L'Union Paysanne 20 mars 2015 à 08h00 | Par Thierry Michel

Les nouvelles ruralités, une chance pour le pays

Un comité interministériel à la ruralité a eu lieu le vendredi 13 mars à Laon dans l’Aisne. Tour d’horizon des annonces faites par le Premier ministre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Constatant, par la bouche de Sylvia Pinel, que des besoins nouveaux ne cessent d’apparaître dans les territoires ruraux et que les «ruralités» d’aujourd’hui sont diverses, le gouvernement a pris l’initiative de réunir un comité interministériel aux ruralités le vendredi 13 mars à Laon dans l’Aisne. Intitulé «Nos ruralités une chance pour la France», il pose comme principe qu’il faut «garantir à chaque citoyen un égal accès aux services, qu’ils soient publics, économiques, éducatifs, culturels ou de loisirs». Et la ministre de poursuivre qu’il faut «renforcer les capacités des territoires et de leurs élus à porter et développer des projets qui permettent une proximité de l’action publique…» Dont acte ! Il a été aussi rappelé à cette occasion qu’il fallait dépasser les logiques de concurrence territoriales afin de ne pas affaiblir le lien social entre les populations.

 

Réalités géographiques et principes

Aujourd’hui, l’Insee considère que 95 % des Français vivent dans des communes sous influence urbaine, parmi lesquels 65 % dans un pôle urbain et 30 % dans les espaces périurbains. Ce qui, cela va de soi mais c’est mieux une fois écrit, signifie que seulement 5 % des Français habitent des communes rurales. Les évolutions de population, des technologies et des modes de vie font en sorte qu’apparaissent aujourd’hui des nouvelles ruralités diversifiées et des fragilités propres aux territoires ruraux.

Pour intégrer cette nouvelle donne, le gouvernement a énoncé trois principes ou priorités pour guider la révision des politiques territoriales, en direction des territoires ruraux.

D’abord, l’égalité : le choix de n’abandonner aucun territoire et aucun citoyen doit être réaffirmé mais mis en oeuvre selon des modalités renouvelées pour adapter ressources et objectifs de développement aux spécificités de chaque territoire et à l’intérêt général de tous les territoires ; ensuite, la responsabilité et la mise en capacité des territoires et de leurs acteurs doivent devenir une priorité pour optimiser le développement local ; enfin, le lien entre l’urbain et le rural. L’action des différents acteurs publics doit s’inscrire à la bonne échelle de pilotage et de fonctionnement, accompagner les liens croissants entre France rurale et France urbaine, tout en facilitant les projets et les coopérations interterritoriales là où les périmètres institutionnels sont impuissants à relever les défis.

46 mesures

Voilà pour le cadre ! Mais comment cette bonne volonté se traduit-elle concrètement pour les mois à venir ? C’est là qu’entre en scène le Premier ministre et ses onze ministres pour décliner, à travers les trois priorités, quarante six mesures pour améliorer la situation actuelle. Sous forme d’inventaire à la Prévert, voici les grandes lignes qui devraient se développer dans les mois et années à venir. Le comité interministériel propose donc un accès aux services de santé partout en France (notamment la création de deux cent maisons ou pôles de santé supplémentaires en 2015), mille maisons de services au public dès la fin 2016, un effort sur l’école en milieu rural, une diversification des pratiques culturelles mais aussi des actions autour de la mobilité, du télétravail et une amélioration de la protection des biens et des populations en milieu rural. Au nom de la deuxième priorité, le gouvernement veut faire porter ses efforts sur l’accès au numérique et la connexion au téléphone mobile (résorber les zones blanches), sur des projets de développement touristique adaptés, sur un nouveau zonage de revitalisation rurale, sur la reconnaissance de la spécificité du logement rural, sur plus de croissance verte et réanime les notions de projets de territoires et de diffusion de l’économie sociale et solidaire sans oublier les professions du commerce et de l’artisanat. Enfin, le troisième chapitre des priorités regroupe la mise en relation des bourgs-centres et des villes moyennes, une amélioration e la qualité de l’urbanisme, des coopérations ville/ campagne, une attention particulière pour les territoires de montagne et les espaces ruraux en outre-mer.

Bon sens

Pour Daniel Prieur, secrétaire général adjoint de la FNSEA, les annonces de Manuel Valls «en faveur du monde rural vont dans le bon sens. Elles contribuent à réduire la fracture territoriale que la FNSEA et ses partenaires du Groupe Monde Rural (GMR) dénoncent depuis plusieurs années». Il rappelle que «l’égalité républicaine, fondement de notre contrat social, doit garantir à tous les habitants du monde rural un accès aux services de santé et leur permettre d’accéder aux dernières technologies de l’univers du numérique». Sur le numérique, la FNSEA expérimente, dans le cadre d’un partenariat avec Orange, des solutions d’accès internet à très haut débit pour les exploitations agricoles en zones blanches.

Par ailleurs, la FNSEA estime que «le mode d’élection au sein des Conseils régionaux doit être repensé pour favoriser un meilleur ancrage territorial des conseillers régionaux et une meilleure représentation du milieu rural. Il sera tout autant nécessaire de réaménager la fiscalité locale, afin de garantir une plus grande équité entre les territoires».

Agriculture

Pour le secteur agricole, les mesures mentionnent une agriculture locale, compétitive et respectueuse de l’environnement. Trois mesures lui sont dédiées dans ce plan. Mesure 25 : faciliter la participation des producteurs locaux aux marchés publics pour atteindre 40 % de produits locaux dans la restauration collective d’ici à 2017 ; Mesure 26 : mettre en place des groupements d’intérêt économique et environnemental ; Mesure 27 : soutenir la mise en place des groupements d’intérêt économique et environnemental forestiers.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union paysanne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui