanitaire «risque négligeable» vis-à-vis de l’ESB par l’OIE. Le marché de l’export est une opportunité à saisir et l’Etat français travaille sur le sujet.

Enfin, les responsables ont réaffirmé leur refus vis-à-vis des zones vulnérables, puis ont attiré l’attention du conseiller sur la définition qui serait faite des cours d’eau, rappelant qu’ici, dans le «Pays des Mille Sources», cette dernière aura des incidences.

La réunion n’aura pas été vaine, puisqu’après avoir été alerté sur le non-paiement des MAE 2014, Philippe Vinçon a, dans les heures qui ont suivies, officiellement annoncé que le paiement aurait lieu d’ici la fin du mois de juin.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui